Remenber

il y a
1 min
32
lectures
0
Je me souviens qu'elle était brune comme les filles à la tombée du jour sur les quais sales et embrumés du port, qu'elle était noire et profonde comme le désir et la solitude des marins les lendemains de fret. Je me souviens que pareille au grand large, elle colportait les senteurs orientales et les couleurs de jade collées à même sa peau.
je me souviens qu'elle se vêtait parfois de cette mélancolie propre aux longues vagues des heures sombres, lesquelles d'un pâle murmure venaient mourir langoureusement sur la crève, leurs lèvres souillées par la clarté macabre de la lune.
je me souviens que l'amour passé, je m'enroulais à sa forme tel une corde et les yeux clos et les tempes encore rouges, amarré à la chaleur de son corps et le cœur à la dérive, je m'enfonçais dans l'oubli de moi et de ce monde, tout comme dans un puits.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Brûler

Mikaël Lumière

Un fauteuil club au côté du lit. Légèrement enfoncé, une jambe par-dessus l’accoudoir, la chemise déboutonnée aux manches relevées ; au poignet, l’heure qui n’a plus d’intérêt, et... [+]


Très très courts

La porte ouverte

Rita Renoir

Je suis là, allongée nue sur mon lit et je t’attends. Je ne te connais pas. Je ne connais que tes mots provocants et ton goût du jeu. Ce jeu que nous avons initié il y a quelques jours déjà en... [+]