Responsable mais pas coupable !

il y a
2 min
103
lectures
14
Qualifié

Une passion pour l’écriture, souvent en ateliers. Mon genre préféré est le texte court. "Choper" un personnage, lui mitonner une petite tranche de vie... J'éprouve un grand plaisir à  [+]

Image de 2016
Image de TTC
Prologue

Cette pièce courte se passe un beau midi de juillet dans une petite ville d’Auvergne, simultanément à deux endroits, très proches.

- Sur la place de l’église, Christophe est attablé à la terrasse d’un café avec le fils d’une voisine : Adrien. (Acte 1)
- Hervé et Jeanne sont dans leur voiture. C’est jour de marché, les places de parking sont toutes occupées, ils ont déjà fait trois fois le tour des rues environnantes, cherchant en vain une place. (Acte 1bis)

Acte 1

A la terrasse du café :

CHRISTOPHE : (après avoir levé son verre en direction d’Adrien). Ta mère m’a dit que tu envisages d’entreprendre des études de kiné, toi aussi ?


ADRIEN : (levant son verre lui aussi). Ouais, ça me tente.

CHRISTOPHE : Et qu’est-ce qui te plairait, dans ce métier ?

ADRIEN : (haussant les épaules). Ben... en sciences, je suis plutôt bon... L’anatomie, ça m’intéresse... Je me dis que ça doit bien rapporter...Ma mère m’a dit que vous vendrez votre cabinet dans quelques années... Sans vouloir vous froisser, c’est pas trop handicapant d’être aveugle ?

CHRISTOPHE : Ta franchise me plait, je vais t’expliquer.
Tu sais, mon outil principal, c’est ça : (Il agite ses deux mains de droite à gauche : Geste 1.)
Mes professeurs me disaient que j’avais des mains en or mais, attention, je n’ai pas dit qu’elles me rapportaient de l’or ! (Il tourne la main droite vers lui et repliant ses doigts comme s’il « captait l’oseille » : Geste 2.)
Tu vois, quand j’ai un patient sur ma table de massage, que ce soit une frêle adolescente souffrant de scoliose, (Il écarte les mains et les pose sur les flancs de sa patiente imaginaire : Geste 3.) ou quand il s’agit d’un vieux monsieur obèse souffrant d’arthrose (Ses mains s’ajustent en largeur : Geste 4.) je sais que je vais leur apporter du bien-être et ça, ça me motive.

BANG. Adrien et Christophe n’y prêtent pas attention.

ADRIEN : (opinant du chef). Ah, oui, je comprends.

CHRISTOPHE : Je crois qu’en compensation de mon handicap, j’ai développé l’ouïe. (Il touche le pavillon de son oreille droite : Geste 5.)
Pendant que le patient se déshabille et s’installe sur la table, et que moi je m’enduis les mains d’huile de massage (Il frotte ses deux mains l’une contre l’autre : Geste 6) je le questionne, j’écoute ce qu’il dit de son corps, de son mal et je suis attentif aussi aux variations de sa voix, aux émotions qu’il exprime.

ADRIEN : (toujours attentif). Ah oui, je comprends mieux, je ne pensais pas à ça. Est-ce que vous pourriez me prendre quelques jours en stage, pour que je me rende mieux compte ?

CHRISTOPHE : Pas de problème, passe dès lundi matin.

Les deux se lèvent. (Geste 7) Christophe prend sa canne et en habitué du lieu il se dirige sans hésiter vers la porte d’une maison voisine, suivi par Adrien.


Acte 1 bis

Dans la voiture d’Hervé et Jeanne :

JEANNE : Regarde, il y a un type en terrasse qui nous fait des grands signes de « bonjour », tu le connais ? (Geste 1)

HERVE : Il me semble vaguement que je l’ai déjà vu. Tiens, il a repéré une voiture qui quitte une place de parking devant la terrasse et nous fait signe ! (Geste 2)

JEANNE : Sympa ! Et en plus, il t’aide à te garer, c’est bon, tu peux reculer, il y a de la marge, (Geste 3) tu peux même y aller franco, il montre qu’il y a une grande marge derrière... (Geste 4)

BANG

HERVE : Oh, le connard ! Il m’a fait emboutir la voiture de derrière et en plus, il se fout de ma gueule ! Il sourit, il rigole du bruit (Geste 5) et il se frotte les mains, (Geste 6) content de lui ! Je vais lui dire deux mots.

JEANNE : Le lâche, regarde, il se barre ! (Geste 7) Merde... Il a une canne blanche...
14

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,