Rétroviseur

il y a
2 min
298
lectures
40
En compétition

Ouvrez mes livres, secouez les, il en tombera des poussières. Aux rayons du soleil de vos yeux elles dessineront mes colères et mes voeux. De moi à vous de vous à moi pour un plaisir fou  [+]

Image de Été 2020

Je jette un coup d’œil au rétroviseur de droite, celui qui me permet de voir si tous les passagers sont bien montés. Je ferme la porte avant. Quelque chose bloque la porte centrale. Encore ce grand type blond à l’allure de prof avec son cartable usé. Il a mis son parapluie en travers. Toujours à la bourre celui-là ! Et si par malheur je démarrais quand il arrive, il n’hésiterait pas à taper sur la porte avec son pépin.
Je rouvre puis referme. Je regarde le rétroviseur intérieur : tout est en ordre. Clignotant gauche. Une voiture me double m’empêchant de déboiter. Petit con ! Et la priorité ! Enfin je démarre. Je monte rapidement les vitesses.
Nouveau coup d’œil au rétro intérieur. Elle est là avec ses yeux noirs qui rient. Je ne vois que sa tête, dans une masse de cheveux frisés. Je rêve ou elle m’a fait un petit clin d’œil ?
Je me concentre sur la conduite pour remettre correctement le bus dans son couloir prioritaire. Je regarde l’horloge. Je suis encore dans les temps. Au prochain arrêt il y a un agent régulateur et il ne fait pas de cadeau : le moindre retard et c’est la prime qui saute.
Re-coup d’œil dans le rétro. Elle s’est rapprochée, comme elles le font toutes. Pourtant ça fait des années qu’on ne porte ni casquette, ni uniforme.
Non, le terminus c’est Bellevue. Elle devrait le savoir depuis qu’elle prend cette ligne. C’est vraiment pour me faire parler. Hé ! On ne s’appuie pas à la barre de séparation.
Mon téléphone portable vibre. Je n’ai absolument pas le droit de répondre, mais je regarde le nom qui s’affiche : un copain bouliste du Bar des oiseaux. Je rejette l’appel.
Une Clio rouge, devant moi, pile brusquement. Elle est dans le couloir réservé. Elle ne devrait pas y être. J’écrase la pédale du frein.
Un murmure de désapprobation parcourt le bus. Une poussette roule vers l’avant. La mère la rattrape in extremis. Yeux noirs est projetée vers la porte. Elle pousse un petit cri ; elle s’est cogné le genou. Je m’excuse. Je m’étais pourtant interdit d’adresser la parole à un passager. Un gros oignon rouge échappé du cabas d’une vieille dame roule jusque vers moi. Yeux noirs tente de le ramasser en me frôlant la jambe. Holà ! On ne touche pas le chauffeur et on reste dans le couloir.
Je redémarre. Le régulateur m’attend à l’arrêt Gambetta. Il me fixe sévèrement. Coup d’œil à l’horloge. Je suis à l’heure.
Arrêt. Ouverture des portes. Je souffle. Une cigarette et un petit pastis me feraient du bien. Pas question pour le moment.
Portes. Clignotant. Changement de vitesse. Essuie-glaces. Il pleut des cordes.
— Je m’appelle Sofiane.
Je ne réponds rien, mais glisse un regard dans sa direction. Bien roulée la gamine. Peut-être 25 ans. Pantalon noir moulant ; corsage blanc légèrement échancré sur une poitrine généreuse. Veste noire cintrée.
Merde j’ai loupé l’arrêt quatre chemins. Personne ne manifeste dans le bus, mais je vois dans le rétroviseur extérieur un homme en djellaba grise qui agite les bras en vociférant. Tant pis pour lui.
Victor Hugo, Lycée Récamier, Allende, et enfin Bellevue. Les arrêts se suivent. Le bus se vide petit à petit. Sofiane, elle, reste collée à la barre de séparation.
Terminus. Je coupe la clim et l’éclairage intérieur. Elle renifle en se tamponnant les yeux avec un petit mouchoir blanc.
— Qu’est-ce qu’il y a mademoiselle ? Vous ne voulez pas descendre ?
— Mon père m’attendait aux quatre chemins pour me ramener à la maison. Le bus ne s’est pas arrêté.

40
40

Un petit mot pour l'auteur ? 37 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Elle ne l'a pas volé. On ne distrait pas le conducteur !
Image de PAPOUNET06130 Gindre
PAPOUNET06130 Gindre · il y a
heureux que cela vous ait plut.
Image de Fabienne Luisa
Fabienne Luisa · il y a
J'adore! Je me suis vraiment crue dans le bus!!! Et, la chute est très drôle!
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
les yeux sur la route, enfin ! ah la la..belle histoire
Image de Lililala
Lililala · il y a
très sympa ce récit, je suis descendue au terminus !
Image de JACB
JACB · il y a
On s'y croirait ! Je n'irais pas par quatre chemins, ces tribulations d'un conducteur de bus sont très agréables à lire , merci Papounet!
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Une narration très agréable avec tous ces petits détails de tous ces petits gestes, ces attention à porter à al route, aux personnes du bus, les pensées et réflexions du conducteur. Vous lui avez donné vie et réalité. Je regarderais les chauffeurs de bus différemment à présent !
Si une lecture vous tente :-)
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-lombre-de-sa-devotion

Image de Mod GUY
Mod GUY · il y a
Sympa !
Image de Bernie
Bernie · il y a
Texte plaisant à lire avec des détails bien imagés, la chute est terriblement amusante et triste à la fois !
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Époustouflant!

J'adhère par ma voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le chemin

Lydie Jaillon

Ils cheminent côte à côte sur une route inconnue.
Autour d'eux se dressent des arbres centenaires et de frêles arbustes aux branches délicates qui frémissent dans le vent.
Sur le chemin... [+]