Réveil

il y a
1 min
1
lecture
0
Ça sent bizarre, l'iode je dirais. Oui c'est ça, ça sent l'iode. Bah, ce n'est pas désagréable.

Aller, ouvre les yeux.
Je sais, ce n'est pas facile mais fais un petit effort!
Ça y est, tu en as ouvert un, bravo mon gars!
Tiens, il fait encore nuit. Vérifions avec un deuxième œil: effectivement, on n'y voit rien là dedans.
Bon, prochaine mission, lever un bras pour atteindre le bouton de la lumière. C'est parti.

Où est ce foutu bouton?
D'accord, disparition du bouton de lampe, super!

Ah mais je sais pourquoi je ne trouve pas ce bouton! Je suis debout!
Je suis debout !?
Oulah c'est quoi ce délire?
Depuis quand je suis somnambule?

Mes yeux commencent à discerner des contours mais ce n'est pas encore ça.
Je vois mes pieds et le sol aussi. Un sol circulaire. De plus en plus bizarre.
Je suis dans une sorte de cabine ou de vestiaire je ne sais pas trop.
Je crois que je vois une vitrine devant moi: oui, c'est froid et c'est bombé.
Bon bah je suis derrière une vitrine, dans le noir et j'ai la sensation d'être en caleçon, tout va bien.

Sur ma gauche une lumière vient de s'allumer.
Sur ma droite maintenant.
Tiens, caleçon rouge, pourquoi pas ?

Je relève la tête: mille paires d'yeux m'observent. Mon cœur s'emballe dans ma poitrine.

Toute ces personnes me regardent, elles crient, elles rient, mais c'est pas vrai, il se passe quoi ?!

Sortez moi de là! Vous ne voyez pas que je suis bloqué dans une cabine et que je suis en caleçon?!
Oulah. Ça tremble maintenant. Qu'est-ce qu'il se passe encore?
De l'eau! Putain! La cabine se remplit d'eau!
A l'aide! sortez moi de là!

Ils prennent des photos mais bordel! Lâchez ça, prenez une chaise, une hache, je sais pas moi, mais faites quelque chose!

L'eau est déjà à mon nombril. Il n'y a rien à faire, j'ai beau m'acharner sur cette vitre, elle ne se rayera même pas!

Ça y est, l'eau est à mon cou: ça empeste l'iode.
Je vais me noyer sous une pluie de flashs.

Je prend ma dernière inspiration.
Je suis maintenant totalement immergé.
Le temps s'est figé.

Bizarrement, je peux maintenant distinguer tous les visages. Il y a des larmes. Enfin quelqu'un qui est triste pour moi.
Moi aussi je pleure: ça fera un peu d'eau douce.

Allez bonhomme, ferme un œil.
C'est bien.
Le deuxième maintenant.
Bravo.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,