QUE SONT NOS CHÈRES TÊTES POLITIQUES DEVENUES : JACQUES C.?

il y a
1 min
6
lectures
1

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

Aux dernières nouvelles, le déambulateur se porterait à merveille. Les époux Bernadette et Jacques vivraient chacun séparément dans leurs appartements privés de simplicité et ne se retrouveraient dans le salon qu'en début de soirée pour la soupe à la grimace et assister ensemble à "Plus garce la vie". Lui sirotant un quart de Kro tandis que sa belle préfère sucrer les fraises dans un joli saladier Christofle offert par Line Peugeot, une fidèle amie du couple mais surtout amoureuse de l'ancien Président de la Ripoublique Franco-bananière...
Les visites se font rares et harari bien qui rira le dernier. Le temps s'écoule mollement entre l'homme de fer et sa dame de glace. Les vannes fusent mais ne se rattrapent que rarement au vol. Le vieux roi a perdu de sa superbe, le règne périclite au petit château. Même le bavoir s'emmêle dans les oripeaux et les frais de bouche ne sont plus ce qu'ils étaient.
Jean-Louis, fils de père en pire, ne vient plus trop rendre visite à son vieil ami décrépit. Préférant dédicacer son dernier ouvrage "Ce que je ne pouvais pas me dire", dans les clubs du cinquième âge des Résidences des têtes grises du Rpr de Saint-Cloud, endroit bien plus lucratif que le sac à main verrouillé à triple tour de qui l'on sait. Et puis, que faire de quelques piécettes jaune poisseux, jalousement conservées à la sueur d'un front dégoulinant de bonté désincarnée ? S'ils reçoivent encore pour le thé de six heures du matin -décalage horribilis senilus oblige, la foule des obligés de naguère ne s'y précipite guère aujourd'hui. Édouard a bien tenté un jour de s'incruster lors d'une soirée Loukoum Party mais son carton d'invitation n'était plus ou pas valable. Il dut contempler ses chaussures avant de regagner sa chaise à porteurs et en déduire qu'il était persona non grata chez les déclassés. Seuls les parents du petit Malik, ancien jardinier de l'Élysée, ex champion de la haute voltige, leur font une visite de courtoisie mensuelle. Ils se remémorent le bon temps et les Chirac demandent toujours oussekine il est passé depuis sa disparition. Et si la mémoire flanche un peu, leurs dents dures leur permettent d'avaler quelques couleuvres sans état d'âme. Jacques le résume d'ailleurs très bien au sonotone qui lui fait face. 《 Vous savez ma chère que vos piques m'en touchent une sans faire tituber l'autre. Étonnant ma vieille carne, non? 》

● Rubrique sponsorisée par les Ets Felix Popotins Politiques...
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !