Qui crie la nuit de Noël ?

il y a
2 min
570
lectures
9
Qualifié

J'ai à peine moins de 60. Entre Alpes, Bretagne et Normandie, en mouvement perpétuel, les trains et les aérogares sont mes lieux privilégiés pour observer et écrire  [+]

Toute ressemblance avec des thrillers en vogue serait vraiment une ressemblance.

A John Pegins-Clark avec toute mon affection pour sa patience, sans oublier Donna Pegins-Clark pour sa recette des doughnuts, mon éditrice Carol Pegins-Clark pour sa patience et son délicieux Chianti ainsi que ma belle-fille Heither-Mary Pegins-Clark et mon adorable petit-fils John Pegins-Clark, avec toute mon affection.


Les derniers retardataires se dirigeaient fébrilement vers les caisses du supermarché. En cette veille de Noël, les chariots débordaient de jouets multicolores qui bientôt feraient briller les yeux de milliers de petites têtes blondes. Affecté à la sécurité du magasin, Ted Mulligan était fatigué de sa journée, mais il savait que le plus dur restait à venir. Il frissonna en constatant que son service prenait fin dans 15 minutes.

Suzan Mayer jeta un dernier coup d'œil à sa montre Cartier offerte par ses parents deux jours avant qu'ils ne décèdent dans un terrible accident de voiture à Martha's Veynard. Elle laissa échapper un juron en constatant qu'il était déjà 6 heures. Elle devait encore passer chez Benny Market, et avec la neige qui ne cessait de tomber il lui faudrait pas moins d'une heure avant de pouvoir franchir le seuil de sa maison.

Suzan était avocate dans le cabinet Lawyer & Lawyer Scelerate, dans le sud de Manhattan. Elle avait quitté le Wyoming neuf mois plus tôt et sa vie Newyorkaise la comblait. Elle ne quittait plus son tailleur beige dont elle avait tant rêvé, et si merveilleusement assorti à son pull de Cachemire grège qui faisait ressortir ses amples boucles auburn qui rebondissaient avec distinction sur ses épaules. Elle s'engouffra dans l'ascenseur et pressa avec insistance sur le bouton du 2ème sous-sol. Un bref regard dans la glace pour remarquer ses petites rides qui commençaient à poindre au sommet de ses pommettes saillantes.

Au troisième étage, l'ascenseur s'arrêta pour embarquer un jeune couple qui l'accompagna jusqu'au parking. C'était un hasard, mais Susan fut rassurée de ne pas avoir à se retrouver seule dans la quasi-obscurité du garage. Elle jeta un dernier regard au couple avant de s'engouffrer dans sa BMW. Elle jeta un dernier coup d'œil dans son rétroviseur et constata avec satisfaction que ses boucles auburn rebondissaient toujours avec élégance sur les épaules de son tailleur beige.
La circulation dans Manhattan enneigé était un exercice périlleux en cette veille de Noël. Les éboueurs de New York n'avaient rien trouvé de mieux que de déclencher une grève-surprise et l'amoncellement d'ordures ménagères sur la chaussée n'arrangeait rien au désordre ambiant. En se faufilant dans le trafic déjà saturé en cette veille de Noël, Susan fit mentalement sa liste des courses : elle prendrait du Chianti, des tomates séchées pour apprêter avec des spaghettis qu'elle réussissait à merveille. Elle songea également à son dîner du réveillon qu'elle passerait avec ses merveilleux amis Louisa et Tom dans leur merveilleuse villa de Martha's Vineyard. Ils déboucheraient deux bouteilles de Chianti et se régaleraient du merveilleux Tiramisu qu'elle réussissait à merveille.

Vingt minutes plus tard, elle s'engouffra dans les rayons de Benny Market. Elle ne prêta pas attention au gardien posté à l'entrée de l'établissement. Ted Mulligan pour sa part ne quitta pas des yeux la jeune femme dont la silhouette pleine de classe se faufilait dans son ensemble beige surmonté d'une gracieuse chevelure auburn au milieu du rayon des Chianti. Ses courses finies, elle ne prêta pas davantage attention à la silhouette inquiétante qui marchait dans ses pas alors qu'elle s'approchait de sa voiture garée au 3ème sous-sol mal éclairé de chez Benny Market. En moins de deux secondes, l'homme s'était dangereusement rapproché et elle étouffa un cri quand elle sentit une main calleuse lui serrer le cou, froissant à jamais son pull en Cachemire grège. La jeune femme s'évanouit et s'écroula au pied de l'agent de sécurité. En un rien de temps, Mulligan s'empara des 48 bouteilles de Chianti, du plan de Martha's Veynard et des 7 kilos de mascarpone qui trônaient dans le chariot de la jeune femme.

Dans son rapport de Police, le jeune inspecteur Harry Mc Douglas nota qu'une personne de sexe féminin aux cheveux auburn et vêtue d'un ensemble beige avait été agressée quelques heures plus tôt. C'était la quatorzième veille de Noël qu'il croisait la même victime...

9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La vie est un jeu

Charlie COSA

— Retourne à l’intérieur ! 
Kern venait d’apparaitre à la lisière de la forêt sous le regard sidéré de Camille. Elle recula avec hésitation : son ami, qui revenait seul, courait ... [+]