Image de Camille Berry

Camille Berry

530 lectures

En compétition

Rêve d'amour
- Tu veux du café ? 
- Oui je veux bien 
Il répond sans regarder car son regard est ailleurs, dans les plis d’une jupe longue et fluide dans laquelle il voudrait plonger son visage.
La journée est radieuse, une de ces journées de grâce comme il y en a peu, même quand les étés sont chauds. Ils ont bien mangé, des tomates, des melons sucrés, des viandes grillées, des fraises et le rosé, vite bu, cogne gentiment. Le jardin dégage des senteurs de menthe poivrée qui se mêlent à l’odeur du café qui vient d’être servi. Certains allument des cigarettes et l’un d’entre eux s’empresse d’apporter des cendriers pour ne pas avoir à ramasser les mégots, demain, sur la pelouse.
La jupe convoitée tombe jusqu’aux chevilles et le chemisier découvre des épaules qui commencent à brunir.
Ils installent des transats et finissent leur café au soleil. De la maison voisine, on entend une musique qu’il reconnaît tout de suite.
Pourquoi cet air-là, justement ce jour, où il sent son cœur tout près de fondre et son corps s’enflammer. Sa bouche n’a qu’une envie, se poser là-bas sur les épaules nues et chaudes et descendre et se perdre dans le corps qui les prolonge. Son amour et son désir sont trop forts aujourd’hui. Ils l’envahissent et débordent de lui. Il ferme les yeux. Ne plus penser, ne pas chercher l’inaccessible, être seulement sensible aux bourdonnements des insectes, à la chaleur du soleil, aux parfums des fleurs. Seulement goûter ces notes de piano qui tombent sur lui. Ne plus rêver à cette femme dont la peau le bouleverse et faire comme si n’existait que la douceur de cet après-midi d’été. Mais il ne veut pas chasser l’impossible de sa vie et cette résistance lui est chère. Les autres ne savent rien des tourments qui l’assaillent. Même elle, perdue, la tête renversée, offrant son corps reposé aux regards qui glissent, que connaît-elle de ce qui le fait rester immobile et tremblant ? Que peut-elle comprendre de ce qui le fait vivre, de ce désir lourd qui l’enveloppe tout entier ? Il aime l’inconscience du trouble qu’elle suscite comme il aime la jupe légère qu’elle remonte d’une main hésitante sur ses jambes abandonnées. Mais il ne dira rien, ne montrera rien. Il cachera cette fièvre qui l’anime et le maintient en vie. Qu’elle disparaisse, il disparaîtra aussi.
Haut dans le ciel clair, le soleil se déplace et le piano joue toujours son air d’amour éperdu. L’après-midi touche à sa fin. On prépare les apéritifs sur la table débarrassée.
- C’est quoi cette musique ? 
-  C’est le petit voisin. Il prépare le conservatoire 
-  Il joue bien, mais c’est quoi cette musique ? 
Des phrases lui arrivent qu’il s’efforce d’écouter, des questions sans réponse, un remue-ménage, des corps qui se déplacent...
Derrière ses yeux mi-clos, il voit l’ombre d’une jupe se mouvoir

- Qu’est-ce qu’on prépare pour ce soir ? 
De leurs chaises longues, deux têtes se tournent

- Attends, on arrive !

Mais il est déjà debout et propose d’aider.

- Finissez vos verres tranquillement, je peux faire quelque chose, je n’ai encore rien fait .

Maintenant, il est près d’elle. Sa jupe le frôle en tournant dans la cuisine. Ils ont pris des avocats dans la corbeille de fruits et les ouvrent délicatement. Elle sent bon le jardin, le soleil. Il se défend de la regarder. Elle ne dit rien, mais chantonne en plaçant des fruits dans un plat de faïence. Des bruits de voix leur parviennent, des rires aussi. Il se sent calme tout à coup et il voudrait rester là avec cette femme aimée, rester en oubliant les amis, le monde. Il voudrait qu’elle connaisse enfin ce qui l’habite, qu’elle lui prête ses mains, qu’elle lui donne son corps. Cela fait si longtemps qu’elle passe dans sa vie, ignorante de son pouvoir. Elle qui jamais ne vivra avec lui ce rêve d’amour, ne déchirera la toile indéfiniment tissée, n’ouvrira son âme comme elle ouvre les fruits.
Le piano ne se tait pas et le soleil est plus bas. Ses cheveux brillent sur sa nuque. Elle ne chantonne plus. Ils sont éloignés de tout, seuls, reliés par une musique qu’ils n’ont pas demandée. Alors, contre toute attente, elle s’approche de lui tellement que leurs deux corps se touchent et la bouche posée sur la sienne, les yeux fermés, elle murmure d’une voix frémissante :

- Je vous aime... Oh ! Comme je vous aime ! 

PRIX

Image de Été 2020
37

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
une belle ambiance d'été joliment décrite qui donne envie de se détendre et de profiter.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Un très beau texte une si belle fin
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Toutes les histoires d'amour ne finissent pas mal en général... Enfin c'est à voir... Merci Fleur
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Ignorante de son pouvoir ! mon vote
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci pour votre vote
Image de Jean-Marc Percier
Jean-Marc Percier · il y a
Quelle délicatesse ! J'ai vraiment eu peur qu'elle soit aveugle... Belle chute d'histoire, à la hauteur de la chute de fses reiins, sans doute... Merci pour ce doux rêve accompli !!
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci à vous pour ce commentaire malicieux
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Oh, ce texte est magnifique.
Ses cheveux brillaient sur sa nuque... Elle sentait si bon le jardin, le soleil... Et le petit voisin jouait, sur son piano, un air d'amour éperdu...

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Que ça fait plaisir Mireille de savoir que ce texte inspiré par la musique de Liszt, vous plaise!
Image de LaNif
LaNif · il y a
Oh la la , comme je l'espérais cette fin pour lui. Et pour elle aussi. C'est très joliment conté, on en attrape la fièvre, des temblements de désir, des regards éperdus. Un rêve réalisé, en somme ! Bravo !
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Ah! Réaliser ses rêves! Merci LaNif
Image de Annie Legras
Annie Legras · il y a
frais, délicat et sensuel.
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci beaucoup Annie Legras
Image de lcourdavault
lcourdavault · il y a
Belle sensualité discrète et joliment écrite
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Contente que vous aimiez...
Image de Annie Harvey
Annie Harvey · il y a
Doux. Merci!
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci à vous!
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
De la pudeur mais point de candeur .
De la retenue sans déconvenue
De la sensibilité sans alacrité
De la sensualité sans pruderie .
L'art romantique .

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Toujours des commentaires avisés et bien écrits. Merci Ginette!
Rêve d'amour de Liszt est un de mes morceaux préférés de la musique romantique du 19ème siècle

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème