Réminiscence

il y a
1 min
4
lectures
0

écrire pour se vivre encore et encore, pour jouer avec ses miroirs et ses mémoires. Ecrire pour se voir dans l'autre, pour voir l'autre en soi  [+]

Niort – 16.10.89
Quelle odeur, dites-moi, cela a t-il, une réminiscence ? J'ai encore dans la bouche le goût de mes amours du week-end, et la fatigue qui en résulte persiste à me renvoyer en même temps les sensations, les odeurs, les douces interprétations de ces moments privilégiés. L'impression – l'expression, plutôt – de ces deux rencontres amoureuses – Yolande et Simone – a balayé le long et glacial voyage en moto de ce matin. Le froid n'a pas pu aller plus loin que mon épiderme bien longtemps.
« Les relations amoureuses commencées dans cette période seront plus passionnelles et plus physiques que les autres » disaient mes prévisions astrales. Et oui ! C'est cela, cher ami. Je n'ai pas souffert de ces érotismes-là. J'ai été le pilote de mes émotions et de mes envies. Sans sacrifier ni mon sens de la pudeur ni mon aversion pour la vulgarité. Douce et chantante était ma communication avec elles.
Réminiscence ou inminiscence ? Dans les choses qui ont vraiment bougé dans ma vie et qui ont saisi les meilleures clés pour ouvrir d'autres perspectives pour demain, assurément le langage de mon corps peut se compter. J'ai brisé il y a longtemps une bonne partie de ce qui muselait mon corps et ai ensuite toujours cherché à lui donner ce qu'il attendait de plus convivial, de plus doux, et de plus indispensable pour sa survie. Des moments comme ceux-là s'impriment en lui de façon majestueuse et durable, repoussant dans le même élan mes propres limites à la résurrection et à l'activation de ma mémoire.
Homme-cheval, sagittaire fléchant et fléchu, je suis bien mi-homme mi-animal, c'est à dire mi-ciel mi-terre. Sans mon ancrage réel sur terre, c'est à dire chez les hommes, mon envolée vers le haut serait désailée et naïve. L'élixir que ces amours-là – celles-là, dis-je bien – me transmettent est en même temps l'eau vive qui pourra éteindre les poudres de mes explosions prématurément promises. Besoin d'elles pour être un guerrier, j'ai sûrement aussi besoin d'elles pour ranger un jour les armes. Elles ou elle, celle-ci qui, n'ayant pas su la véritable souffrance de ma vie antérieure, permettra que ma réincarnation encore inachevée puisse se fixer paisiblement avant la fin de cette vie-là. Que mon âme donc n'ait pas besoin de mourir ou de se mutiler pour trouver son véritable personnage – le personnage Michel. Que je puisse terminer l’œuvre inscrite dans ma destinée et enfin poser cette âme charcutée sur le lit (lit, l, i, t) drapé où de gentilles infirmières lui donneront les derniers petits soins avant envol.
Mon prénom était une énigme qui disparaît. Mon nom prend sa suite maintenant.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Dans le noir

Louise Dubois

Il me demande où je veux me mettre. Une question des plus normales. Elle me déstabilise. Je choisis, un peu au hasard, un peu par habitude. Lentement, je m’installe, les jambes légèrement... [+]


Très très courts

Nine

Nicola Florin

0 minute sous l’eau.
Il prend son inspiration et plonge dans l’eau.
Ça se passe toujours un jour comme les autres. D’ailleurs, ça reste un jour comme les autres, mais j’ai... [+]