2
min

Rêve ou réalité

Image de Momo69190

Momo69190

14 lectures

2

Fais gaffe ! c’est tout dont il se souvient, la voix de son amie raisonne dans sa tête, la descente était pourtant parfaite, mais cette brume surgit de nulle part l’a surpris, il a fait un brusque écart, et puis la chute, plusieurs mètres, difficile à évaluer, il doit la vie à cette épaisse couche de neige qui a amortie sa dégringolade, Georges essaye de se relever, s’agrippant aux rochers il parvient à s’extirper, fait quelques pas, puis s’arrête, sa petite amie est restée là-haut, elle le suivait de près, mais a probablement éviter l’obstacle, il lève la tête, un rayon de lumière, obscurcit par des rochers peine à passer, il fait sombre, pas un bruit, il a perdu ses skis, mais il est sauf, il appelle à l’aide :
—Sylvie, je suis là !
Aucune réponse, l’angoisse fait place à la peur, puis il se ressaisit et repense à ces paroles maintes fois répétés par son père :
—Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir !
Alors il avance à tâtons, dans le noir, une impression étrange, le submerge, il n’est pas seul, un souffle rauque, le guide ses jambes flageolent, cette présence le hante, pourtant il poursuit le chemin, il a soif, son gosier est sec, de l’air bizarrement chaud, une chaleur étouffante, on est en altitude il faisait à peine huit degrés il y a quelques minutes, alors il ôte son anorak, essuie son front, la température frôle les trente degrés, de nouveau l’inquiétude, il crie :
—Qui êtes-vous ?
Un éclair dans l’obscurité, éclaire la cavité, une lumière intense, laisse dissimuler un semblant de vie, une cascade, un cours d’eau, une forêt luxuriante, des oiseaux aux milles couleurs, un monde féérique s’ouvre à lui, il s’allonge sur l’herbe et regarde le ciel, des constellations, jusqu’à lors inconnu de lui, une planète énorme juste au-dessus de sa tête, il pourrait la toucher, il sourit, de nouveau le souffle, puis une voix, douce celle-ci :
—Suivez-moi !
Il emprunte un sentier, jonché de fleurs aux senteurs incomparables, une lueur se dégage parfois de cet être mirifique, compagnon de voyage, dont il n’a aucune information, une nymphe si sensuelle, invisible, mais elle dégage une profonde sérénité.
De nouveau la brume, puis une magnifique demeure, au pas de la porte, un homme auréolé de lumière, tout de blanc vêtu, l’accueille :
—Bienvenue Georges, entrez je vous prie, mettez-vous à votre aise.
On le revêt d’une tenue d’écrin, des fruits d’un gout subtils, lui sont proposés, il avale à grosse gorgé, une eau d’une saveur indéfinie, il jette un regard autour de lui, et demande :
—Je suis au paradis ?
Une magnifique créature lui répond :
—Il faudrait que vous soyez mort pour cela, je vous rassure ce n’est pas le cas.
Il n’est guère plus avancé, mais il se sent si bien, bercé par une douce quiétude, il s’endort.
Un vent glacial, balai son visage, il a froid de nouveau l’obscurité, un bruit d’hélicoptère, des lumières, quelqu’un s’approche, une lampe torche à la main, une voix brise le silence :
—Il est là, un brancard vite.
Arrivé à l’hôpital, Sylvie est là à son chevet, elle soupire :
—J’ai bien cru, ne plus jamais te revoir, j’étais si inquiète.
Georges la rassure :
—N’aie crainte, ma bonne vieille étoile veille sur moi.

Thèmes

Image de Très Très Court
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Une histoire mystérieuse et bien construite. Merci pour le partage !
Une invitation à lire ma nouvelle 'Le tisseur de rêves' en finale du Grand Prix.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-tisseur-de-reves-1 Merci d'avance.

·