QUAND SARKO S'ACOQUINE AVEC HULOT...

il y a
1 min
3
lectures
0

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

Il ne fait pas bon se montrer à la télé par les sales temps d'agressions sexuelles qui courent...
C'est l'expérience traumatisante qu'à récemment subi Nicolas Sarkozy sur un plateau aux couverts assassins. Ce dernier aurait dit dans la foulée : "Bah merde alors, ce n'est un secret pour personne que je suis un truand, un véreux, un baratineur, un voleur, un incapable, un faux jeton, un colérique, un pauv' con mais un violeur, ça jamais! Elles sont toutes consentantes et folles de moi".
Paroles aussitôt démenties par l'intéressé lui-même qui réfute des propos peu amènes sur sa personne et tout droit sortis d'un contexte sous tension. Madame Lemoine, terrassée d'avoir confondu le nom de l'innocent aux mains sales avec celui de super Hulot, sauveur du veuf et de l'orphelin. L'animatrice lui aurait proposé en fin d'émission de lui tailler une petite bavette afin d'oublier le fâcheux incident, ce qu'aurait refusé l'intéressé en quittant les locaux avec un haussement d'épaules dont lui seul a le secret bien gardé...
Nicolas S., abattu, choqué comme rarement par de telles insinuations, hésite encore à porter plainte contre une chaine qui décidément, aura la scoumoune jusqu'à la nuit des temps. Chirac qui devait venir en déambulateur rendre un hommage appuyé à son fidèle feu C. Pasqua dit l'affreux Jojo la Terreur, se demande si c'est une bonne idée finalement, lui qui avait copieusement arrosé naguère tout le personnel féminin de l'Hôtel de Ville. Le grand constitutionnaliste B. Debré lui assure qu'il y a prescription mais la Chodron Bernadette n'est pas très chaude pour prendre de tels risques.
Au moment de notre impression, nous ne sommes pas en mesure d'affirmer que l'émission sera ou non sanctionnée par les autorités de la censure hexagonale. Carla écrit déjà la première strophe pour son homme, ce qui le lave de tout soupçon. Le doute étant ôté, nous vous livrons en avant-première celle-ci :

《 Mon homme, mon Nicolas
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Belle et le Privé

Thierry Mulot

L’impact des gouttes sur le métal avait fini par le réveiller.
Bing... Bing... Bing...
Un bruit obsédant, inquiétant, sans qu’il puisse dire exactement pourquoi.
Il avait mal au crâne... [+]