Répugnance

il y a
1 min
150
lectures
64
Qualifié

J'ai 60 ans et suis auteure d'un roman publié en 2008. Mes passions sont l'écriture et la lecture. Je suis adhérente de l'association locale "l'Atelier des Mots" créée par Jeanine où nous  [+]

Image de 2017
Image de Très très court
L’impact des gouttes sur le métal lui donnaient déjà des nausées.
Il n’en pouvait plus mais force était de constater que cette fâcheuse situation s’était installée au fur à mesure des années. Elle savait manigancer pour le rendre totalement dépendant d’elle.
Elle avait décidé que son goût pour le sang devait être partagé par lui.
Alors, au moins une fois par semaine, elle s’arrangeait pour se procurer sa dose hebdomadaire. C’était rouge, ça dégoulinait de sang, bref, il s’agissait de cadavre.
Il redoutait les dimanches, jour choisi par elle afin de le contraindre à consommer.
Il avait tenté de lui expliquer son aversion, mais rien n’y faisait, elle refusait de l’entendre prétextant que c’est excellent pour la santé.
Il connaissait le lieu où elle se fournissait. Il aurait aimé avoir le courage de le supprimer. Il aurait déposé une bombe et la déflagration aurait été telle que des morceaux de barbaque se seraient éparpillés partout, du sang aurait sans doute giclé sur les murs environnants et ce funeste décor aurait pu réveiller la conscience des « clients ».
Cependant, comme il ne trouvait pas le courage de la quitter, il se sentait incapable d’organiser ce genre d’attentat et surtout il ne voulait surtout pas blesser ou pire, risquer de tuer quelqu’un.
Le dimanche suivant arriva, comme habituellement, elle enfonça le couteau dans le morceau de viande, une mare de sang se répandit tout autour. Ce spectacle lui apparût insupportable.
Il se leva, quitta la table et se précipita aux toilettes pour vomir.
Très rapidement, il prit la décision de la quitter. Enfin, il allait pourvoir devenir végétarien ou végétalien, il ne savait pas encore.
N’empêche, elle continua de se rendre chez son boucher pour acheter son rôti dominical et le déguster goulument.

64

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,