repture

il y a
1 min
2
lectures
0
« - Désolé, mais je vous quitte.»

Ces simples mots, si intenses si secs. Tu pensais que ceci n’arrivait que dans films, qu’aux autres et pourtant c’est bien toi qui l’entendais. Abattue, découragée, stupéfiée tu étais. Tu pensais que votre relation était tant solide que rien n’y pourra vous séparer.

Tes yeux se noyaient, tout fut flou pour un moment. Sa voix qui te fut jadis sourire, te dérangeais au point que tu l’avais l’impression d’être assise à côté de ta petite nièce qui pleurniche jour et nuit. Sa voix aussi harmonieuse que celle de ton chanteur favori se métamorphosait en une entièrement gênante qui donne de la migraine.

Ce n’était guère difficile auparavant de cacher ta propre tristesse, de paraitre forte, d’ailleurs au lycée, tu sourirais malgré ces cicatrices qui te fussent mal et pourtant, tu n’y arrivais pas, tu étais incapable de le cacher que ça t’anéantissait, tu avais le cafard, la mort en main. Ces paroles abstruses étaient un vrai parasite.

Ton cœur si serré hachais ta respiration, tu palissais, tremblais...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

L'air du pays

A. Nardop

Il y a longtemps que Lucien n’avait passé une aussi bonne nuit.
La chaleur étouffante ne l’avait pas gêné, il ne se souvenait pas avoir rêvé et se réveillait en pleine forme pour cette... [+]


Très très courts

L'héritage

Matthieu Coquard

Une lumière éclatante se déversait dans la chambre, donnant au mobilier une existence crue, presque obscène. Paul avait dû prendre sur lui pour en franchir le seuil et ce fut également avec... [+]