2
min

Rêve d'évasion

Image de Chantal Noel

Chantal Noel

611 lectures

367

Qualifié

Le clapotis des vagues, comme une respiration bien rythmée, se mêle aux cris rauques des mouettes. Ici, c’est mon repaire, ma toute petite île.
Un vieux phare aux pierres larges s’y dresse, et moi seule en possède la clé. Oh ne croyez pas que je suis rescapée d’un quelconque naufrage... Aucun pirate n’a sabordé mon frêle esquif, non, j’y viens de mon plein gré, huit jours, tous les ans à la belle saison.
Dès que j’accoste, l’odeur iodée m’enveloppe, me protège. Mes pieds s’enfoncent dans le sable chaud et doux. Mes pas connaissent le petit chemin escarpé qui mène à la lourde porte de ma demeure. Dans cette haute tour, je suis reine. L’unique fenêtre semble le cadre d’une peinture marine incroyable, chaque minute différente et en même temps si semblable à l’instant précédent. Les couleurs passent du bleu profond au vert émeraude, parfois au gris sombre selon le temps, les crêtes mousseuses des vagues dansent, passant d’une valse lente à un tango endiablé. Je ne me lasse pas de ce tableau envoûtant.
Enfin, je suis loin du tumulte parisien. Le bateau de pêche qui m’a déposée là pour huit jours est reparti, je vais monter les provisions en haut du phare, trois cent marches... Il me faut les grimper six fois pour installer bagages et victuailles. Il reste toujours trois bonbonnes d’eau laissées par le précédent occupant, c’est la règle.
La pièce est spartiate, mais elle sent bon le vieux bois et le lit est confortable. La gazinière fonctionne plutôt bien et j’ai du café et du chocolat pour tenir un siège. Pas de télé, pas de radio. Mon smartphone, juste « au cas où... ». Le bibus est rempli de vieux « Reader Digest », mais j’ai ma propre provision d’auteurs, de quoi nourrir mes soirées près de la lampe à pétrole.
Cette île déserte, il faut la mériter, savoir l’apprivoiser. J’en connais le moindre rocher. Je sais que l’unique chemin qui en fait le tour est sablonneux, que la jaune linaire des sables s’accroche au sol et blondit la côte.
Je sais que chaque matin, vers dix heures, je peux voir Hercule se dorer sur la même plage. Je n’essaie pas de l’approcher, il est chez lui. Hercule est un petit phoque moustachu qui habite le coin. On s’ignore mutuellement. Surtout lui d’ailleurs, moi je l’observe secrètement.
Il n’y a pas grand-chose à faire sur mon île, à part pêcher les couteaux et quelques autres coquillages. Quel plaisir ! Pour les couteaux, c’est facile : ma salière pour seule arme, je saupoudre les petits trous où les bestioles respirent, ça les gêne, et hop, ils se dressent comme des asperges hors du sable, il n’y a plus qu’à les cueillir.
Ici, je suis bien. Assise au bord de l’eau, je laisse mon esprit vagabonder, puis je range mes pensées, je les mets en ordre, j’élimine le superflu, je me recentre. J’apprécie chaque moment.
Lorsque le soleil du soir se pose comme une orange brûlante au bout de mon horizon, là où l’océan finit, que les nuages flamboient dans un ciel violet, alors mon cœur devient léger.
Et même si cette île n’existe que dans mon imaginaire, j’y suis bien quand chaque soir, lorsque j’y trouve refuge, elle me fait voyager et m’aide à trouver un sommeil serein.

PRIX

Image de Été 2018
367

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Vous êtes une femme de lettres. Pour nous emmener si loin avec si peu de mots. Merci encore, loin de tout le tumulte des concours, d'apporter un moment de paix dans nos esprit.
·
Image de Blin
Blin · il y a
Mon dieu, quel bonheur ce texte ! On s'y baigne avec de l'azur plein les yeux. C'est doux,ça réveille les larmes de l'enfance. C'est beau,et d'une fraîcheur absolue. Et cette pêche aux couteaux, souvenir radieux bien à sa place dans la mémoire. Merci Chantal. Vous m'avez redonné mes 13 ans quand j'embrassais ma Bretagne, du côté de Trébeurden. Bien à vous.
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Merci d'être passé sous mes mots et d'avoir gentiment commenté. Bonne journée !
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Quel beau séjour dans l'imaginaire ! On s'y croirait au pied de ce vieux phare...
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Merci Joël.
·
Image de thierry
thierry · il y a
merci de nous inviter dans votre île. quel beau voyage. comme d'habitude j'aime.
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Merci de votre passage, Thierry.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Chantal, une évasion aux senteurs des embruns et aux cris des mouettes, un pur moment de bonheur. Jacques.
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
ça fait du bien n'est-ce pas ?
·
Image de JARON
JARON · il y a
Oh oui beaucoup de bien!
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Les notifications de Short t'ont ignorée, ce qui fait que je ne t'ai pas soutenu dans ce prix. Dommage, ton texte m'a ravi. En réalité se serait tellement merveilleux ce coin de paradis. Moi je rêve beaucoup de bateau et c'est plutôt stressant car les circonstances sont tj difficiles, voire dramatiques.
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Alors je t'invite dans ce havre de paix où il fait si bon.
·
Image de Gali Nette
Gali Nette · il y a
Texte apaisant. J'aime ce refuge :)
·
Image de Djany
Djany · il y a
très joli ...On a tous un petit coin de paradis... Moi je descend tous les soirs dans mon jardin japonais .... Merci pour votre passage sur ma page
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Merci
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Le cri rauque des mouettes n'est qu'un fou rire :)
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Déjà voté mais un bravo renouvelé.
Bonjour Chantal, en première lecture, vous avez contribué à ce que " À chacun sa justice " soit en finale des nouvelles d'automne et je vous en remercie.
Aujourd'hui, ce texte est placé en tête des suffrages des nouvelles d'automne. Pour certifier cette place et la justesse de votre premier choix, je vous invite si vous le voulez bien, à venir le soutenir à nouveau.
Avec mes remerciements.
Julien.

·