2
min

Renaissance du tremplin de Saint Nizier Du Moucherotte

Image de Sonia Gravier

Sonia Gravier

69 lectures

53

Il se donnait corps et âme pour cette nouvelle épreuve. Il s’entrainait depuis sa plus tendre enfance. Le grand ordinateur l’avait sélectionné pour devenir un sportif talentueux, spécialité « Saut à ski ». Comme d’autres à travers le monde. Le glorieux ordinateur décidait de tout, mais de façon juste ; il savait ce qu’il convenait à chacun. Chacun avait sa destinée toute tracée. Il était né en éprouvette à Grenoble et avait grandi rue Alsace Lorraine, dans le centre d’entrainement des sportifs, spécialité « Sports de glisse ».

Il s’entrainait donc depuis toujours. Car lors du saut, de nombreux muscles étaient sollicités, en partant de la ceinture abdominale pour garder une bonne position de schuss pendant la prise d'élan ou pour tenir le plus droit possible en l'air, et même lors de l'atterrissage pour amortir le choc de la chute. Les muscles des jambes, les fessiers et les muscles du mollet étaient également importants pour l'impulsion au décollage qui était le moment clé du saut. Mais tous ces muscles ne pouvaient fonctionner correctement sans leurs antagonistes. On avait donc également les muscles lombaires, comme les spinaux dorsaux, qui complétaient la sangle abdominale et les fessiers. Mais aussi les quadriceps et les muscles fléchisseurs du pied. Les jambes, l'abdomen et le bas du dos étaient donc des muscles très sollicités pendant cette épreuve, c'était donc ceux que les sportifs développaient et le plus. Pour ce faire, il s’exerçait beaucoup. Course à pied, salle de musculation. Mais aussi ski de fond à partir du site de la Tronche. Ce n’était pas possible en 1968 mais avec la grande glaciation de 2100, il était maintenant possible de faire du ski de fond, des raquettes ou du ski de randonnée à quelques kilomètres de Grenoble...

Pour le 200ème anniversaire des jeux olympiques d’hiver de 1968, le tremplin de Saint-Nizier-du-Moucherotte, situé sur les pentes du Vercors et surplombant Grenoble, avait donc été rénové. Les épreuves de saut à ski se dérouleraient de nouveau à Saint-Nizier-du-Moucherotte. Le tremplin avait fonctionné jusqu'en 1987, avant d'être abandonné et même interdit d'accès au public. Mais il avait été restauré, car si à l’époque le tremplin était mal placé, sur un site ouvert aux quatre vents et où la neige ne tenait pas, la grande glaciation permettait aujourd’hui la réouverture de ce site magnifique. Les bâtisseurs avait su redonner à cet endroit toute la splendeur qu’il méritait. Le tremplin était redevenu, 200 ans plus tard, le symbole des Jeux Olympiques de Grenoble.
Le grand jour arriva. Disputée le dernier jour, devant 5000 personnes privilégiées venues du monde entier, l'épreuve de saut était l'apothéose des jeux de Grenoble en cette année 2168. Car le saut à ski était sans conteste l'un des sports d'hiver les plus spectaculaires, une démonstration époustouflante de courage, d’audace et de concentration.

Il se prépara. Il était prêt. A gagner. Encore une fois. Car sinon, c’en était fini de lui.

Arrivé au pied du gigantesque ouvrage, il grimpa lentement l’escalier qui le conduirait au sommet ou bien à sa chute. En haut du tremplin, le panorama qui s’offrit à lui était incroyable. Il dominait Grenoble, avec au loin la chaîne de Belledonne, le massif de la Chartreuse et la vallée du Grésivaudan enneigée. Il contempla peut-être pour la dernière fois la beauté de ce paysage grandiose. Il ferma les yeux, balaya du regard la grande foule des spectateurs, leur fol enthousiasme, la musique enivrante... et s’élança sur la piste, déterminé.

Il s’envola alors dans les airs à plus de 100 mètres avec la ville en contrebas. Sensations. Frissons. Impression de liberté. Il défia la gravité.
Puis, il attendit les résultats. Ils étaient 200 à participer. Il gagna. Encore une fois. Mais chaque année arrivait sur le circuit de nouvelles recrues prêt à en découdre pour survivre. Il ne voulait pas y penser. Pas maintenant.
Cette victoire lui apportait aujourd’hui la gloire et la vie. Un sursis pour une nouvelle année. Encore une victoire et il serait libre.
Il s’était donné corps et âme.

PRIX

Image de 2020

Thème

Image de Très très court
53

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Oka N'guessan
Oka N'guessan · il y a
Génial, bravo , mes 2 voix , je vous invite aussi a aller me découvrir et voter aussi pour moi au passage https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-lumiere-10 merci
Image de Adrien P
Adrien P · il y a
je like
svp votes pour moi

Image de RAC
RAC · il y a
De l'élan dans ce texte !
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Le saut à ski ,une épreuve vertigineuse !
Très bien écrit avec une concentration dans la description des détails.

Image de Sonia Gravier
Sonia Gravier · il y a
Merci beaucoup !
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Un beau tremplin que cette idée de scénario. Toutes mes voix grenobloises.
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
Une nouvelle d'anticipation. Etrange mais pourquoi pas? Je suis en lice dans ce concours et celui de "72h" où votre texte aurait aussi pu trouver sa place car l' thème est "un peu d'air". Portez vous bien.
Image de Philippe Larue
Philippe Larue · il y a
Une histoire bien lue. Que pensez-vous de celle-ci? https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chicoree-amicale-leure
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Une bonne histoire dans un futur lointain, mais Grenoble est toujours présente. Bravo, toutes mes voix!
Je concours aussi avec à fond la passion , si vous souhaitez me découvrir.

Image de Sonia Gravier
Sonia Gravier · il y a
Merci beaucoup !
Image de Vero. La Comete
Vero. La Comete · il y a
Étrange.