Putain de cancer

il y a
2 min
126
lectures
68
Qualifié

Adorant l'écriture, J'aimerai publier des nouvelles qui me correspondent et qui je l'espère plairont aux lecteurs. J'aime parfois la simplicité d'une histoire courte qui en dit long. Parfois  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Harry a toujours su qu'il était différent, en effet il est le seul de tous ses copains à avoir deux mamans, pour lui ce n'est pas un problème. Sa maman brune, Lucie, petite, toute en rondeur, aux yeux verts perçants, et au tempérament de feu est toujours là pour le rassurer, et sa maman blonde, Marie, grande maigre, discrète lui donne une affection démesurée.
Ensemble elles sont complémentaires.

Les deux mamans ont toujours eu peur pour Harry qu'il soit mis à l'écart, bousculé, et critiqué pour avoir deux femmes comme parents, mais il n'en est rien, et c'est tant mieux.
Aujourd'hui le jour de ses quinze ans Harry va savoir d'où il vient et pourquoi cette famille s’y unit porte un lourd secret. Depuis qu'il sait qu'il a été adopté Harry à un doute, il se pose des questions : Pourquoi il doit déménager tout le temps ? Pourquoi ses mamans sont toujours aux aguets ?

Et c'est Lucie qui va lui apprendre la vérité sur sa mère biologique. Lucie lui explique calmement, les yeux fixés sur son fils, la voix grave et la gorge serrée" Tout a commencé il y a une dizaine d'années, nous avions aménagé Marie et moi dans à Paris pour mon travail, dans notre immeuble habitait en face de chez nous, Alice, ta mère biologique. Une belle femme, douce intelligente, pleine de vie et de passions. Nous avions sympathisé, et c'est chez elle que nous t'avons vu la première fois, tu jouais, tu riais. Nous t'avions pris en affection, tous les quatre nous aimions nous retrouver ensemble. "

Marie prit la parole " Et le temps passa, mais elle avait peur car ton père était un homme violent, et puissant, un homme qui a du pouvoir et qui battait ta mère, elle devait partir des fois pour lui échapper avec toi sous le bras, parfois nous te prenions avec nous et nous partions en vacances pour te protéger de lui".

Lucie les larmes aux yeux continua "Et un jour, elle nous a appris qu'elle était très malade, un cancer du sein, elle dépérit rapidement perdant du poids et ses beaux cheveux blonds, le jour d'après l'annonce de sa maladie, elle est venue chez nous, triste et désespérée, fuyant ton père voulant te récupérer, elle n'en pouvait plus, la maladie la rongeait de l'intérieur".

Marie : "Ne pouvant lutter contre le mal, et te laisser seul, sans parents, elle nous supplia de t'adopter, ses yeux vident de vie, son corps squelettique, elle ne pouvait même plus fuir. Alors, des sanglots dans la voix elle nous fit promettre de te protéger, de t'éduquer dans l'amour d'une famille, d'un foyer, qu'importe que nous fussions homosexuelles, elle nous faisait confiance, et toi tu savais qui ont étaient."

Lucie " Quelques jours après, nous avons acceptées, tu es devenu notre fils et tu as deux mamans qui veillent sur toi, et un ange au-dessus de ta tête".

Marie : " Ta mère est partie seule, loin dans un autre pays, pour finir sa vie, avec toi dans le cœur, et le cancer dans le ventre, un putain de cancer, qui ne lui a pas laissé de choix".

Lucie : "Aujourd'hui tu devais savoir, et si nous déménageons tous les deux ou trois ans, c'est parque ton père ne t'a pas oublié aussi, et que si tu le désir tu pourras le voir, lui aussi, à des morceaux de la mémoire de ta vie".

Marie : "Mais, il veut te récupérer par tous les moyens, et nous avons fait une promesse à ta mère, alors nous te protégerons tant que nous serons en vie, nous savons qu'il nous a retrouvés, nous devons partir au plus vite"

Harry pensait que sa vie allait être un combat perpétuel, le cancer avait eu sa mère biologique, et ses parents adoptifs étaient eux aussi menacés.

A l'évocation de cette douloureuse histoire les deux femmes, se tenaient la main, comme pour sauter, dans le vide. L'émotion était à son comble, Harry savait que ses trois mères étaient plus fortes que la haine et que la mort.
68

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,