Qui est-elle ?

il y a
3 min
66
lectures
1
Image de 2014

Thème

Image de TTC
J'ai l'habitude de me rendre dans la médiathèque de la ville voisine. Cette sorte de bibliothèque contemporaine renferme bien plus de mondes que ne le font les simples lieux qui ne mettent à la disposition du public que des livres plus ou moins racornis, parfois moisis et poussiéreux. Ici, ce sont des mondes sonores et graphiques qui vous interpellent, stimulent votre curiosité sur de nombreux domaines et rapprochent des arts si complémentaires.
C’est avec plaisir certain et une certaine gêne que j'entre dans ce sanctuaire de métal et de verre, à la fois moderne et suspendu dans le temps. Il me semble, à chaque fois, étrange. J’ai l’impression qu’une nouvelle découverte m’attend et, qu’après une recherche toutefois rapide, je pourrai me plonger dans un nouvel univers intemporel qui m’absorbera complètement jusqu’à la fermeture de l’établissement. Au cœur du bâtiment se trouve un agréable petit jardin de lecture aux allures zen avec ses fauteuils en bois vieilli par les pluies éparses dans cette région ensoleillée et avec ses bambous, en touffes, émergeant des lattes de bois du plancher.
A l’intérieur, on y respire l’ombre et la fraîcheur malgré quelques angles baignés de soleil. J'y apprécie le calme et l’espace créé par ces alignements de rayonnages aux hauteurs différentes qui servent à délimiter des domaines distincts adaptés à des publics variés: jeunesse, polars, culture, langues, revues, BD, CD musicaux, films en DVD. Donc, quand je suis dans cet endroit vaguement austère depuis quelques minutes, je m’imprègne de cette atmosphère tranquille et excitante et je m’y oublie totalement. Quel bien-être !
Une après-midi, durant laquelle je m’y étais oublié dans le petit jardin, confortablement installé dans un fauteuil recouvert d’épais coussins de tissu blanc, profondément happé par les revues scientifiques traitant des récentes recherches spatiales, je me surpris à lire à haute voix. Ma lecture portait précisément sur le robot envoyé sur Mars. Il avait fait des millions de kilomètres pour ne récolter que de maigres renseignements. J’en étais désolé et cela s’entendit. A ce moment-là, passa une nouvelle bibliothécaire que j’avais, vaguement mais poliment, saluée à mon arrivée. Elle me jeta un bref regard qui me mit mal à l’aise et, malgré moi, mes joues rosirent.
Elle disparut à l’intérieur du sanctuaire et je m'efforçai de reprendre une lecture silencieuse. L’heure tourna à ma montre et le jour commençait à décliner légèrement dans cette fin d’après-midi printanière. Tout à coup, je sentis une présence, immobile, derrière moi. Surpris, je me retournai vivement et reconnus la nouvelle bibliothécaire. Elle se tenait légèrement en retrait, attendant que je l’aperçoive, certainement pour me demander de quitter les lieux, vu l’heure tardive. Pourtant, quelque chose me sembla étrange. Etait-elle en train de lire par-dessus mon épaule ? Elle me sourit vaguement et, évitant mes yeux interrogateurs, elle me demanda :
- Vous vous intéressez à l’Espace?
Je fus encore plus interloqué et finis par lui répondre :
- Oui.
Là, je me sentis à nouveau mal à l’aise, rosissant de nouveau. Me levant, je lui demandai :
- Vous aussi?
- Oui et non. Je n’aime pas ces revues car elles ne savent rien et vendent des reportages "bidons" avec quatre photos qui se battent en duel, déclara-t-elle, faisant un signe vers moi.
- C’est peut-être parce qu’il n’y a rien de plus à savoir, avançai-je.
- Non, c’est faux. Vous aimeriez que l’on dise de Pompéi qu’il n’y a rien à savoir et que rien ne s’y est jamais passé? rétorqua-t-elle, avec une tonalité contenue mais faisant signe de s’enflammer.
- Pompéi? Non, non, bien sûr. Il y a beaucoup de choses à savoir sur cette ville parce qu’il y a eu de la vie. Mais, là-bas, sur Mars, que sait-on de ce qu’il y a pu y avoir ? Sans doute, rien ! Ce que je trouve regrettable, c’est qu’on gaspille des fortunes pour se rendre compte qu’il n’y a que des déserts. Ça fait cher le gramme de poussière ! finis-je, tentant une boutade pour détendre l’atmosphère et changer de conversation.
- Vous avez raison, ils ne trouveront jamais rien... dit-elle, pensive, comme se parlant à elle-même. Jamais, le passé ne renaîtra...
- Quel passé peut-il y avoir eu? C'est une planète tellurique comme tant d'autres, sauf qu'il n'y a ni eau ni atmosphère, voilà tout, repris-je, prenant l'air connaisseur.
- Non, Monsieur. Vous vous trompez, Mars était une merveilleuse planète habitée par des êtres évolués, bien plus que vous ne pourriez l'imaginer. C'était, il y a très, très, longtemps alors que la vie n'était même pas apparue sur Terre. Et puis, voilà ce qu'elle est devenue. Un désert de poussière où plus rien ne subsiste... C'est terrible, tout de même..., déclara-telle, la voix éteinte.
J'allai objecter qu'on ne pouvait être sûr de rien, en esprit éclairé que je pensais être mais, sa nostalgie dans la voix me rendit perplexe et m'arrêta net. Comment pouvait-elle dire tout cela? Était-elle un peu dérangée ou simplement rêveuse? Voulait-elle m'impressionner? J'étais très intrigué sur sa personne. Qui était-elle?
Je rassemblai les quelques affaires qui m'entouraient et fis signe de m'en aller, ne désirant pas prendre le risque de m'aventurer davantage dans une conversation aussi loufoque que celle-là. C'est alors qu'elle me glissa, tandis que je passais près d'elle :
- Vous savez, ce ne sont pas des histoires inventées. Vous me prenez certainement pour une folle mais, si je vous dis cela, c'est parce que vous pouvez l'entendre, contrairement à beaucoup d'autres. Vous aussi, vous devriez savoir cela...
La saluant brièvement, je ne répondis pas et me dirigeai d'un pas soutenu vers la sortie, préférant éviter cette étrange personne.
Quelques jours plus tard, je ramenai des ouvrages empruntés à la médiathèque. À mon grand soulagement, je ne l'y vis pas. Je m'enquis auprès du personnel sur son identité mais, personne ne l'avait jamais vue. Quelle ne fut pas ma stupéfaction quand, sortant de ce lieu, je l'aperçus: elle m'attendait...
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,