Image de Jolana

Jolana

896 lectures

57

Qualifié

Il aimait jouer sa vie pour qu’elle soit plus facile à vivre peut-être. Il aimait se donner du style un peu à la Humphrey, beau gosse viril qui faisait chavirer le cœur des femmes. C’est ce qu’il prétendait en tous cas. Il fumait, beaucoup, buvait parfois un verre de bon scotch. Il aimait les films hollywoodiens, ceux qui avaient fait la gloire des Rita Hayworth, des Clark Gable, des Ingrid Bergman...

Un soir, il s'était arrêté près d'un vieux cinéma qui passait un classique, un vieux classique comme il les aimait, un film dont il aurait voulu être le héros et vivre les aventures au loin, Casablanca. Il avait sorti une cigarette de son étui, avait pris son briquet et s'apprêtait à l'allumer.
A cet instant, une jeune femme en imperméable marron clair, talons hauts révélant la splendeur de ses jambes fines, les cheveux blonds cachés sous un foulard, l'interpella d'une voix suave.

— Bonsoir, vous avez du feu ?

Il n'en revint pas. Les lèvres de cette femme étaient pleines, recouvertes d'un rouge qui mettait en valeur leur pulpe naturelle. Elle était comme ces actrices dont il avait tant rêvé. Elle s'accordait parfaitement à son personnage fantasmé qu'il essayait d'incarner. Son regard de biche, perçant, semblait lire en lui et le deviner entièrement. Elle semblait sortie d'un film de Hitchcock. Elle le troublait et elle le savait.
Il lui vint cette réplique qu'il connaissait par cœur et qu'il s'était entendu dire mille fois en situation imaginaire.

— De tous les bars, de toutes les villes dans le monde, il fallut qu’elle entrât dans le mien !
— Déjà la conclusion ? Nous venons juste de nous rencontrer, répondit-elle sans sourciller mais avec un tantinet de provocation dans le regard. J'avais le souvenir d'un homme plus grand, plus brun dans ce rôle.

Elle sourit. Elle tendit sa cigarette vers lui.
Il fit crisser son briquet et lui donna du feu.

— Je voulais justement revoir ce chef-d'oeuvre. Voudriez-vous m'accompagner ?
— Pourquoi?
— Tous les grands films, sans exception, contiennent une part importante de “aucune raison”. Vous savez pourquoi ? Parce que la vie elle-même contient des tonnes de “aucune raison”.
Il lui sourit et tendit son bras en un signe d'invitation à le suivre. Contre toute attente, elle glissa le sien en-dessous.
— Alors sans aucune raison, allons-y !
— Je m'appelle James Ruppert.
— Faut-il qu'un nom soit prononcé ? répondit-elle mystérieuse.
— A la fin du show, comme un deus ex machina. Je peux attendre jusque-là.

Et à la vie fantasmée de James se greffa la vie d'Ingrid – vraiment c'était son prénom –, qui s'étaient rencontrés comme dans un film, devant le cinéma qui jouait leurs héros préférés, mais à la différence des personnages de fiction, ils ne se séparèrent jamais.

PRIX

Image de Automne 2016
57

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flip
Flip · il y a
RDV derrière le cinéma, ce soir à 21h. Je suis sûr que vous me reconnaîtrez. Imperméable, Borsalino, tout y est... Bravo pour l'ambiance.
·
Image de Cerise
Cerise · il y a
55 !
·
Image de Nastasia B
Nastasia B · il y a
Ma modeste contribution pour soutenir ce joli texte.
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Des fois.. la réalité ressemble à un de ces films, à s'y méprendre.
·
Image de Patrick Garcia
Patrick Garcia · il y a
Bien écrit. Et dire que si l'héroïne avait vapoté, la rencontre n'aurait peut-être pas eu lieu. Mon vote.
·
Image de Shinji11
Shinji11 · il y a
très bien écrit, nous sommes transportés immédiatement dans cet instant de vie fugace et envoutant.
Puis-je vous diriger vers ma page et un texte " deux corps" ? il n'est pas en compet'. Comme je débute je cherche des avis éclairants...
belle journée, a bientôt !

·
Image de Jolana
Jolana · il y a
oui!!! JE vais aller vous lire!!
·
Image de Brigitte Prados
Brigitte Prados · il y a
Un bel angle pour assister à cette rencontre cinématographique.
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Quand le mythe s'insère dans la réalité.... Comme si un personnage de "La Rose Pourpre du Caire" sortait de l'écran... pour ne pas y retourner !
J'ai adoré ce texte (dois-je préciser que j'ai vu "Casablanca" 21 fois, que je l'ai passé à mes élèves qui ont fini par l'aimer ce "vieux film" malgré leurs préventions, que le charme d'Ingrid Bergman - et de sa prolongation sur cette planète, Isabella Rossellini - joue toujours sur moi...) pour sa capacité à faire cohabiter magie hollywoodienne et quotidien terre à terre, pour son humour et - finalement - son romantisme.
Pour rester dans le monde du cinéma, je vous propose la découverte d'un de mes textes (un peu plus cynique, je dois l'avouer), «Faute d'autographe » (http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/faute-d-autographe)

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une vraie belle rencontre ! Bravo !
·
Image de JACB
JACB · il y a
Voilà du cinéma en VO; très sympa cette rencontre...un pied de nez aux sites qui fleurissent sur le net! mon vote Jolana, bonne chance!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Ils déjeunaient ensemble comme chaque mardi. Le mardi toujours. C’était ça. Leur jour, leur moment, un instant entre eux mais qui ne prêtait à aucune...