1
min

Prévention

Image de Palim

Palim

29 lectures

7

Quelques centaines de mètres au-dessus du niveau de la mer, un petit millier peut-être, un petit bloc de sidérite fut délogé de la place qu’il occupait depuis quelques centaines d’années, un petit millier peut-être, sans doute davantage. Il n’était pas plus gros qu’un pavé de Saint-Marcellin mais pesait un chouia plus. Plus dur aussi. Les premiers troncs d’épicéa qu’il heurta pourraient en témoigner, de l’écorce en moins pour le paillage des jardins urbains. L’allure du bout de roche n’était pas encore bien vive mais la pente et les rebonds lui donnaient de l’allant. Un loup qui musait là, rôdant autour d’un terrier de marmotte en réveil, sentit le vent du boulet pas forgé lui passer près du museau. Il suivit curieux cette piste inconnue et croisa une brebis. Mais ceci est une autre histoire... Le polyèdre minéral était déjà loin. Pierre qui roule délaisse les mousses et elle avait quitté les hêtraies sapinières pour dévaler maintenant une piste de ski sans neige, bien grand écrin pour ce simple caillou. Des étincelles jaillirent du contact avec ses semblables, eux, toujours immobiles. Ephémère feu de Bengale, gratuit et sans témoins. La descente continuait, roulante et tressautante. On aurait pu la croire achevée lorsqu’un gros « Plouf » vint résonner près d’une rive torrentielle. C’était sans compter sans la blanche force du flot qui l’entraîna jusqu’à une proche cascade, cascade qui la cracha dans un cirque joli. Point de clowns ni d’hannibalesques éléphants dans cette arène, rien que de l’eau, de l’eau de pluie, de l’eau de glacier qui suivait le même chemin que notre pierre. Elle continua à dévaler. Un moinillon jardinant la vit passer, la contempla un temps et s’en retourna prier, le pas liquoré. Puis peu à peu le rythme déclina. Pierrette venait d’atteindre Grenoble la plate. Doucement, tout doucement, sur la roue d’un vélo elle toqua, celui d’un membre du gratin dauphinois. Celui-ci leva les yeux vers le sillon alpin d’où était tombé le pavé qui n’en était pas un. « Bazu donc ! » lança-t’il d’un ton qui n’était pas badin. Et là-haut, tout là-haut, s’excusa une petite voix, celle du pied qui avait poussé le palet : « C’est vrai que c’était pas bien malin, ça aurait pu abîmer quelqu’un... ».

PRIX

Image de 2017

Thème

Image de Très très court
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Une histoire très bien écrite, bravo.

Mon poème ''je tresse l'odeur'' est en finale merci de soutenir.

·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Marrante ces pérégrinations de pierre qui roule, et les histoires de ceux qui la regarde passer ! Heureusement l'issue n'est pas fatale. Bien écrit au passage : on ne serait presque pas étonné si la pierre donnait son point de vue au maladroit et au promeneur épargné !
Également, mon très très court "Gu'Air de Sang" est en finale du Prix Court et Noir. Si tu le souhaites, n'hésite pas à renouveler ton soutien pour mon texte ! J'en serai ravi :)
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Palim
Palim · il y a
Pas bête cette idée de caillou causant. J'aurais pu lui faire lever un sourcil vers là d'où il avait été arraché. J'y penserais si jamais le texte devait être remanié.
·
Image de Palim
Palim · il y a
Merci à vous deux ! La finale s'annonce disputée...
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien écrite et intéressante ! Une invitation à lire et soutenir mon “Isère en Mouvement” qui est en Finale! Merci d’avance et bonne journée !
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
Premier commentaire ??? j'ai eu plaisir à vous lire et je vous donne ma voix.
Je vous invite à aller lire le poème en finale sur les cuves de Sassenage. Si vous venez je vous guiderai dans les entrailles de cette terre sacrée et de cette cavité magique et enchanteresse. Merci d'avance

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur