1106 lectures

393

FINALISTE
Sélection Jury

Les agents du service d'intervention avaient rapidement enfilé leurs tenues et embarqué le matériel de réanimation pour enfin grimper dans leur véhicule. Brûlant les stops et les feux rouges, ils avaient parcouru les huit kilomètres qui les séparaient du lieu du drame en quelques minutes. Madame Pichon était aux cents coups de sa vie. Vrillant nerveusement entre ses doigts son collier acheté récemment place Vendôme, elle reçut ces messieurs en uniforme sur le pas de la porte et leur indiqua où se trouvait la victime.

— Faites vite ! Il est dans le salon. Il ne donne plus aucun signe de vie.
le cadet s’approcha d’elle pour tenter de la rassurer :
— Ne vous affolez pas madame, nous allons faire le nécessaire.
— Je ne comprends pas, ça faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé.
— Notre équipe va rapidement le prendre en charge.
— Faites-vite, implora madame Pichon, je n’ai plus que lui.
Elle rejoignit les secouristes pour aller aux nouvelles.
— Alors, dites-moi tout, messieurs. Ne me cachez rien.
— Difficile de se prononcer, lui annonça Bill avec empathie.
Il était le plus âgé et à la fois le responsable du groupe d’intervention.
— Je crois qu’il va falloir vous attendre au pire.
Madame Pichon fondit en larmes. Bill fit signe au cadet de la réconforter. Aussi, il reprit :
— Racontez-moi rapidement comment c’est arrivé.
— Je lui parlais comme d’habitude et il a soudain perdu connaissance sans signe avant-coureur.
Un autre secouriste présenta un rapport imprimé à son supérieur.
— Regarde, Bill. Ça lui est déjà arrivé à plusieurs reprises et là aussi encore la semaine dernière.
— Hélas, personne n’est éternel madame Pichon. Votre compagnon est en fin de vie.
— Je vous en prie. Ramenez-le-moi. Je ne peux me résoudre à le perdre pour toujours.
Le secouriste secoua la victime avec vigueur.
— Mais vous êtes fou. Vous allez le tuer.
— Parfois ça marche. Et puis... Perdu pour perdu, nous n’avons pas le choix.
Madame Pichon mordit nerveusement son collier tandis que le secouriste continuait de plus belle à tenter l’impossible.
— Ah, regardez. Un signe de vie.
— Je n’ai rien vu, répondit la pauvre désespérée.
— Allez, encore un effort. Regardez, je vous l’avais dit. Il revient à lui.
— Oui, c’est vrai. Il a l’air heureux.

Madame Pichon prit son iPhone entre ses mains avec tendresse tandis que Bill répondit à un appel téléphonique. Il avait l’air troublé par ce que lui disait son correspondant. Il hochait la tête à chaque fin de phrase de ce dernier. Enfin, après quelques minutes, il raccrocha et s’adressa à nouveau à madame Pichon :
— Je vous le répète, madame. Préparez-vous à ce que ce soit la dernière fois.
— Même si on change la batterie ?
— Cela ne servirait à rien. On a déjà changé l’écran. Votre iPhone est au bout du rouleau. Apple ne peut vous envoyer des secours sans arrêt pour un si vieil appareil.
Madame Pichon caressa son iPhone avec un regard des plus tristes en lui parlant :
— Mon pauvre petit. Comment pourrais-je accepter de te perdre alors que tu contiens toutes les données et les numéros de nos amis ? Toi qui a une si parfaite définition et un haut-parleur qui restitue avec perfection la voix humaine.
— Vous savez madame. La technologie évolue tous les jours. Il y a des appareils beaucoup plus performants que votre vieil engin.
Virant soudain au rouge vif, elle gifla avec vigueur le secouriste.
— Comment osez-vous ? Hors de ma vue goujat ! Allez, fichez-moi le camp d’ici, bande de mécréants.

Les secouristes avec le logo de la célèbre pomme croquée dans le dos quittèrent les lieux en embarquant tout leur matériel de réanimation pour I phones usagés. Une fois dans leur camion, ils résumèrent la situation.
— Elle est un peu cinglée la proprio, hein chef ?
— Ce n’est pas la proprio, c’est l’intendante. Elle veut nous faire croire qu’elle est chez elle, mais elle nous baratine. Les propriétaires sont morts dans un accident de voiture il y a des mois. On n’a retrouvé leur véhicule au fond d’un ravin que très récemment.
— Comment le savez-vous ?
— John me l’a appris au téléphone tout à l’heure.
— Mais alors, la vieille aurait dû être plus discrète. Pourquoi a-t-elle réagi de la sorte ?
— Je m’attendais un peu à une telle réaction de sa part, surtout quand elle a proposé de changer la batterie de son iPhone. Réaction typique d’une machine. Maintenant, tout le monde jette, sauf les androïdes. Elle cherche encore à faire marcher la garantie pour ne pas payer notre intervention comme le faisait ses propriétaires. Cette bonne femme est un robot couplé à un vieux système de Mac Androbourgeois.
— Ah c’était donc ça l’odeur.
— Oui, ça vient des condos qui commencent à se faire vieux, ils fuient. Je me demande si elle n’a pas elle-même trafiqué la voiture de ses patrons, vu comment elle commence à dater. Elle a au moins trente ans d'utilisation.
— Vous pensez qu’elle les a tués ?
— Possible qu’elle ait compris qu’ils cherchaient à s’en débarrasser. Ils avaient passé commande pour une autre intendante selon John. En tout cas, comme tous les robots intelligents, elle aime le fric vu le collier qu’elle portait.
— Ah OK. Je comprends pourquoi elle tient à son vieil iPhone.
— C’est clair, elle ne va pas faire à un autre appareil ce qu’elle n’aimerait pas qu’on lui fasse. Je vais appeler les collègues du service technique robotique pour qu’ils la mettent au recyclage. Ils devront par contre récupérer son iPhone pourri. Elle a dit qu’il contenait les coordonnées de ses amis.
— Les gars du service technique devront se méfier. Elle vous a mis une sacrée gifle.
— Tu as raison Paul. Il faudra les prévenir d’y aller avec des armes.
— Dans quelle maison de retraite ils vont la mettre, Bill ?
— Ben d’abord à la décharge ou elle finira en pièces détachées. Tout ce qui n’est pas réutilisable sera ensuite expédié dans les pays émergents, comme d’habitude...

PRIX

Image de Hiver 2019
393

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Thara
Thara · il y a
Je reviens pour madame Pichon, une seconde fois...
Re-vote.
+ 4 voix !

·
Image de Michel Baudry Guitariste Écrivain
Image de Luc Soullard
Luc Soullard · il y a
Bravo Mitch toujours aussi créatif et original bon vent pour la suite !
·
Image de Meygan Casano
Meygan Casano · il y a
Puis-je utiliser cette nouvelle dans le cadre d'un cours de français que je preste ? Bien entendu je vous citerai en source.
·
Image de Michel Baudry Guitariste Écrivain
Michel Baudry Guitariste Écrivain · il y a
Oui, pas de problème, Meygan Casano. Vous préciserez également à votre auditoire que je suis l'auteur de 4 romans disponibles aux éditions du net. Amicalement, http://www.leseditionsdunet.com/search.php?search_query=MICHEL+BAUDRY
·
Image de Meygan Casano
Meygan Casano · il y a
Je n'y manquerai pas, merci à vous.
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Amusant, dans le sens noble du terme, joyeux. Mes voix.
·
Image de Michel Baudry Guitariste Écrivain
Michel Baudry Guitariste Écrivain · il y a
Merci Florent
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
Beau texte poignant de quelques vérités actuelles valait bien un 5 merci
·
Image de Michel Baudry Guitariste Écrivain
Michel Baudry Guitariste Écrivain · il y a
Merci Corinei
·
Image de Clé des songes
Clé des songes · il y a
Surprenant !
·
Image de RAC
RAC · il y a
Brr...Ca fait peur ! A bientôt...
·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
SAMU: Service androïde mécanique d'urgence???
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Et voilà un "5", ne serait-ce que pour le service après vente ☺☺☺ !
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Très original ! Jolie découverte !
·