4
min

Rendez-vous sur le banc de pierre

Image de FlorianeG

FlorianeG

203 lectures

100

Me voilà assise sur le banc. Ce banc de pierre face à la mer. Celui de la photo prise à Meneham, sur la côte des légendes – ça ne s'invente pas ! – dans le Finistère. La mer encore. Toujours. Qui m'inspire, m'apaise et me relie. À l'infini. Près d'elle je me sens connectée. Incluse dans l'infiniment grand et l'infiniment petit. Les éléments s'y rejoignent : l'eau, la terre, l'air dans la brise, et le feu du soleil. Tout est là.

J'attends. Un brouillard épais s’installe et s'intensifie. Je ne distingue rien autour de moi. J'entends la voix, apaisante et profonde. Elle me dit de rester là, et d'observer ce qui va venir. Peut-être... ou c'est certain. Pour l'instant, toujours rien. J'ai décollé, aspirée par le haut du crâne. Je suis sortie de mon corps. Je me suis élevée. Et j'ai franchi les barrières pour voyager vers le ciel étoilé. Vers l'infiniment grand de l'Univers tout entier. Et je me suis posée sur ce banc bienvenu. J'attends. J'attends que quelqu'un me rejoigne. Elle. Ou un autre. Connu ou étranger. Je suis prête à accueillir celui ou celle qui voudra se présenter. Quel qu'il soit, je suis venue le rencontrer.
Je ne vois plus la mer désormais. Je sais qu'elle est là. Mais elle s'éloigne de moi. Je n'ai pas peur. Je suis bien. À ma place. Dans cet ailleurs indéfinissable. Hors de tout : du temps et de l'espace. Plus rien n'existe comme je le connais. Le blanc m'entoure et m'enveloppe. J'aperçois alors, dans ce flou opaque et dense, une chose qui avance. Indistincte. Elle se rapproche. C'est une ombre, aux contours imprécis d'abord. Elle prend forme à mesure qu'elle glisse avec légèreté vers moi. Plus loin, discrète, à peine perceptible, une autre l'accompagne. En retrait. Elle s'efface presque aussitôt que j'en perçois la présence, me laissant seule avec la première, sombre. Pourtant une lumière intense s'en dégage. Pas une lumière « visuelle », une lumière « d'intention » je dirais, vibrante. Une lumière d'Amour. Un concentré d'amour pur. La voilà, celle pour laquelle j'ai parcouru ce long chemin. Je ne sais pas encore qui elle est. Mais je sais que c'est elle. Je le sens. Je le perçois en-dedans de ce corps que j'ai pourtant laissé en-bas. Le brouillard se dissipe. Elle vient s'asseoir à mes côtés. Alors, ses contours se dessinent et je la reconnais. Ma mémé. Avec son visage tout ridé. Ses cheveux « grisonnés » et ses mains fripées. Ses traits sont apaisés. Elle n'a pas rajeuni, mais elle a changé. Elle paraît allégée du poids des ans qu'elle portait. C'est elle, débordante de lumière et de vie. Elle ne parle pas. Elle transmet avec une paix et une tendresse infinies. Elle me dit qu'ils vont bien. Tous. Ils sont restés à la maison. Pépé et papa regardent la télé. Ma sœur est à la plage. Ils vivent ensemble dans une maison très colorée. Comme dans les îles. Une végétation luxuriante l'entoure. Ils sont bien ici. Et ils nous accompagnent, au quotidien. Au fil de son récit sans mots, je visualise ce qu'elle me « dit ». Je les vois, mes êtres chers, tels qu'elle les décrits. Bien entendu le volume de la télé est trop fort, mon père et mon grand-père sont sourds comme des pots! Je souris. J'ai envie de leur dire de baisser le volume. Ma sœur profite du soleil, allongée sur le sable blanc devant une eau turquoise, limpide. La maison est belle, mauve pastel avec ses poutres blanches. De plein pied. Sans porte ni fenêtre. Ouverte sur l'extérieur.
Je lui demande pourquoi c'est elle qui est venue, et pourquoi les autres n'ont pas fait le déplacement pour me voir. Elle répond que je n'en ai pas besoin. Pas aujourd'hui. J'insiste en évoquant ma sœur, partie il y a peu. Elle me précise qu'il est trop tôt. Une autre fois peut-être. Je saisis que la deuxième ombre tout à l'heure, c'était elle. C'est certain. Elle s'est présentée parce qu'elle savait que je l'attendais. Mais ce n'est pas le moment. Elle a fait un simple coucou de loin, pour que je sache qu'elle est ici aussi. Mais elle avait mieux à faire, la plage, pensez-donc !, elle qui aime tant le soleil et la bronzette. Et j'ai visiblement mieux à faire aussi avec ma grand-mère.
Elle se lève et m'invite à la suivre. Elle m'emmène visiter l'île. Le décor est grandiose. J'y croise toutes sortes d'êtres lumineux empreints de bienveillance. De chacun émane une infinie douceur. J'aperçois un chat gris qui se prélasse à l'ombre d'un arbre. Je le reconnais à sa tache blanche sur la gorge. C'est Mistigri, le chat de mon enfance. La promenade est baignée de lumière enveloppante. Mais déjà la voix me rappelle et m'indique qu'il est l'heure de rentrer. Je ne peux pas rester ici trop longtemps. Je dois redescendre et rejoindre mon corps physique. Ma grand-mère m'accompagne jusqu'à la plage. Le banc n'est plus là. Je visualise le fil d'argent que je dois suivre. C'est lui qui me relie à mon corps. Il va me guider jusqu'en-bas au son de la voix, et me permettre de retrouver mon chemin.
Au moment de se dire au revoir – pas adieu, je sais que nous nous reverrons – je me penche vers elle et la serre dans mes bras. Elle m'enlace également. Ma petite mémé. Il n'y a toujours pas de mots entre nous. Le message passe autrement. Par un canal invisible. Elle me dit « Tout va bien ». Je sais intuitivement à quoi elle fait référence. Ma grand-mère est la seule à qui je n'ai pas dit au revoir avant son grand départ. À tous les autres, si. Ma culpabilité disparaît instantanément. L'Amour pur déborde. Il n'y a que ça, en réalité. De l'Amour. Qu'importe le reste. Elle ne m'en veut pas. Elle ne m'en a jamais voulu. Elle savait et elle sait à quel point je l'aimais et je l'aime encore. Voilà pourquoi c'est elle qui est venue à ma rencontre et pas ma sœur. Elle est venue m'apporter la paix que je cherchais. Je peux me pardonner. Tout va bien. Rien n'est grave. Et tout est juste... Je peux rentrer maintenant. Le message est passé. Elle s'évapore doucement. Et le décompte commence.

Ce voyage s'achève. Tout est allé très vite. À peine quelques minutes me semble-t-il. En réalité, une heure et demie environ. La réintégration de mon corps est douloureuse. Je me sens lourde. Et à la fois tellement plus légère. Un autre voyage commence désormais. Je ne sais pas encore tout ce que cette expérience m'apportera. Je devine encore moins à cet instant que je reverrai ma sœur dans des circonstances impromptues, lorsque le moment sera venu. Mais ça, c'est une autre histoire...

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
100

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de FlorianeG
FlorianeG  Commentaire de l'auteur · il y a
Pour découvrir l'autre histoire dont il est question à la fin, c'est par ici:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/remonter-le-temps-1

·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Des messages de l'au-delà qui apaisent. Puis-je vous inviter à découvrir mon court poème... https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/automne-77
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Merci Chantal. Et pardon, je n'avais pas vu votre message jusqu'à maintenant… Votre poème est très beau!
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Merci, cela n'a pas d'importance. SE étant un site de partage, on doit parfois faire un petit appel du pied pour être lu.
·
Image de coquelicot
coquelicot · il y a
un au-delà plein d'amour, Pour nous faire moins peur ? Merci.
Pour un petit tour par chez moi.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lemancipation-des-ombres-1

·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Pour nous apaiser, nous donner de l'espoir...?
Merci de votre passage et de l'invitation.

·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
J'ai beaucoup aimé votre texte si bien écrit et surtout pour le message délivré, ils ne sont pas loin, ils sont là tout près de nous et si nous avons pu faire la paix avec eux ou que nous leur avions dit combien on les aimait avant : c'est sûr tout ira bien...
Mention spéciale pour les bancs face à la mer, j'ai une amie dans le Finistère qui fait de superbes photos de bancs face à la mer, elle m'a donné envie d'y aller et c'est chose faite depuis 2017, j'ai adoré la Bretagne pour tous ses sentiers côtiers magnifiques et tous ses bancs face à la mer

·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Il serait bon que j'aille y faire un tour. Cette terre m'attire. Sûrement pas par hasard.
Merci Diamantina.

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit empreint de poésie et d'émotion.
Je vous invite à aller visiter ma forêt d'Emeraude.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/larmee-des-ombres

·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Merci Virgo34. Allons-y pour la forêt d'émeraude.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Merci à vous, Floriane.
·
Image de MCV
MCV · il y a
J'ai beaucoup aimé "Tout va bien. Rien n'est grave". Qui évoque si bien les rares moments où l'on est d'accord avec la vie.
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
C'est un beau message n'est-ce pas? Si c'est bien le cas, c'est d'autant plus rassurant et cela peut aider à dédramatiser certains événements de la vie de chacun… Merci de votre passage MCV.
·
Image de Nini Trinacria
Nini Trinacria · il y a
Du style, du rythme, du rêve emprunt de poésie, de la lumière, de l'espoir, une vraie caresse, du velours, enveloppant et rassurant.. un retour à la réalité facilité par la lecture des "signes" lisibles et perceptibles seulement par ceux qui sont en mesure de les voir... avec leur cœur ! Une histoire qui nous parle, facilement transposable à soi...qui n'a, hélàs, pas perdu un ÊTRE CHER ! Une lecture d'où l'on sort d'ailleurs, le cœur léger et rempli de tous ceux qui nous ont quittés avec le sentiment qu'ils ne sont pas loin, qu'on les reverra. Il faut regarder avec son cœur ! A nous de savoir interpréter les signes ! Bravo et Merci à toi Floriane pour ce message d'ESPOIR !
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
C'est enthousiasmant de voir combien ce texte peut parler à d'autre. S'il peut alléger et apaiser alors c'est super. Merci à toi.
·
Image de JACB
JACB · il y a
On lévite avec vous Floriane et le style est très porteur pour l'atmosphère étrange mais si pleine de tendresse ! Bonne chance à vous !
Vite je vais lire la suite ....

·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Super, filez vite! Merci JACB.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Meneham est un lieu si chargé de légendes qu'il constitue le cadre idéal d'un tel récit en effet ! J'ai beaucoup aimé la manière dont vous créez l'atmosphère, en phrases courtes, sans verbes, préparant le lecteur à cette "apparition" dont le message m'a évoqué celui du Petit Prince : " On ne voit bien qu'avec le cœur" . . .au plaisir FlorianeG !
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Bel écho à ce qui est évoqué ici. C'est vrai que j'ai ce penchant spontané pour les phrases courtes, sans verbes, dans les descriptions. Il me semble que cela donne du rythme à la lecture.
Merci Francine.

·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Continuez ainsi, c'est vraiment réussi ! Belle soirée Floriane et à bientôt !
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Merci beaucoup! Belle soirée à vous aussi.
·
Image de bgv
bgv · il y a
Le lecteur ressent aussi ce sentiment de paix, on attend la prochaine histoire, avec peut être la visite de la soeur...
·
Image de FlorianeG
FlorianeG · il y a
Merci bgv. Tant mieux si mon texte permet cette transmission.
·