Que c'est bon d'avoir attendu 10 ans!

il y a
4 min
171
lectures
32
Qualifié

j'aime écrire et viens de publier sous un pseudo, mon premier roman " AU TEMPS POUR NOUS " https://www.edilivre.com/au-temps-pour-nous-helene-montbrecq.html Un vrai bonheur que je voudrais  [+]

Image de 10 ans
Image de Très très courts
-Tu les aimais mes baisers ?
-Oui
-Et tu les aimes toujours ?
- Oui

Il la tient par la taille. Elle lui entoure tendrement le cou. Face à ce lac désert et perdu, Willy et Eugénie s'embrassent aussi spontanément qu'ils se racontent leur vie !
Les trente-six ans qui les ont séparés....

Un peu cabossés par la vie, moralement et physiquement mais toujours cette explosion de tendresse et de simplicité entre eux qui dépasse tout raisonnement.
Une heure à peine qu'ils se sont retrouvés.....

- Carpe diem, lui conseilla son amie de cette époque sans ennui
- Profites-en, surenchérit l'amie intime
- Quel bel attachement ! rajouta une amie d'aujourd'hui.

- Alors, viens, tentons un petit voyage, je t'emmène sur le minuscule îlot au milieu du lac... Avec une des barques amarrées au vieux ponton là-bas.
Bien cachée sous un roncier, au pied du seul chêne, s'y niche une curiosité, une sorte de statue très ancienne qu'on vénère ici encore. Il faut que tu la vois. On dit qu'elle est source d'apaisement, d'amour ou de guérison.

-Ah, c'est vrai... dans cette région, les lacs et sources sont réputés avoir de nombreuses vertus. Je te suis...J'aurais peut- être dû le faire quand, jadis, tu partis au bout du monde !

Quelques coups de rame plus tard, les voilà devant le roncier riche de mures charnues à souhait. Au cœur d'une sorte de renfoncement, une silhouette humaine semble posée pour l'éternité.
Formidablement proportionnée malgré sa petite taille, 45- 50 cm tout au plus...
Vraisemblablement taillée dans un composite de granit lisse mais d'une teinte plus claire et mélancolique à la fois.... très proche d'un lapis- lazuli.
Une femme, un homme ? Un être aux courbes parfaites exhalant la jeunesse et la vitalité, en tous cas. En position assise, jambes croisées, de trois- quart...impossible de connaître son sexe...Symbole absolu du genre humain...

L'alpha et l'oméga. Comme eux, aux premiers temps de leurs juvéniles amours.

Willy avait dix-huit ans...elle aussi, à l'époque ! Jeunes et beaux. Insolents de vie et de santé.
Sensuels, sensibles voire fragiles aussi !

Sur une plage de vacances, un beau soir de fin d'été, ils s'étaient croisés.
Au soleil couchant, très vite, impatient et fébrile Cupidon avait décoché sa première flèche.
De baisers en caresses, tout en eux avaient vibré jusqu'à de charnelles et nombreuses ivresses dont une chambre de bonne d'un beau quartier parisien garde encore le souvenir ému...

Eugénie soupire, ferme les yeux...sent sur son visage le souffle de son compagnon :

-Et jeune fille, réveille-toi ! Regarde bien, on ne voit pas ses yeux, un rameau d'olivier blanc, comme un bandeau, lui obture la vision... qu'en conclus- tu ?
- Étrange, oui, pour moi l'olivier symbolise le pardon et la longévité.
- Ah, moi j'aurais dit la prospérité et la paix !
-Aussi. Et ce bouquet de feuillages humé avec délectation...comme s' il contenait tous les parfums du monde....
- Et ces branches, ces fleurs qui entourent son corps, tout en douceur et en pudeur...regarde, comme c'est unique, subtil
- Allégoriques rameaux qui partent en tous sens...Est, Ouest, Sud, Nord....Le rouge est si beau...si puissant !
- Comme l'amour quand il inonde le monde, argue-t-il, en la couvrant de mille baisers, légers comme des plumes.

L'ange malicieux vient de leur en décocher une deuxième flèche. 36 chandelles tournoient au-dessus d'eux ! Doux rayons de ce début d'automne ensoleillé.
- Et voilà que nous nous retrouvons à l'automne de nos vies !
- Pas du tout, moi je suis encore au printemps, crane Willy, la vie me fait crédit...

Eugénie se tait ; l'espoir n'a pas de prix !

-Je veux revenir aux sources du passé avec toi, j'aspire à retrouver ce temps sublime de la jeunesse, me rassurer, je veux me sentir à nouveau vivant...ton regard plein de mélancolie me fait dire que tu as été malheureuse...la vie est si triste parfois... pour moi, c'est cette épaule quasi détruite en OPEX, il y trente ans... et bien d'autres chocs et blessures...

-Qu'est-ce que cette blessure dans son dos ? Comme une plaie ouverte...
-Une ouverture, pas une plaie. Elle laisse sortir la vie, la beauté...
- Sans doute pour l'apporter au monde des vivants, l'antre nourricière où se développe les racines de la vie...
- Parait qu'si on y passe la main après l'avoir trempée dans l'eau du lac, on guérit... on s'libère !

Libérée, être une femme libérée... dans 10 jours, 10 mois, 10 ans ?

- Tu ne m'as jamais quitté... 29 bd de La Grande- Armée, tu vois je me souviens ..c'est là où je t'écrivais...
-Quelle mémoire !
- Et oui, Boubou.
-Oh oui, tu m'appelais déjà comme cela....  !
-Tu es mon premier amour ! Avant, je n'avais jamais aimé...

Eugénie attrape la main de Willy, la pose sur son torse accueillant, s'abandonne un long moment sur son épaule... les yeux fermés, le cœur heureux. Peu importe que cela soit vrai....

-Lâche prise, lui intime-t-il tendrement à l'oreille, lui caressant le dos, s'attardant sur ses reins.
-Y arriverai- je ? J'ai tellement peur de souffrir encore..... regarde nos destins !!! Nos phobies, nos blessures d'enfant, nos ratages, nos échecs sentimentaux... un divorce, une maternité, trois paternités...
- Et alors, la vie n'a-t-elle pas refleurie aujourd'hui ?
- Peut-être .. Cette rencontre que nous remettons depuis dix ans...il fallait la tenter.
- Besoin de toi un jour, besoin de toi toujours ! Plongeant sa main sous son pull, audacieux...
- « La seule chose qu'on est sûr de ne pas réussir est celle que l'on a pas tentée ! » , tu connais cette phrase de l'aventurier P.E Victor ? essaie t-elle encore, sentant l'appel d'éros l'envahir mais bien décidée à ne pas succomber. Aujourd'hui. Jour pur et lumineux.
-Tu me veux me tenter ? Trop tard, c'est fait! Tu la sens... cette envie qui monte, souffle- t- il, dominant mal son ardeur de vieux mâle affamé.
- Oh non, pas ici, non, pas maintenant, c'est trop tôt...on avait dit pas cette fois-ci. !
-Bon d'accord, alors....je retourne à la nage...de l'autre côté, cela me calmera !

Il se déshabille, presque violemment. Vibrion Apollon dévoilant son aiguillon. Nu comme un ver plonge dans l'eau, à 16 degrés !
-Ahhhh, c'est gelé, non, ah non ! Pas possible... Affreux !
Il s'empresse de s'extraire de cette masse glacée pour se jeter dans les bras de celle qui se désole de le voir retrouver des pulsions de jeune étalon frustré.

- Pardon, pardon...je suis fou...j'aurais pas du...j'vais attraper la mort, pleurniche presque le pauvre Poséidon au triste pavillon...

Elle lui frotte le dos, les épaules, la nuque frissonnante. Silencieux, le front penché sur les aiguilles de pin , l'accablement semble s'être emparé de lui. Des larmes perlent de ses beaux yeux clairs.
Elle les embrasse, avec une infinie tendresse...
- Joli cœur allez oui, libère- toi, oui...lâche- toi...Mais sois raisonnable....sois patient... sur l'autre rive, il faudra que je te propose une nouvelle pause. Nous avons le même désir...et.... Allons vite prendre un verre du bon vin que j'ai porté pour nos retrouvailles.

Il se rhabille. Dans la barque, immobile et souriante, elle l'attend. Ils accostent, avisent une table sur le bord. Sortent du sac le nectar consolateur. Trinquent les yeux dans les yeux, le cœur aux cieux.

-Bon, je suis taquin ou chaud lapin, comme tu veux, mais j'aimerais que... ne peut s'empêcher Willy
-Rendez-vous au gîte du courant d' Homizan ! Promet Eugénie,
-Quand ? Pour y faire quoi? lui accorde Willy, avec un sourire complice.
-Mardi prochain vers 15 h, tu verras...Un site qui invite au vagabondage...Toi qui voulais retourner aux sources du passé.... Et, pour te mettre l'eau à la bouche, sur la bonne voie, la piste la plus sure, voici quelques indices :Voyage, guitare, bohème, indépendance, tradition, charme, feu, nature, cachette, couchette, passion....

Et lui de répondre, en la plaquant, viril et doux à la fois, contre le bord de la table en bois:

-Bonne adresse, au revoir tristesse ! Bienvenues tendresse, caresses, hardiesse !

Un long baiser scelle cette alléchante et pétillante promesse. Que c'est bon d'avoir attendu 10 ans !
32

Un petit mot pour l'auteur ? 62 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Je découvre votre texte .
La vie est un cycle et on le dit ...... perpétuel !

Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Merci Ginette… oui tout est cyclique dans notre univers…
Et tant mieux, car les bonnes choses peuvent revenir !

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
bel amour!
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Cela aurait pu, oui...mais non!
Image de Flor Ever
Flor Ever · il y a
C'est très doux et ça rappelle son premier amour! Si fou! Bravo pour ce texte.
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
merci ...pour ce commentaire tout en douceur...
Image de Jean-françois Joubert
Jean-françois Joubert · il y a
Hélène, je n'avais pas vu votre texte. je l'ai tweeté et aussi, je vais le partager sur fb, j'aime beaucoup
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
merci mais je préfère qu'il reste uniquement sur le site.
Image de Jean-françois Joubert
Jean-françois Joubert · il y a
Je ne comprends et ne pouvais pas savoir, c’est entendu
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Parcourir de nouveau la carte du tendre dix ans après, un délice dont vous saisissez bien la magie. Beaucoup de charme. Aucune trace de miévrerie.
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Merci. En fait cela fait 10 ans qu'ils ( les deux protagonistes) ont repris contact via un site d'origine américaine bien connu mais ils ne s'étaient pas encore revus...jusqu'à ce jour! C'est le DDAY!
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Yes! On the attack!
Image de Camille G
Camille G · il y a
Très belle histoire. Mon adhésion
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Merci Camille
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Le lecteur se laisse embarquer par ces retrouvailles ... Ne manquent que les violons.
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Pas disponibles ce jour là….
Image de Arsene Eloga
Arsene Eloga · il y a
Très beau texte
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Romantique histoire! Un texte original par sa forme, ses petits mots qui riment, ses allitérations et son brin d'humour gentiment coquin... Charmant!
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Merci Camille
Oui c’est bien ça… je ne sais écrire que dans le romantisme… avec un petit supplément… gratuit !

Image de Georges Saquet
Georges Saquet · il y a
Un joli récit, attachant avec un souffle chaud au détour des mots ! Mon vote.
Image de Hélène CUINIER
Hélène CUINIER · il y a
Merci beaucoup Georges et tant mieux pour ce souffle chaud !!
À bientôt