2
min

Quatre murs

Image de Maggydm

Maggydm

84 lectures

27

Que se passe-t-il ?
Où suis-je ?

Je me lève. J’ai mal à la tête. Je titube. Mes idées sont embrouillées. J’ai l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur.
Quatre murs. Quatre murs et deux fenêtres aux stores baissés. Je ne connais pas cet endroit.
Où suis-je bon sang ? Quatre murs, et pas de porte. Pas porte ?
Je suis prisonnier ! Prisonnier ? De qui ? Pourquoi ? Comment ? Qu’ai-je fait pour que l’on m’enferme ?

Les stores. Ouvrir les stores.
Sortir. Sortir d’ici.
Je n’y arrive pas. Je hurle. Je crie. Que quelqu’un m’entende.

Bon. Réfléchir. Se calmer. Il doit y avoir une explication logique à tout cela. Il y a forcément une explication logique. Se calmer. Réfléchir.

Mes yeux s’habituent à la pénombre. Une faible lueur venant de ces fenêtres closent. Elles doivent donner sur l’extérieur. Quatre murs. Sur l’un deux, en face de moi, une photo est accrochée. Je m’approche. Peut-être que je vais comprendre pourquoi je suis enfermé dans cette pièce.

Sur cette photo, une femme. Je ne la connais pas. Elle m’est totalement inconnue. Qui est-ce ? Pourquoi est-elle accrochée sur un des murs de cette prison. C’est bizarre. Cette femme, elle m’attire. Mes sens, jusque là vaporeux et inquiets, se réveillent à la vue de cette femme. Mon cœur, mon souffle s’accélèrent. Je sens le désir monter. Je n’arrive pas à détourner les yeux de cette inconnue qui me subjugue. Qui est-elle ?

Je me retourne. Enfin. Je ne veux plus la voir. Elle m’attire autant qu’elle me fait peur. Pourquoi ? Je désire une inconnue qui en même temps me terrifie. Elle est le mal. Le mal incarné. La tentation. Ne pas céder à la tentation.

J’avance vers le centre de la pièce. Il faut que je trouve un moyen de sortir. D’ouvrir ces stores. Voir ce qu’il y a derrière. Comprendre où je suis. Et pourquoi. Qui m’a enfermé entre ces quatre murs ? Qui me veut du mal ?

Je regarde partout autour de moi, sauf le mur à la photo de cette femme.
Tiens, une autre photo, sur un autre mur. Je m’avance. Que vais-je découvrir ?

Encore une femme. Pas n’importe laquelle cette fois-ci. Celle-ci je la connais. Je la connais bien. C’est ma femme, la seule, l’unique. Je la trouve belle sur cette photo. J’avais oublié comme elle était belle. Il y a faut dire que depuis que les enfants sont partis de la maison, on ne fait que se croiser. Elle a ses propres activités après le travail. Moi les miennes et un métier prenant. Beaucoup sur la route avec ce nouveau poste à responsabilité. Alors on ne se voit plus beaucoup. Elle me manque. Je devrais lui dire. Il y a longtemps que je ne lui ai pas dit à quel point je l’aime. Pourquoi d’ailleurs ? La routine ? Cette foutue routine qui détruit si on ne fait pas attention. Pourtant il me semblait que l’on avait fait attention à ne pas se faire piéger dans cette routine. Il faudra que je lui en parle. Mais pour cela il faut que je sorte d’ici.

Les stores se sont levés d’un coup. La pièce est éclairée. Je m’approche d’une des fenêtres. Je me sens happé, comme ne faisant plus qu’un avec ces ouvertures sur l’extérieur de ma prison.

Un plafond, quatre murs, encore quatre murs. Je ne connais pas cette pièce. Où suis-je ?
Dans un lit. Je m’étire. Je me sens las, fatigué. J’ai mal au crane. L’impression d’avoir la tête d’en un étau. Je tourne la tête. Une femme à côté de moi, dans ce lit.
Non ! Non ! Pas ça ! Pas elle. Pas cette femme. La femme de la photo... la tentation. Les souvenirs. Je me rappelle. La soirée professionnelle. L’alcool. Le repas. L’alcool. Une femme. L’alcool encore, trop. Cette femme... et m...

Je referme les yeux. Je me retrouve dans le noir. Enfermé entre ces quatre murs. Ma prison. Ma conscience.
27

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lalili
Lalili · il y a
Rythme saccadé qui me fait entendre le pouls de votre personnage !
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
J'apprécie beaucoup le côté performatif de votre texte, cette constante ouverture à l'imprévu de l'instant présent. C'est fou le nombre de choses qui peuvent se passer entre quatre murs!
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Merci beaucoup pour votre passage. Oui il peut s'en passer des choses...entre 4 murs.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
ah la conscience... Parfois la pire des prisons !
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Excat. Merci d'être venue.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien construite et profonde ! Mon vote !
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Merci à vous.
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
De quoi devenir claustrophobe dans ce repli sur soi ...
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Un peu oui... merci d'être venue.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
L'œil était dans la tombe et regardait Caïn ! Bravo, Maggydm, pour ce TTC stressant qui nous éclaire à la fin pour mieux nous plonger dans la nuit du narrateur ! Je clique sur j'aime.
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Merci à vous pour ce commentaire et soutien. Bonne fête de fin d'année
·
Image de Duje
Duje · il y a
Je me suis laissé emporter par cette histoire . La conscience , une prison , disons un purgatoire , cela passera . Qui n'a pas fauté me jette la première pierre ! Votre état a un peu troublé votre orthographe : ces fenêtres closent (closes semble plus juste) la tête d'en ( je souhaite dans ) un étau .
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
J'ai tenté de faire attention à cet orthographe qui décidemment n'est pas mon ami. Merci de me le souligner.
Merci pour votre soutien sans faille et votre commentaire. Belle fin de journée

·
Image de A. Mimeau
A. Mimeau · il y a
Belle auto-inspection
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Merci.
·
Image de Jacqueline Milhaud
Jacqueline Milhaud · il y a
Beau texte,prenant !
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Merci
·
Image de Jean Louis Maitre
Jean Louis Maitre · il y a
Bravo !
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Merci
·