3
min

Requiescant in pace

Image de Tranquillou974

Tranquillou974

278 lectures

178

Qualifié

Mon année de 6ème au collège de T. est émaillée de souvenirs certes décousus, mais qui ont contribué, je crois, à forger définitivement ma personnalité de pipelette passive. Sous l’œil bienveillant du Sieur Colin, qui dirigeait honorablement ce digne établissement, je quittai brutalement l’univers à coiffes de l’école maternelle pour affronter la cacophonie joyeuse – et toute laïque –, d’un collège de banlieue qui, aussi minuscule fût-il, n’en recelait pas moins des trésors de personnalités maniaques, et quelque part dévastatrices.
Madame Caffard, petite perruche au crâne hérissé de mèches blondes, eut l’insigne honneur d’être mon premier professeur de français. À dire vrai, je me souviens davantage de son perpétuel caquetage que des rudiments que – dans l’espèce de brouhaha de basse-cour qui régnait –, elle s’évertuait pauvrement à nous rentrer dans le crâne. Mais quelle satisfaction le jour où Jean-Marie Shanen – sous le regard effaré de sa sœur jumelle Béatrix, timide et réservée –,  jaillit de sa chaise et, la traitant haut et fort de « salope », lui administra sous nos yeux une gifle à faire tituber un bœuf !
Jean-Marie, bien qu’âgé d’à peine onze ans, avait déjà cet air usé des petites frappes de banlieue et des dents outrageusement cariées, précocement jaunies par le tabac de pacotille qu’il fumait en cachette de son père – sans tousser. Mais ce jour-là, et en dépit des nombreuses heures de colle que lui assigna solennellement le Sieur Colin, il devint le Héros : celui qui avait réussi – quitte à essuyer la punition suprême : le renvoi du collège –, à clouer le bec de la perruche caquetante ! Que faire pour réconforter la petite frappe, si ce n’est d’accepter de fumer avec lui ma première cigarette, mélange toussotant dont je ne garde qu’un seul souvenir : les dents de Jean-Marie, affreusement jaunes et cariées, mais tout à la joie d’aspirer et d’aspirer sa liberté d’enfant indomptable, qui avait su jeter à la face de la Caffard ce mot insultant de « salope » ?
Si j’étais à cette époque ce qu’il est convenu d’appeler une petite dinde – pipelette à faire peur mais soucieuse, tout de même, d’être bonne élève –, si la petite dinde admirait en secret l’absence de couardise de Jean-Marie Shanen et ses dents jaunes à décourager le plus consciencieux des dentistes, je vouais dans le même temps une admiration sans bornes pour la fillette probablement la plus effacée de notre classe de 6ème. Jeanne Ternat était pauvrement vêtue et avait toujours l’air triste. Je n’ai pas souvenir d’avoir jamais vu sourire cette enfant pâle aux cheveux noirs, ternes et plats. Mais la modeste Jeanne – dont je revois encore la pauvre taille, maladroitement attifée dans une robe à fleurs jaunes, délavée à force d’essorages –, avait sur moi un avantage indéniable et qui forçait mon imagination d’enfant : ses seins poussaient et « ça lui faisait mal » ! J’aimais questionner Jeanne. J’aimais aussi, je crois, forcer Jeanne – qui ne parlait jamais –, à s’exprimer sur cet effrayant mystère de ce qui « faisait mal ». Et pourquoi ? Et comment ? Jeanne ne souriait pas et tristement parlait, dans son langage de campagne, de bourgeons durs et froids.
Bruno Vidal-Cross avait des dents de cheval et hennissait en conséquence. Certes, il savait être drôle, mais combien je le haïssais quand mon frère Jean-Baptiste disait de lui que c’était « mon amoureux » ! J’affectais donc avec lui la froideur la plus excessive lorsque, à huit heures moins dix pétantes, il faisait crisser les pneus de sa bicyclette au 42 rue Carnot. C’était là, en effet, le signe que je devais rallier tambours battants la troupe des véloclards qui iraient assaillir le collège de T.. Pour peu que mon frère Baptiste scandât ce bruyant départ de la ritournelle attendue (« Vidal-Cross est ton amoureux-reux-reux ! ») et voilà ma journée de gâchée car même si j’aimais le gros rire de Bruno, je détestais en revanche qu’il se compromît jusqu'à rire au 42 rue Carnot, comme un cheval, de toutes ses dents. Mais Jeanne Ternat était là, pâle et triste consolatrice aux bourgeons durs et froids. Son teint, de pâle, était devenu jaune et sa robe aux fleurs délavées laissait maintenant affleurer de pauvres genoux, maigres et crasseux. Jeanne avait grandi !
Monsieur Colin rentra, solennel et bienveillant, dans le cours de Madame Caffard, plus perruche que jamais, plus que jamais s’évertuant à faire rentrer dans nos pauvres crânes des rudiments impossibles, inacceptables. Jean-Marie Shanen se tint coi : il n’était plus question de traiter la Caffard de « salope » devant le proviseur. Bruno Vidal-Cross eut l’instinct de ne pas hennir. Tous, nous retenions notre souffle : qu’avait Monsieur Colin à nous annoncer, de si important ?
Jeanne Ternat était morte.

PRIX

Image de Printemps 2018
178

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une belle tendresse!
·
Image de Maryse
Maryse · il y a
Encore une belle histoire... Touchante...
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci infiniment, Maryse !
Très bonne journée et à bientôt sur la propre page :)
Tranquillou974

·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Je suis très émue par ton texte Tranquillou. Je me suis plongée quelques années en arrière à mon époque du collège et j'y ai retrouvé quelques personnages dont tu n'as pas hésité à durcir le trait... C'était aussi malheureusement aussi le temps où la médecine ne pouvait pas grand chose pour les enfants asthmatiques ou autre pathologie respiratoire. J'imagine que cela aurait pu être le cas de Jeanne...
Ton texte m'a aussi bien fait sourire.

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci beaucoup pour ton commentaire circonstancié, Geny.
Non Jeanne n'était pas malade. Sa tristesse était liée à son immense pauvreté et aux dettes sous lesquelles son père croulait.
Un jour, il a commis l'irréparable. C'est pourquoi j'ai choisi le pluriel pour le titre.
Encore merci pour ton soutien et à bientôt pour d'autres partages,
Tranquillou974

·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
toute cette "animalerie" est superbe ! mes voix
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire et votre soutien électoral, L'Ecriveure !
Le mot "superbe" m'a beaucoup touchée. Vraiment.
Je vais me rendre sur votre page sous peu :)
Excellente journée à vous et à très bientôt donc,
Tranquillou974

·
Image de JigoKu Kokoro
JigoKu Kokoro · il y a
Bonjour Tranquillou974 ( ^_^)
Il y a dans ce texte, comme dans "Inappétences", un double ton qui mélange propos presque humoristique à n ton plus sérieux presque tragique au final. J'ai beaucoup aimé ce portrait presque caricatural de ces divers personnages. j'ai beaucoup de peine pour le personnage de Jeanne qui est une réalité car il y a dans toute les classes une (ou un) Jeanne. Il y a dans votre style cette particularité de phrase longue et de description dont nous avions parlé. Ceci est votre façon d'écrire j'en convient tout à fait mais il y a tout de même une forte récurrence à la répétition qui cette fois-ci me gêne un peu. Ces répétitions, ajouté au propos entre tiret ( - Propos- ) qu'on additionne aux virgules cela fait beaucoup. Quelques part cela ralenti le rythme de lecture et surcharge parfois un peu le lecteur. Attention, la qualité des mots et du propos ne sont pas du tout mis en cause, bien au contraire mais un allègement n'aurait pas nuit à ce texte que je préfère à "Inappétences". Pourquoi ? Parce que j'ai été une Jeanne Ternat ( ^_-)*
La qualité première que je vous confère et d'avoir déjà votre propre univers et style personnel bien reconnaissable qui mérite le détour et la découverte. Je vous proposerais bien "Elle,Lui et Moi" ou encore " A toi Lulu" comme lecture.. ( ^_^)

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire circonstancié, JigoKu Kokoro !
J'aime votre franchise et vos remarques - toujours très constructives : elles n'ont rien de froissant, bien au contraire.
J'ai une affection toute particulière pour ce texte : cet hommage posthume à Jeanne est sorti d'un seul jet.
Longtemps enfouis dans ma mémoire, tous ces souvenirs ont brutalement rejailli comme autant de flashs.
J'ai essayé de les retranscrire "tels quels".
Je viens bien sûr honorer votre aimable invitation, vous pensez :)
A très bientôt, encore MERCI, et excellente journée à vous,
Tranquillou974

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Je suis heureuse que mon commentaire vous ait plu, JigoKu Kokoro !
Bien à vous et à très bientôt sur votre propre page.
Un lien, peut-être ? Je suis un peu débordée de travail en ce moment :(((
Très bonne journée à vous en attendant,
Tranquillou974

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un texte plein d'humour qui me parle.
Mon sonnet est en finale dans le Prix de la St Valentin, côté poésie. Je vous invite à aller le découvrir.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/au-bout-de-la-nuit-1

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci, Virgo34 !
Je vais de ce pas honorer votre aimable invitation bien sûr :)
A très très bientôt donc,
Tranquillou974

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Merci à vous.
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci à vous pour le partage :)
J'ai de mon côté beaucoup aimé votre poésie. Vraiment.
Très bonne journée à vous,
Tranquillou974

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Je suis heureuse que mon commentaire vous ait plu.
Bonne journée,
Tranquillette974 :)))

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Tu donnes le sourire puis le reprends avec une telle habileté... (excuses pour le tu, si je peux...) A nouveau une bien belle histoire et la tristesse mêlée à la nostalgie de l'enfance est tout simplement superbe! Bravo pour ce beau texte :)
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bien sûr que tu peux me tutoyer, MéliMélo !
Ton commentaire circonstancié me touche beaucoup : je voulais en effet que gaieté et tristesse soient étroitement mêlées dans cet hommage posthume à Jeanne.
Encore merci et à bientôt,
Tranquillou974

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Je suis contente que tu aies aimé mon commentaire, MéliMélo !
Tranquillou974

·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Triste histoire ! Le titre l'annonçait pourtant, mais pris dans vos personnages attachants et votre récit particulièrement réaliste, je me suis fait surprendre. Pas autant que vous, j'imagine... En tout cas, j'imagine que votre aptitude (et talent !) pour les récits autobiographique doit aider à guérir ce genre de blessure. Bravo et bonne chance pour votre texte. Si vous souhaitez faire un petit voyage, c'est par ici... http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noon Sinon au plaisir ;-)
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire circonstancié, Serge.
Oui pour l'écriture autobiographique (le talent, c'est une autre histoire) : cet hommage posthume à Jeanne m'a en effet beaucoup aidée à surmonter ce drame.
Je vais de ce pas me plonger dans votre propre texte :)
Tranquillou974

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Ravie que vous ayez aimé mon commentaire, Serge !
Bien à vous et à bientôt,
Tranquillou974

·
Image de Maninred
Maninred · il y a
Un bien beau récit Tranquillou. Bravo
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci beaucoup, Maninred !
Votre "bravo" me touche d'autant plus que ce souvenir reste très douloureux.
Bien à vous et au plaisir,
Tranquillou974

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Toutes mes voix pour ce texte porteur de nos souvenirs d enfants douloureux et si présent. Pas facile à porter. Pas facile à écrire.
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire, Ayasha.
Ecrire cet hommage posthume à Jeanne m'a en partie soulagée de la souffrance ressentie lors de l'annonce de sa disparition.
Bien à vous et au plaisir,
Tranquillou974

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Et c est important
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Oh que oui !
Au plaisir,
Tranquillou974

·