2
min

Qu’est-ce qu’on mange ce soir

Image de Alain Maréchal

Alain Maréchal

121 lectures

18

Le réveil sonne et d’une main lasse elle stoppe l’horrible buzzer. Elle ne dormait pas, depuis longtemps déjà, ses yeux grands ouverts, ailleurs.
Gérard l’avait rejoint cette nuit, tard. Aviné, débraillé, bruyant, il s’était jeté sur le lit, lourdement. Sans ménagement, lui soufflant son haleine putride en plein visage, il lui avait écarté les cuisses en bredouillant des insanités qui pour lui étaient mots d’amour. Sa grosse main qu’elle devinait sale lui fouillant son intimité. Résignée, elle l’avait laissé faire. A quoi bon résister. A un viol, elle ne voulait rajouter les coups.
Gérard avait du forcer la dose car il s’était endormit presque aussitôt. Soulagée par ce répit que ‘’Saint Ricard’’ lui accordait, elle s’était levée, direction la salle de bain. En passant, elle avait jeté un regard dans la chambre de sa fille. Par chance, l’autre ne l’avait pas réveillée. Elle s’était approchée sans bruit du petit lit. L’enfant dormait.
La douche lui avait fait du bien. Longuement, elle s’était frottée de son gant de crin. Se débarrasser des miasmes, de l’odeur de l’autre. Elle avait enfilé un kimono bleu, son préféré et était sortie dehors. La nuit était chaude. Elle avait fait quelques pas dans le jardin, déposé son peignoir sur la balançoire, elle aimait marcher nue, seule. Un bruit l’avait fait sursauter... Le chat....
Une brise, parfumée par le chèvrefeuille tout proche, l’avait enveloppée, sensuelle, doux frissons parcourus. Le matou ronronnant était venu réclamer son lot de câlins. Le prendre dans ses bras lui procura un autre frisson, plus fort, intense. Elle l’avait caressé longuement, allongée nue, sur le transat de la terrasse.
Elle avait fini par rejoindre sa chambre. Gérard ronflant comme une locomotive, elle s’était allongée sur le divan du salon, emportant le radio réveil avec elle.
Elle tourne et s’affaire dans la cuisine. Le déjeuner, pas trop vite, instant rare. Elle prépare le repas de Gérard qui ne travaille pas, docile. La petite n’a pas école, elle la laisse dormir.
Vite, un léger fond de teint, la nuit sans sommeil laisse des traces. Mascara, rouge à lèvres, à peine. Une petite robe fleurie, légère....et Lise Charmelle, coquette. La quarantaine lui va bien, mais elle ne s’aime pas. Pas assez de ça, trop de ceci...
Et la journée passe, téléphone, rendez-vous :
— Société ‘’Sans Pain’’ bonjour,....oui ne quittez pas, je vous passe l’atelier...bip, biiip ».
Factures, interphone, huissier,
— Bonjour, Non, nous ne faisons pas cette prestation,...un appel sur la trois, c’est votre femme... ».
A peine un regard, dehors où le soleil inonde la place, où les mésanges pépient, où la vie l’oublie...-
La pause, enfin !
Un thé et les déboires de Josiane, sa collègue. Elle l’écoute, à peine. Distraite, elle pense à ce petit livreur passé ce matin. Le regard appuyé qu’il avait jeté sur son décolleté l’avait troublée plus que de raison. Un sourire fleurit ses lèvres....
— Dis, tu m’écoutes ? C’est pas drôle tu sais, il m’énerve vraiment..... »
Josiane l’a renvoie dans les cordes, direct au foie. Finalement, elle retourne à son bureau et se passe la journée......
Dix huit heures, les courses pour ce soir, le rendez vous chez le dentiste pour la petite, en passant...Le coiffeur, pour elle, trop tard, ‘’j’y passerai demain....’’
Elle rentre chez elle et trouve Gérard affalé sur le divan du salon, devant la télé. Un paquet de chips et deux cannettes de bières sur la table basse lui tiennent compagnie. Il n’a pas un regard pour elle mais lui crie :
— La porte !!! », sans quitter ‘’Dallas’’ des yeux.
La petite joue dans la chambre, tranquille.
Elle range ses courses dans le frigidaire, en sort des tomates, salade et fêta, il n’aimera pas, tant pis...Un bruit de verre brisé et de chute l’attire au salon. Gérard est couché par terre, violet. Une chips rétive coincée là où il ne faut pas est en train de l’étouffer. Il roule des yeux fous, comprend qu’il va mourir, tend la main vers elle. Lentement, elle recule d’un pas, se met hors de portée de celui qui va devenir son défunt mari. Elle le regarde peu à peu s’éteindre. Son visage est calme et serein, elle n’éprouve rien. Il est mort !
La porte de la chambre de la petite s’ouvre à la volée et sa fille entre dans le salon.
— Dis Maman, pourquoi il est couché par terre Papa ?
— Ce n’est rien ma chérie, il est mort.
— Ah !?! Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
c'est drôle ironique et ...quelque part ça m'a touchée ...c'est ton écriture ...elle soulève l'émotion...oui oui ...et je suis pas gentille !!!!
·
Image de Cathlo Richards-Jones
Cathlo Richards-Jones · il y a
Quel est le pire des trois ? "girlmalediction" a un bel avenir devant-elle !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
c'est amusant, j'ai un texte qui traite du même sujet (que je posterai un de ces jours sur ma page), sauf que la mienne elle ... non je ne vais pas spoiler ma chute, je te laisserai le soin de la découvrir ... Bon, la fin est peut-être un peu ... bizarre, mais drôle !!!
·
Image de Valoute34
Valoute34 · il y a
J'aime les "pourquoi "des enfants et leur naturel!.Chouette texte!
·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Merci Valoute...
·
Image de Julie
Julie · il y a
Histoire qui tient en haleine jusqu'au bout, très bonne fin, le bonheur arrive enfin, bravo
·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Tout vient à point à qui sait attendre le paquet de chip's arrangeant....;-)...
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
Cynique juste comme il faut ...et puis touchant aussi...j'aime ce bout de phrase "où la vie l'oublie" ...ça semble si vrai ...je suis contente d'être venue vous voir...je découvre....
·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
plaisir mutuel...je vous invite sur mon 7h43, café de la gare...et attends votre avis avec impatience
Merci de vos passages chez moi amie Lyonnaise

·
Image de PatDeb
PatDeb · il y a
Efficace et poignant.... Moi qui comptais manger ce soir quelques chips....
·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Bonjour Pat,
Il y a match à la télé ce soir ?
Ce sera chip's bière alors ?, Noooooonnnn!!!!

·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
J'aime les histoires de femmes martyrisées qui finissent bien.
Pourquoi ne part-elle pas ?
Il est parfois très difficile de franchir le pas.
Continuez à produire, cela vous va bien au teint. :-)

·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Ahhh, les dangers des réseaux sociaux ( MDR)...Je préfère naviguer incognito, dés fois que je devienne célèbre!!!! ( Re MDR)
On m'a traité de Psychopathe ( gentiment) en lisant mes histoires...celle ci fini bien, heureusement. Pourquoi ne part-t-elle pas ???
Grande question, un peu développée ci dessous...
Bonne journée à vous

·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Je sais pourquoi elle ne part pas.
Un peu de psychopathie dans les textes ne nuit pas.

·
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
Je suis tout à fait d'accord avec le commentaire d'Azalée ci-dessous, j'ajouterai une chose : j'ai apprécié votre texte et vous souhaite la bienvenue.
·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Bonjour Claude,
Quel enthousiasme, je vous remercie beaucoup pour votre accueil.
A mon tour de vous rendre visite.../...

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Quelle vie pour cette femme à qui le destin offre une (belle) opportunité de se débarrasser du parasite qui lui empoisonne l'existence... (Oui ! je suis cynique !)
La remarque finale de la petite est terrible. Il faut dire que son père n'a de père que le nom.
Bravo !
Et puisque vous êtes apparemment nouveau, bienvenue sur ShE ! ;-)

·
Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Bonjour Joelles;

Merci pour le message de bienvenue et le compliment pour mon texte. Je crois me rappeler votre pièce de théâtre ''pour de vrai'', un régal.
Bonne journée

·