1
min

Réflexion de plâtre

45 lectures

0

Jamais un corps ne pouvait s’imaginer être doté de capacités jusque là inutilisées.
Certains muscles, alors ignorés, ce sont soudainement déliés, dégagés, délivrés, dénoués, libérés...
Etonnante laxité qui tout à coup trouve un terrain inconnu, une évidence à explorer. Une histoire d’aptitude talentueuse.
L’anatomie, ignorée dans certains détails, prend tout à coup une dimension facile et ingénieuse.
Certains tendons usent d’un pouvoir compétent à l’instar d’un mental conditionné à des habitudes ordinaires.
Ce mental, ce mode de fonctionnement un peu répétitif, toujours réitéré par un traitement quotidien sans réflexion aucune, laisse dans un état de latence le reste du corps.
Magnifique machinerie que celle de cet assemblage parfait d’os, de muscles, de tendons, de nerfs: lorsque l’un d’eux manque à l’appel, les autres s’emballent pour tenir debout l’organisme de la vie.
C’est alors qu’intervient la direction de cette machinerie, le cerveau.
Certainement perturbé par ce dysfonctionnement, perdu dans ses repères, étonné de cette soudaine incapacité, se brouille et se défend.
A la rescousse de cet état de panique, les émotions se mêlent en passant de la colère, à l’indignation, de la fureur à l‘agressivité, pour, enfin, se poser dans le raisonnement positif et constructif.
Merveilleuse invention que celle de la réflexion pour gérer un corps en désarroi!

0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur