3
min

Rebecca

Image de Paul Digany

Paul Digany

372 lectures

107

Qualifié

Personne ne pourra dire le contraire : Rebecca a toujours été une femme élégante. Et en ce jour exceptionnel, sa coquetterie fait plaisir à voir.

Elle porte la jolie robe bleue offerte par sa fille unique, Maurinne, pour son cinquante-huitième anniversaire et les escarpins sur lesquels elle avait craqué au printemps dernier lors d'une sortie entre copines. Comme de bien entendu, elle avait flashé sur la seule paire, parmi des dizaines d'autres, que ses amies ne trouvaient pas à leur goût, certaines la trouvant même carrément affreuse. Opiniâtre jusqu'à la mauvaise foi, elle leur avait tenu tête et repoussé, une à une, leurs critiques volontairement outrées devant une jeune vendeuse incapable de discerner si ces clientes blaguaient ou si elles étaient sur le point de s'envoyer au visage les chaussures de la nouvelle collection qu'elle avait soigneusement rangées sur les présentoirs. Une scène analogue s'était produite, peu après, dans un bar du Marais à Paris au moment de passer commande. Rebecca qui raffolait des vins pétillants entendait siroter un cocktail au champagne, la spécialité du lieu, tandis que ses copines interpellaient le serveur dont elles n’auraient su dire s’il était majeur ou non :

— Allons jeune homme, vous voyez bien qu'elle ne sait plus ce qu'elle fait, ni ce qu'elle dit. Un peu de boisson et hop ! Elle redevient l'effeuilleuse qu'elle était à 20 ans, disait l'une.

— Épargnez-nous ça s'il vous plaît, ayez pitié de nos pauvres yeux ! Je vous en supplie, pas d’alcool pour elle ! renchérissait une autre.

— On voit bien que vous n'avez jamais vu une vieille femme ivre danser toute nue ! Lançait une troisième provoquant l’hilarité d'un couple attablé à proximité et la perplexité du serveur.

Elles s'étaient encore bien amusées cet après-midi-là. Comme à chacune de leur sortie, elles s’étaient montrées aussi espiègles que les petites-filles de certaines d’entre elles. Les escarpins de Rebecca et son soi-disant passé de strip-teaseuse devinrent par la suite d'inépuisables motifs de plaisanteries qu’elles seules pouvaient comprendre.

Imitation convaincante d'un bijou de grande valeur, son collier de perles est un souvenir du dernier voyage effectué en Asie du sud-est avec Christophe, son ex-mari, avant leur séparation. D'après leurs amis communs, jamais des divorcés n'ont conservé d'aussi bonnes relations. A peine la séparation prononcée, ils s'étaient retrouvés régulièrement chez des proches pour des repas généreusement arrosés et des parties de cartes interminables accompagnés chacun de leur nouveau partenaire. Les témoins sont unanimes : Rebecca trichait ouvertement et beaucoup plus que tous les autres joueurs réunis. Et chacun s'en moquait, seul comptaient le plaisir d'être ensemble et les fous rires des participants devant la mine tellement innocente de la friponne en chef.

Les boucles d'oreille, or et petit saphir, sont un cadeau des copines. Dans une bijouterie du 2ème arrondissement, elles avaient vu leur amie renoncer, à regret, à leur achat qu'elle jugeait déraisonnable compte tenu de leur prix. Reconnaissantes envers Rebecca pour tous les bons moments partagés depuis plus de deux décennies, elles se cotisèrent à son insu pour lui en faire le présent. Sa remise, il y a trois mois, était une surprise à laquelle sa destinataire ne s'attendait pas du tout. Elles fêtèrent ça, entre femmes, en chantant et dégustant des vins australiens ou chiliens – à la cinquième bouteille, elles ne savaient plus vraiment – jusqu'à l'aube au grand dam des voisins pourtant cléments qui s'étaient plaints du tapage. La police était intervenue mais chacune des participantes garderait longtemps encore en mémoire les images heureuses de cette nuit de folie.

Madame Giraud, la coiffeuse de Rebecca depuis quatorze ans, est passée plus tôt dans la matinée. La chevelure auburn de sa cliente n'a plus de secret pour elle, ni les détails les plus intimes de son existence livrés, dès leur premier rendez-vous, sur le ton le plus comique.

— Des clientes comme vous, je donnerais beaucoup pour en avoir davantage ! Plaisantait-elle souvent. Je ne devrais même pas vous faire payer !

Pour le maquillage, un peu de fond de teint, un fard à paupière à peine visible et un discret rouge à lèvres, et la voilà aussi pimpante, ou presque, que sur la photo prise le jour de son départ en retraite.

Ainsi vêtue, coiffée et maquillée, elle a vraiment de l'allure, Rebecca.

Christophe est arrivé en avance, comme d’habitude. Il a attendu sur le perron en grillant une cigarette, puis deux, puis trois. On ne fume pas dans la maison ! Ordre de Rebecca donné quand la villa a été acquise et que nul n'a jamais songé à remettre en cause. Il a accueilli les amies de son ex-épouse, embrassé celles qu'il connaissait et échangé quelques mots avec celles, nombreuses et beaucoup plus jeunes que la maîtresse des lieux, qu'il n'avait jamais vues. Il s'est demandé, une fois de plus, comment on pouvait, à l'âge de son ex-femme, continuer à rencontrer autant de représentantes de différentes générations et parvenir à se les attacher.

Après s’être débarrassé de son dernier mégot dans le cendrier extérieur, il pénètre dans la maison à la rencontre de Maurinne qu'il étreint tendrement. Tout le monde est assemblé dans le salon, près de Rebecca, toujours splendide, allongée pour l'éternité dans son cercueil en acajou.

Aujourd'hui, Rebecca ne s'amuse pas. On l'enterre dans l'après-midi.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
107

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
Un texte " vivant " si j'ose dire...
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
J 'en étais sûre. .. j'ai deviné la chute... pardon
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Mes voix pour ce texte attachant et sa chute étonnante.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un personnage haut en couleur qu'on remarque. +5
Je suis en finale du Prix Imaginarius avec un conte pour enfant que je vous invite à aller lire et soutenir éventuellement.
https://short-edition.com/fr/auteur/virgo34

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un jour pas comme les autres .Le portrait d'un personnage hors du commun .
Une invitation à découvrir mes deux textes en lice également : " l'oeuvre et son maître" et" du diméthylfumarate au ... " . Merci beaucoup ;

·
Image de Paul Digany
Paul Digany · il y a
Merci pour vos commentaires sympathiques
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Comme vous n'avez pas l'air de répondre aux commentaires, je n'en laisse pas. Juste mes 5 voix !
·
Image de Marie
Marie · il y a
La fin est un peu brutale mais le portrait de Rebecca et de ses amies est très convaincant !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Pétillante et imprévisible, Rebecca m'a fait penser à Poupette, la grand-mère de Diabolo Menthe . . . un vrai personnage ! Dans l'avant dernier paragraphe, comme son ex-mari tient le premier plan, la chute m'a effleuré l'esprit, mais j'ai plutôt penser que Rebecca avait choisi son heure, entourée de ses proches . . . J'ai aimé ce portrait original à la lecture très agréable, à bientôt Paul !
·
Image de Alexandra
Alexandra · il y a
bravo, j'ai eu l'impression de lire mon faire part!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Je vais devenir écrivain. Plus question de tergiverser, de trouver des excuses trop bonnes pour être honnêtes et de repousser encore et encore l’accomplissement de ce vieux désir ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

« T’es un cyclique » me dit souvent Agnès. Ce qu’elle veut dire, c’est que je suis constamment sur mon vélo ; parce que dimanche je lui ai appris que ça s’appelait aussi un...