3
min

Quelques notes d'amour

Image de Laula

Laula

215 lectures

78

Comme chaque soir avant d’aller dormir, Nola ouvrit délicatement sa boite à musique, ayant pris soin au préalable d’en remonter la clef. La mélodie qui en sortit la plongea instantanément dans ses songes. Tout en contemplant la ballerine tournant sur elle-même, la jeune fille s’imagina être à sa place, réalisant les plus exquises pirouettes sans la moindre difficulté. Elle détacha le bijou qu’elle avait à son cou – une simple chaine dorée avec un pendentif en forme de cœur, sa plus jolie trouvaille jusqu’à ce jour – pour l’y ranger.
Depuis quelque temps, la jeune fille collectionnait les objets abandonnés çà et là, les choses de la nature un peu étonnantes – un coquillage nacré, un trèfle à quatre feuilles, un ruban en satin bleu... – tout ce qui lui semblait trop merveilleux pour pouvoir être laissé là, sans qu’elle ne s’en empare. Ce jour-là un nouveau trésor venait s’ajouter à sa collection : quelques vers de Jacques Prévert griffonnés sur une feuille oubliée. Nola avait aperçu la feuille sous une table de classe en sortant de cours et, curieuse, l’avait prise. Elle déplia le papier, conservé dans sa poche pour la journée, et relut le début du poème :
« Qui est là
Personne.
C'est simplement mon cœur qui bat
Qui bat très fort
À cause de toi. »

À quelque pas de là – l’immeuble d’en face – vivait un jeune garçon du nom de Timothée. Son papa venait d’être muté dans la région et avait choisi de s’installer là avec sa famille. Ils étaient arrivés mi-juin et il avait été convenu que leur fils irait finir son année scolaire dans sa nouvelle école. « L’occasion idéale pour se faire de nouveaux amis avant les grandes vacances », avaient pensé ses parents. Mais le jeune garçon, déboussolé par ce déménagement qui l’arrachait à ses amis, sa ville, ses jeux – tout ce qui faisait l’univers d’un adolescent – ne disait dès lors plus aucun mot. Il répondait à ses parents par un geste de la tête – quand il le faisait – et ne réagissait même pas au « bonjour » des passants. La seule et unique chose qui l’animait encore était le piano, une passion qui remontait à... il n’aurait su dire quand.
Ses parents avaient hérité d’un joli piano en bois, provenant d’un vieil oncle. Ne sachant ni l’un ni l’autre en jouer, ils l’avaient gardé dans leur appartement en guise de meuble de décoration. À peine le petit enfant était arrivé dans leur vie, à peine avait-il eu appris à se tenir assis et à mouvoir ses petites mains qu’il s’était mis, débordant d’enthousiasme, à tapoter de drôles de mélodies. De fil en aiguille, le piano avait été accordé et le petit garçon avait pris des cours.

Timothée aussi avait une collection, mais d’un tout autre genre. Il collectionnait la musique ! Le nouvel air que chantonnait son papa en rentrant du travail, celui d’une chanson « coup de cœur » de sa maman alors qu’elle l’emmenait en voiture à l’école... ou bien encore le chant d’un oiseau. À force d’expérimentations, le jeune prodige réussissait – avec une précision étonnante – à rejouer les mélodies qu’il avait entendues.
Ce jour-là encore, il n’avait pas parlé. C’était certain, il ne risquait pas de se faire de nouveaux amis avec un tel comportement... Même les professeurs semblaient être devenus réticents à l’interroger. Quelques jours seulement qu’il avait fait sa rentrée dans sa nouvelle école, et déjà il était invisible aux yeux de tous. Enfin presque...

La petite Nola, elle, l’avait bien remarqué. Ce jeune garçon brun aux yeux sombres, au regard à la fois méfiant et timide, au sourire rare mais magnifique. Ce sourire dont elle avait aperçu l’ébauche alors que Timothée, plongé dans ses pensées, regardait dans sa direction sans la voir. Au départ, pensant que ce sourire lui était adressé, elle lui avait souri, puis bien vite elle avait compris que ce qui rendait Timothée heureux était contenu dans le secret de son imagination. Cependant, au moment où elle croyait lui rendre son sourire, Timothée était brusquement sorti de sa rêverie, si bien qu’il l’avait vue lui souriant sans comprendre le pourquoi du comment. Ce geste, si simple fût-il et bien qu’il n’eût été en réalité que le fruit d’un malentendu, avait finalement redonné l’envie au jeune garçon d’apprendre à connaitre les autres enfants de sa classe. Et plus particulièrement elle : Nola.
Il l’avait alors suivie en sortant des cours, pensant l’aborder pour lui parler, mais il n’avait pas osé. Il était monté dans le bus avec elle, s’était assis juste derrière elle mais n’avait toujours pas osé. Puis elle était sortie du bus en chantonnant tout doucement pour elle-même une merveilleuse mélodie. Une mélodie que, bien sûr, l’oreille fine et musicale de Timothée avait aussitôt perçue et s’était empressée d’enregistrer dans les méandres de son esprit. Le soir même, sur le joli piano, il était parvenu non sans mal à recréer l’essence de cette musique. Et à présent, alors que tout le monde dormait dans la maisonnée, inlassablement il la jouait. Encore et encore...

À travers la fenêtre ouverte – ce premier jour d’été avait été particulièrement chaud – la douce musique voleta dans les airs... jusqu’à la chambre de la jeune Nola qui venait seulement de se glisser sous les draps. Les dernières notes de sa boite à musique avaient retenti et pourtant c’était comme si la musique continuait... Intriguée, la jeune fille se demanda d’abord si elle était bien éveillée puis finit par se lever pour voir d’où venait la musique... Et c’est là qu’elle le vit : dans l’immeuble d’en face, un jeune garçon qui lui semblait familier jouant l’air de sa boite à musique au piano. Timothée...

Tandis qu’elle le regardait, émue, les mots que le garçon chantonnait parvinrent alors à son oreille : « C'est simplement mon cœur qui bat, qui bat très fort à cause de toi... ». Tout en chantant, Timothée, tourna les yeux vers la pièce qui venait de s’allumer dans l’immeuble d’en face, et à son tour, il aperçut et reconnut Nola. Surpris l’un comme l’autre mais tout à coup heureux, ils se sourirent. Un vrai sourire. Le début d’une belle histoire...

PRIX

Image de 2017

Thème

Image de Très très court
78

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo
Arlo · il y a
À L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne journée.
·
Image de Fantomette
Fantomette · il y a
Une très belle histoire d'amour, mon vote. Je vous invite à découvrir "Printemps"
·
Image de Laula
Laula · il y a
Merci !
·
Image de Françoise Deniaud-Lelièvre
Françoise Deniaud-Lelièvre · il y a
Une bien belle histoire qui ravive des souvenirs d'enfance, avec la magie de la boîte à musique !
·
Image de Laula
Laula · il y a
Merci beaucoup :)
·
Image de Laula
Laula · il y a
Merci beaucoup à toutes et à tous pour vos commentaires qui me vont droit au cœur. :) Merci aussi pour le partage de vos histoires. Et bravo aux finalistes !
·
Image de PtitChat
PtitChat · il y a
Merci, à vous, pour votre histoire !
·
Image de Clem
Clem · il y a
Une très jolie histoire, écrit avec beaucoup de talent et un style que j'apprécie beaucoup. Même le choix des prénoms me plaît ! Je vote et je partage...
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Une jolie histoire !
·
Image de Djany
Djany · il y a
La musique adoucit les moeurs et réunit les coeurs .... Plus mes votes... Si vous avez quelques secondes à m'accorder ... http://short-edition.com/oeuvre/poetik/mon-amie-la-rose-1
·
Image de PtitChat
PtitChat · il y a
J'aimerais bien une suite, c'est trop bien ! J'aurais pu lire pendant des heures et des heures.
·
Image de Linaka
Linaka · il y a
Histoire vraiment mignonne, j'adore. je vote. je vous invite à venir lire mon poème de St valentin et mon TTC sur Lucky Luke.
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Très belle histoire entre deux enfants attirés par les premiers émois ..C'est d'une fraîcheur absolue...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur