7 lectures

0

Ma page est rouge de colère.
Une lave de mots incandescents l’inonde et la brûle. Des mots hérissés, fiévreux, des mots pleins de rage. Ils crachent leur frustration, se déversent, coulent les uns sur les autres, pressés d’atteindre leur but.
Certains, plus mous, se tordent, lamentables au bout d’une plume acérée qui les regrette déjà. D’autres, violents, âcres, sournois, surgissent soudain d’une explosion de rancœur. Ils étincellent, se pavanent, fiers de leur méchanceté, fiers d’être en pleine lumière. Mots vengeurs trop longtemps réprimés, ils projettent leur aigreur et leur fiel le plus loin, le plus haut possible, sans retenue.
Puis ils retombent, harassés, refroidis par leur propre flambée de violence. Par leur mise en lumière.
La coulée s’épuise, le flot ralentit s’arrête peu à peu et s’achève dans une cendre de verbes. La lave incandescente passe du rouge au sombre.
Quelques filaments, les braises d’une mosaïque de mots encore chauds s’obstinent et continuent d’éclairer la page.
Ce sont les mots et les verbes de l’apaisement, ceux de la chaleur préservée, ceux de l’amitié par-delà les frustrations.
Ils se consument et s’engloutissent peu à peu sous l’avalanche sombre...
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Assis sous un cocotier, protégé du soleil par le feuillage d’un mancenillier, Jojo regardait l’horizon. Une ligne à peine perceptible, qu’aucun mât ne venait briser. Pas de hors-bord, aucune...

Du même thème