Rencontre du 3ème type

il y a
3 min
80
lectures
18

J'ai toujours aimé lire. Je suis addict depuis l'âge de 7-8 ans... Puis, avec les années, j'ai découvert qu'écrire procurait aussi bien du bonheur. Oh je me sens bien modeste, n'ayant pas de don  [+]

Dîner chez Marie ce soir, ça va être super sympa... Nous, les dîners entre copines, on aime bien... Marie a eu la bonne idée de s’inscrire dans un club de rencontres comme si, à 26 ans, le couperet du célibat était déjà là ! L’élu potentiel sera là ce soir, elle n’a pas eu le courage de le revoir en tête-à-tête, ouhhh la peureuse...
T’inquiète, on sera là, nous les fidèles copines célibataires, qui adorons boire du thé à la bergamote, qui nous faisons des virées au bord de la mer, qui avons toujours des plans sur la comète pour les samedis soirs, et organisons d’inoubliables soirées diapositives. Oui, j’ai bien dit : diapositives... Ben oui, puisque nous sommes en février 1982 ! On sera là pour ta super soirée, Marie, et jauger ton fameux Don Juan, lui donner son pass ou non !

D’autant que, que... le neveu de ta gardienne sera là, ce neveu d’origine slave dont tu nous rabats les oreilles depuis plusieurs mois, mais qui, apparemment, n’a pas l’air de trouver grâce à tes yeux pour la vie à deux. Et oui, des nanas de 26 ans, ça ne pense pas qu’à la bagatelle, ça pense aussi au grand amour, avec un grand A. On a beau avoir 26 ans et jouer les filles libres, on est romantiques et on pense toutes à la même chose !

J’arrive la deuxième dans ton super petit studio face au Parc des Buttes Chaumont. Je me sens toute chose, et oui, moi aussi j’aimerais bien avoir« mon mec », un mec normal, avec des bras, des jambes, un cerveau et tout et tout...
Nous sommes plusieurs à être présents maintenant, à finir d’aider (tartinage des petits canapés, coupe du pain, placement des chaises autour de la jolie table, etc...).

Coup de sonnette.. un grand brun se profile dans l’encadrement de la porte d’entrée : je remarque d’emblée la chemise à carreaux façon cow-boy et la grosse moustache ! Je me dis intérieurement « pas mal ce site de rencontres finalement... - la chance qu’elle a, Marie... ».

Le cow-boy avance, un peu gauche et dis bonjour à tout le monde. Tiens ? mais il a un accent... Yesss ! le cow-boy et le neveu ne feraient-ils pas qu'un ? Sans réfléchir au pourquoi, ça me fait très plaisir... Il s’avance et salue chacun d’entre nous. Je suis sous le charme... le physique d’abord, brun, moustache impressionnante, grand, souriant et l’accent slave. Les mots maladroits qu’il prononce m’annoncent qu’il n’est pas en France depuis longtemps...

Re-coup de sonnette : le voici l’ami de Marie que nous attendions, Pascal. Rien à voir avec « mon » cow-boy, oui je le sens déjà être mien... Pascal, que j’ai bien du mal à décrire avec le temps... Bon, disons qu’il est transparent. Ca vous va comme description ? Transparent et muet. Je me souviens que la deuxième rencontre n’en connaîtra pas de troisième. Marie trouvera bien chaussure à son pied quelques mois plus tard, le temps d’avoir deux filles, puis de s’apercevoir que « la chaussure » ne convenait pas si bien que ça à son pied... Divorce...

Par contre... cette soirée aura bien chamboulé la vie de deux personnes, vous l’aurez deviné... celle du cow-boy et la mienne... Déjà 33 années ensemble à ce jour comme mari et femme et nos 237 kgs d’enfants, notre vie telle une tornade, qui continue de tourner, tourner, tourner... traversant plaines et montagnes russes, sans relâche... Lorsqu’on la sent venir, on monte sur nos ergots, se détestant l’un l’autre, prononçant des mots que l’on regrettera dans les cinq minutes mais ne l’avouant pour rien au monde. Et ne me dîtes pas qu’il faut boire un verre d’eau pour empêcher les mots aigres de sortir ! Ca peut marcher, mais pas toujours (essayez...).

Puis, le temps de reprendre son souffle, exténués par l’épreuve de force, le silence se réinstalle et on imagine déjà comment on va bien pouvoir se rapprocher, sans en avoir l’air, sans surtout s’avouer vaincu... Puis une petite phrase magique, ridicule en elle-même, mais qui signe la fin des hostilités, du genre « j’ai épluché une orange, tu en veux ? ». Et les choses reprennent leur cours comme aux premiers temps. La tornade est passée, on n’y pense plus, on sait bien que le conjoint-amant devient, avec l’âge, un compagnon, un frère, un copain, un fidèle... Cette petite phrase magique, c’est mon mari qui l’a trouvée figurez-vous... et oui, c’est qu’on est rancunières, nous les femmes... Faut juste trouver la phrase magique !

Et puis, il en faut bien des tornades pour apprécier le soleil et sa chaleur... !
18

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Un texte plein de fraîcheur où l'Amour est roi.
Image de Lililala
Lililala · il y a
Merci beaucoup Dolotarasse ! j'avoue que le texte seul, demeure plein de fraîcheur... nous, les acteurs de cette rencontre en perdons chaque jour davantage... ahahah
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Belle illustration de la magie, la vraie, quand elle opère pour relier ceux qui étaient destinés à être ensemble.
Image de Lililala
Lililala · il y a
Merci pour être passée me lire ! et oui... le destin... qui l'eût cru ? :-)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Matin vertigineux

Mome de Meuse

C’est pour aujourd’hui. C’est lui qui l’a décidé. Pour fêter ses douze ans, Aodren va faire avec son père la descente en rappel des Dalles Grises dans les gorges du Verdon. Cent... [+]

Très très courts

La Paix

Nicolas Auvergnat

Aimé était pétri avec la boue du terroir de la rive gauche du Rhône. Il était grand et avait un vaste buste. Sa tête carrée était plantée dessus, et s’il avait la bouche fine, son nez... [+]