2
min
Image de Edhil Morgùl

Edhil Morgùl

25 lectures

2

Rêve.

Éléonore se réveilla en sursaut. Le sourire aux lèvres elle pensa que c’était un fort beau rêve...

Rebecca s’installa sur son siège en soupirant de bien-être. Quel bonheur de pouvoir enfin s’asseoir et continuer sa nuit. Sept heure du matin n’est vraiment pas une heure pour prendre le train mais le travail n’attend pas et tant qu’elle n’aura pas le Saint Graal rose elle sera obligée d’en passer par là. Elle ferma les yeux un instant et failli hurler de peur quand, en les ouvrant, elle remarque une forme éthérée sur le siège en face d’elle.

« Qui... Qui êtes-vous ?!
- Oh bonjour, vous me voyez ? Questionna la forme spectrale.
- Vous êtes un fantôme ? Cria Rebecca.
- Vous devriez parler moins fort on vous regarde bizarrement... »

Rebecca regarda autour d’elle et remarqua qu’effectivement quelques passagers l’observait d’un air circonspect. Elle passa subrepticement la main sur son oreille, dégageant une mèche de cheveux cendré et laissant voir une oreillette bluetooth. L’attention du peu de personnes présentes se dégagea d’elle, partant du principe qu’elle était au téléphone. Elle en profita pour reposer son regard plus longuement sur la jeune femme translucide alanguie sur le siège. Elle était belle, jeune, dix-neuf ans, peut-être vingt, la peau diaphane... Normal pour un fantôme. Les cheveux roux, quelques tâches de rousseur sur le nez, un petit grain de beauté au coin de l’œil. Un magnifique regard vert sapin qui donnait l’impression de se trouver au beau milieu de la Forêt Noire.

« La vision te plait ? Murmura l’apparition en riant la faisant sursauter, prise dans ses pensées elle avait occulté sa présence.
- Qui êtes vous ? Redemanda Rebecca d’une voix plus mesurée.
- Je m’appelle Éléonore, et pour répondre à votre question précédente je ne suis pas un fantôme. En fait, je ne sais pas trop ce que je suis. Je sais que je suis vivante et actuellement dans mon lit en train de dormir. Une projection astrale peut-être ? Comment vous-appelez vous ?
- Rebecca. J’ai l’impression de dormir debout. Pourtant vous semblez tellement réelle. Transparente certes, mais vraie. J’ai vingt-et-un ans et je me rend à mon travail. Vous avez de la chance de dormir comme une bienheureuse.
- J’ai vingt ans et la chance de vivre à dix minutes de mon université. Ne commençant qu’à neuf heure le mercredi j’ai la joie de profiter du sommeil un peu plus longtemps que les autres jours.
- Chanceuse ! Rigola Rebecca. Qu’étudies-tu ?
- Le droit. C’est tellement rare d’avoir un peu de temps libre, mais j’adore mes cours. Et toi, ton travail ?
- Je suis en apprentissage dans un atelier de reliure. J’aime tellement les beaux livres que j’ai décidé d’en faire mon métier. Bon, par contre, je suis fatiguée, bonne nuit !
- Fais de beaux rêves. »

Rebecca s’endormit sous l’œil attentif d’Éléonore qui en profita pour la regarder à son tour. De longs cheveux cendrés entouraient la peau laiteuse de son visage. Ses paupières cachaient ses jolis yeux bleus comme un ciel sans nuage. Elle se mit à sourire et se reposa.

Un homme les regardait avec nostalgie. Il voyait la jeune femme et se rappela qu’il avait été à sa place il y a bien longtemps et avait rencontré à cette occasion feu son épouse. Il leur souhaita une vie aussi heureuse que la sienne, après tout, elles étaient sans doute des âmes-sœurs.

Fin
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,