1
min

remparts

Image de Ryry

Ryry

1 lecture

0

Saint Malo, 8 décembre.

15 heures

Sacré vent !
Bien venu ou mal reçu ?
Force 7 ou 8 ?
Va savoir !
Sacré vent, glacial un temps, qui stimule mon corps pourtant protégé.
Décoiffant pour ce qu’il me reste.
Vivifiant pour ce qu’il me reste d’envie.
Marée montante, pluie tangente.
Mon esprit tout aussi, traversé de spasmes d’hivers.
J’ai un peu froid. Normal.
Pourquoi, ici ?
Me voilà sur ces murs, debout,
balayé par le souffle du vent qui tant peste.
Fermées les écoutilles ! sauf que je le ressens encore, lui et moi un rien contents.
Je ne suis pas clair, mon ombre absente, sur ce chemin qui m’érode et m’élève tout autant.
Rien n’est trop clair.
Poussières de sable, ah ! ces remparts..

17 heures.

Marée haute.
Mes pas emprunts d’une longue mélancolie,
sur le sillon long, côtoient les embruns.
Rien ne m’étonne mais tout me ravive.
Ces grondements, ce ciel sombrant vers la nuit,
Cet horizon marin, noirci, parsemé de rochers plus ou moins embarqués,
presque îles.
Ce phare si proche et d’autres plus lointains.
Plus lointains.
Grosse mer, les vagues sont fortes et persévérantes.
Elles viennent de loin et repartent,
ressacs incessants de l’instant.
De loin.
Mon esprit s’époumone en silence.
Silence du diable, abrutissant.
Tissant les liens d’autrefois à maintenant.
Chemins déroutants qui me fondent présent.
Vagues à lames.
Il est temps de..

18 heures

Demeure la certitude d’une inquiète solitude mais tant rassurante .
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,