rêverie

il y a
1 min
1
lecture
0

Leurs coeurs battent la chamade,
Pendant que le mien cesse de battre,
Je les entends rire, au-delà de ce silence,
Moi, j’ attends le pire, au son du glas, entourée de tant d’ absences,

Je danse avec mes fantômes,
Que je couve comme mes mômes,
Ces âmes qui dansent pendant leur trépas,
Qui me réchauffent, inlassablement, quand j’ ai si froid,

Leurs bras invisibles, m’ enlacent,
Je revois parfois leurs visages,
Je sens la chaleur de leur coeur,
Quand sur moi coulent, perles salées, les naufrages de mes pleurs,

L’ abandon en ce monde,
L’ immonde en sa ronde,
Me prennent la main,
Et tournoient sans cesse, tourne dans ma tête, le même matin...

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,