Rencontre d'une vie

il y a
1 min
21
lectures
3

sérénité, calme je désire partager mes écrits tous simplement ouvert à toutes critiques. mon monde est vaste ouvert d'esprit j'adore apprendre sur tout  [+]

Par une nuit de juillet, sans lune, nous nous rencontrâmes au buffet de la gare. Vous étiez assise au bar, sur ce tabouret de cuir rouge, devant votre verre.

En entrant, je ne vis que vos longues jambes, je fus attiré par leurs galbes et ne pus que m'asseoir près de vous, dès que vous posâtes votre regard sur moi, j'ai su qu'à jamais je serai votre serviteur.
Comment décrire la couleur de vos yeux, à eux seuls, ils sont une poésie appelant au voyage, votre voix chaude me tira de mes rêves, à votre bonsoir, je répondis, puis dans un bégaiement, me présentais.
Aujourd'hui, encore, je me souviens de votre rire comme par miracle, il m'avait détendu et ainsi ma timidité s'envola avec lui.
Nous parlâmes de tout et de rien, nous refaisions le monde, le temps pour nous s’arrêtait. Je me souviens que vous deviez prendre le Mistral de six heures quarante-cinq, pour Marseille et que moi, je devais me rendre sur Grenoble pour les vacances.

Vous vous êtes douté de rien, quand j'ai prétexté l'achat d'un paquet de cigarettes, pour me rendre au guichet, Faute de pouvoir l'échanger, je fis l'achat d'un nouveau billet en direction de la Canebière.
À mon retour, reprenant notre discussion, de mon nouveau projet, je ne vous dis rien et à l'annonce de votre train nous nous quittâmes.

Quarante ans après, je revois le sourire illuminant votre visage lorsque qu'en face de vous, je m'assis. Pour nous, nous étions isolés du monde dans ce compartiment, les paysages qui défilaient ne nous intéressaient pas, seul l'amour qui naissait entre nous comptait à nos yeux.
Arrivant à la gare saint Charles, nous descendîmes heureux du train.
Prenant un taxi nous nous dirigeâmes vers cette calanque, où vos grands-parents vous avaient prêté leur cabanon.

Maintenant, que nous sommes à la retraite ma mie, nous l'habitons tous les étés, recevant pour les vacances nos enfants et petits-enfants, comme nous nous l'étions promis un jour du mois de juillet dans le train qui fut pour nous celui du bonheur.

3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Un homme, une femme... une belle rencontre ferroviaire sur les rails de la vie !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un texte d'un charme fou. Et dire que l'on dit que les gens heureux n'ont pas d'histoire ! Bravo, Alain ! Je clique sur j'aime.
Vous avez aimé Mumba et je vous en remercie. Je vous invite à une petite ballade dans les dunes si vous avez le temps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/me-chienne-ianna-dans-les-dunes