Quand untel parle au tel

il y a
1 min
17
lectures
0

Court, vous avez dit "court"? Femme, amoureuse, maman, enseignante, névrosée comme tout le monde, en mode SEP depuis 2003, on ne se refait pas... J'écris, je lis, je suis, m'enfuis, poursuivie  [+]

Deux individus sont chacun à une extrémité de la scène, ils parlent ensemble au téléphone, tous deux mal à l’aise.

— Untel : Je suis plus bavard « en vrai », désolé... (l’autre ne rétorque rien) Il paraît que le forum est un peu muet aussi? Enfin, c’est ce que disent les internautes du site...

— Un autre tel : Je ne sais pas, je n’y vais pas. Pourquoi poses-tu cette question ?

— Untel : J’ai cru lire des habitués qui s’interrogeaient à ce propos justement, pas toi ?

— Un autre tel (distrait) : Moi quoi ?

— Untel (excédé): Tu le fais exprès ??

— Un autre tel : Quoi ?

— Untel : De ne pas comprendre ce que je dis ?

— Un autre tel : Ah ! Excuse, j’étais ailleurs...Et toi, d’ailleurs, tu es d’où ?

— Untel (radouci): De chez moi et toi ?

— Un autre tel : T’appelles ça une réponse ?

— Untel : Je te signale qu’à la base, c’est moi qui te sonnais et que tu ne décrochais pas, non ? !
Silence embarrassé

— Un autre tel : Je réfléchis à ta question initiale, ne t’énerve-pas comme ça ! Impulsif dis-donc ! (temps) Si je donne une réponse affirmative, voire confirmative, je gagne ou je perds quelque chose ?

— Untel : As-tu réellement quelque chose à perdre ?

— Un autre tel : Réellement ? Oui...Virtuellement, non ! (content de sa réponse, comme victorieux) Alors, que dis-tu de ça ?

— Untel : Que nous parlons pour ne dire que le vide ? Passionnant en effet...

— Un autre tel : Tu sais donc ce que je ressens, pas besoin de l’exprimer clairement, ok ?

— Untel : Ok pour quoi ?

— Un autre tel : Pour cesser les bavardages bavards, les queues qui se mordent et autres écrits ineffables ?

— Untel : Aucun écrit n’est vraiment « ineffable », il me semble... À moins que tu ne parles de cris inaudibles ?

— Un autre tel : Tu n’essaierais pas de m’embrouiller l’esprit là ?

— Untel : On est sur la même fréquence mais visiblement pas sur la même longueur d'ondes alors inutile de poursuivre ce non échange, on aurait peut-être mieux fait de ne jamais se contacter par voix interposées ! Nos écrits étaient plus enrichissants, non ?

— Un autre tel : Ah ça je l’ignore, je ne relis pas ce que je dis, toi oui ?

— Untel : Jamais. Et sinon, tu t’appelles comment au fait ? En vrai.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,