3
min
Image de Flopi

Flopi

561 lectures

359

FINALISTE
Sélection Jury

Je regarde avec envie la famille passer devant moi. Emmitouflés dans leurs gros manteaux d’hiver, ils ne m’accordent pas le moindre regard. Pire, ils s’éloignent de moi, protégeant les enfants de leurs bras comme si j’allais leur sauter dessus pour les étrangler. Mais je ne m’offusque pas, je suis habitué à ces comportements méfiants qui sont mon quotidien depuis maintenant cinq ans.

Un vent glacial s’infiltre dans les petits trous percés par les souris dans mon pull de laine et me fait frissonner. Avec mon jean devenu trop grand et mes chaussures dont les semelles sont depuis longtemps élimées, c’est la seule chose que j’ai réussi à garder de mon ancienne vie. Tout le reste a été vendu contre de la nourriture.

Je n’arrive toujours pas à comprendre comment les choses ont pu se dégrader aussi rapidement. Un jour, j’avais un travail qui me plaisait, une petite amie et un appartement, et le lendemain, tout avait disparu, d’un coup. Licencié, seul et incapable de retrouver un travail pour payer mes loyers, je m’étais retrouvé à la rue, sans que personne ne s’en soucie.

Les années s’étaient écoulées dans la rue sans que j’y prenne garde. En ce jour de décembre, alors que la neige et le froid commencent à devenir un véritable problème, je me mets à douter, pour la toute première fois.

Réussirai-je à sortir de cette situation inextricable, alors que le destin semble s’acharner contre moi ? Au début, j’étais persuadé que tout finirait par s’arranger, mais je me trompais, les choses se sont aggravées. Les passants déposent de moins en moins d’argent dans ma casquette verte, retournée sur le sol devant moi. Ils deviennent insensibles à l’histoire de ma vie, écrite à la va-vite sur un carton trouvé dans les poubelles. Sont-ils devenus radins, ou sont-ils simplement lassés de me voir arpenter les rues de Lyon depuis tant d’années, sans chercher à améliorer ma situation ?

Je devine très facilement les pensées des passants qui me croisent, qui m’observent en coin, comme s’ils pouvaient écraser cet insecte gênant, d’un seul regard noir. Je ne leur en veux pas. Dans ma jeunesse, ne me suis-je pas moi aussi moqué de ces hommes et femmes de la rue ? À l’époque, j’étais ignorant, comme le sont aujourd’hui ceux qui me maudissent intérieurement d’exister, sans en connaître la raison.

Je jette un regard sur mon butin du jour : à peine deux euros. Alors, je soupire, me lève et continue ma tournée, dans l’espoir de toucher un public un peu plus généreux. Après le cinéma et quelques centimes supplémentaires, je m’installe devant le Théâtre des Célestins, pour attendre la sortie du spectacle de ce soir. Un concert classique, d’après les affiches placardées à l’entrée.

À peine cinq minutes plus tard, les spectateurs commencent à sortir. La plupart me regarde avec dégoût, quelques uns seulement me lancent une petite pièce tout en prenant bien soin de ne pas trop s’approcher. Puis c’est la sortie des musiciens et de leurs instruments. Finalement, je reçois plus d’argent que je n’en espérais. Je peux toujours compter sur les artistes, ils ont un grand cœur quand il s’agit d’aider leur prochain.

Alors que la foule se dissipe lentement, une jeune femme s’avance vers moi. Je me noie dans le vert de ses yeux à la seconde où je les croise. Ils m’envahissent, me font frissonner. Sa longue chevelure rousse bat ses épaules dans le vent glacial. Elle ne sourit pas, ne bouge pas. Elle se contente de rester immobile, son violon rangé précautionneusement dans l’étui qu’elle tient à bout de bras.

Elle semble obnubilée par moi, mais ne s’approche pas. Je ne comprends pas. Après de longues secondes d’échange visuel, elle s’éloigne, sans même me laisser une petite pièce, perdue dans ses pensées.

Je m’éloigne aussi, perturbé par cette rencontre éphémère dont la finalité m’échappe. Je rejoins ma chambre du moment : une benne vide laissée à l’abandon dans une ruelle mal famée, que j’ai agrémentée de vieilles couvertures. Au moins, je suis protégé de la pluie et du vent.

Par la suite, je retourne m’installer devant le théâtre beaucoup plus souvent qu’à mon habitude, avec l’espoir fou de pouvoir à nouveau croiser ce regard qui m’obsède jour et nuit. Après plus d’un mois d’attente, je commence à désespérer de la revoir un jour lorsqu’elle apparaît au détour d’une rue. Elle semble se diriger droit vers moi, et ne prête aucune attention aux passants qui la félicitent sur son passage. Elle semble être une violoniste très connue, mais j’ignore son nom.

Je ne peux détacher mon regard de ce visage angélique, cette image qui m’a tenu compagnie chaque soir depuis notre première rencontre, lors des longues nuits passées seul dans mon refuge.

Elle s’accroupit face à moi et me sourit. Un véritable sourire à faire fondre la neige qui tombe doucement autour de moi. Elle dépose sur mes genoux un long paquet, et avant que j’ai eu le temps de réagir, elle déclare :

— Je l’ai vu dans vos yeux. Je souhaite de tout cœur qu’il vous aide à sortir de la rue. Prenez-en bien soin.

Puis elle disparaît, aussi vite qu’elle est arrivée.

En ouvrant le paquet, je découvre un magnifique violon déposé sur un socle de velours rouge. Mes yeux s’écarquillent de stupeur. Je le sors lentement, faisant tourner le fragile archet entre mes doigts. Ces doigts qui, instinctivement, se souviennent. Je ferme les yeux, et les souvenirs reviennent. Une douce musique résonnant devant un feu de cheminée, la nuit de Noël. Le souvenir de mon défunt père, tentant de m’apprendre les bases de ce magnifique instrument. Mon premier violon, vendu contre un bon repas.

Je pose l’instrument au creux de mon cou et commence à jouer. Les gens s’arrêtent autour de moi et m’écoutent avec attention. Les pièces commencent à pleuvoir. La musique s’insinue dans chaque parcelle de mon corps et me fait sourire pour la première fois depuis bien longtemps. J’avais oublié. Désormais, grâce à cet ange, je sais ce que je dois faire de ma vie.

Elle l’a vu dans mes yeux.

PRIX

Image de Printemps 2019
359

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Parfumsdemots Marie-Solange
Parfumsdemots Marie-Solange · il y a
Très émouvant ...
·
Image de Jean Yves Cazeaux
Jean Yves Cazeaux · il y a
Je découvre votre texte plein d'humanité sur le fil, bonne finale !
·
Image de Flopi
Flopi · il y a
Merci pour votre retour très positif Jean Yves :)
·
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Flopi.
Très beau texte que vous vous signez ici ! Qui plus est quand on a passé plusieurs années de sa vie à Lyon et que sa place préférée était celle du théâtre des Célestins ! J’ai beaucoup aimé là douceur utilisée pour raconter cette histoire dramatique. Vous n’appuyer pas non plus sur les clichés, ce qui permet au lecteur de vraiment s’attacher à ce personnage. Si je puis me permettre quelques conseils pour encore hausser - avis totalement subjectif bien sûr - le niveau du texte : ajouter un prénom au personnage le rendrait plus humain et moins monsieur tout le monde. Je ne pense pas que cela casserait l’effet « ça pourrait être moi ». Deux petits détails enfin : si c’est une violoniste très connue et que le protagoniste a vu une affiche sur le théâtre le soir de la représentation, il pourra avoir son nom et prénom. Sinon, à la toute fin, je trouve le mot ange trop cliché, ce qui contraste avec votre manière différente de raconter une histoire pourtant malheureusement banale.
Au plaisir de vous relire. Mes salutations,

·
Image de Flopi
Flopi · il y a
Bonjour Daenor, déjà un grand merci pour vos très beaux compliments. Ensuite, Un immense merci pour votre commentaire très détaillé. Je comprends totalement ce que vous voulez dire. Effectivement le fait que je dise qu'il ne connaisse pas son nom est une petite coquille à laquelle je n'avais pas fais attention. Et vos autres conseils sont totalement justifiés. Merci de votre retour, c'est agréable d'avoir des conseils :) je penserais à ce genre de chose la prochaine fois. Encore merci et à bientôt chez vous où chez moi !
·
Image de Marc Cambon
Marc Cambon · il y a
Bonne chance en finale, Un très beau texte bravo.
·
Image de Flopi
Flopi · il y a
Merci Taciturne
·
Image de Hamza DIB
Hamza DIB · il y a
J'ai aimé + 5
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Une belle musique cette providence... Le théâtre des Célestins me rappel ma première découverte théâtrale ...
peut -être passerez-vous sur mon rocher d'exil en plein océan indien ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/lexil-3

·
Image de Joan
Joan · il y a
Une belle nouvelle qui réchauffe le coeur.
·
Image de Flopi
Flopi · il y a
Heureuse d'avoir pu vous réchauffer le cœur Joan. Et merci de votre soutien
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Toute l’âme du violon dans ces mots chaleureux ! Mes votes ! Toutes mes notes en sol majeur !
·
Image de Flopi
Flopi · il y a
Merci pour vos votes Fred ;)
·
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
Bonne finale !
·
Image de Olessya Mendelevich
Olessya Mendelevich · il y a
Wau!
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il y a en chacun de nous une lumière vive, brillante, fils et filles de l’Astre. Mais en quelques individus subsistera toujours une part d’ombre, c’est elle qu’il nous faut pourchasser sans...