Image de Florent Paci

Florent Paci

1883 lectures

1019

Finaliste
Sélection Public

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

L'auteur est parvenu à créer un univers fantastique et obscur, fait de sons et d'odeurs... On essaye pourtant de « voir » en lisant ces lignes, ...

Lire la suite
Hier, j’ai pris le nom d’un autre.
Nous vivons dans les ténèbres. Une obscurité qui pue le suif, le pétrole, l’odeur aigre de l’acier et des machines, dans laquelle la taille d’un nom détermine le rang social. Un monde sans fin d’aveugles, où se présenter constitue notre unique richesse dans le vacarme et le silence. Les Frères crachent leur nom en moins d’une seconde, les Grands en prennent cinq. Viennent ensuite les huit secondes des Accrus, les douze des Dominants et les vingt des Officiers. Maîtres des ténèbres, les Légendaires finissent de s’annoncer après une minute. Une éternité plus longue encore les attend derrière les portes de la Lumière.
Il y a deux façons de les franchir. Travailler sans répit afin d’agrandir son nom, ou tuer. Hier, j’ai tué.
Nous naissons tous Frères et ne vivons qu’entre castes. S’élever dans les ténèbres prend plusieurs siècles, alors qu’une seule rencontre suffit à arracher un nom. Empêcher l’autre de se nommer à l’avenir permet de prendre sa place. Nous avons tous la même voix, le même sexe, la même vie. Comment retrouver un cadavre dans l’obscurité ?
Depuis que je grimpe l’échelle sociale de la sorte, un fumet étrange est apparu. Mais je suis seul à le sentir à chacun de mes pas. Une odeur de succès.
Pas de bruit. Pas de cri. Les ténèbres résonnent. Tout ce qui ne naît pas du travail ou du silence sonne faux. Le soupir assourdissant des mourants, le trille chantant d’une entaille sur la peau. Une trahison à travers l’obscurité suffit pour que les Écouteurs et les Braillards profanent le nom que tu viens de gagner et celui avec lequel tu t’es annoncé, te condamnant aux noirceurs du néant.
Toujours la nuque donc. Une série brève de craquements, pareille au staccato des rouages ou à nos pieds ferrés sur ce sol invisible. Allonger doucement la dépouille et disparaître.
Il suffirait aux vivants de garder le silence pour ne pas guider les ambitieux. Mais rester muet dans les ténèbres, c’est être déjà mort. Parler est tout ce que nous avons afin d’exister.
Depuis que je me suis réveillé Légendaire, j’avance à la recherche d’un écho, d’un soupçon. Il me semble avoir entendu une longue parole dans la salle des armures. Plus de cent-vingt secondes ! Un seul être pourrait s’annoncer de la sorte : celui sur le point d’atteindre la Lumière. Je devais le rattraper. Graver dans ma mémoire chacune des nuances de son nom pour franchir les portes à sa place.
L’être invisible marchait devant moi. Nulle crainte dans sa voix quand il commença à parler. Les assassins n’ont pas d’odeur dans les ténèbres moites et puantes. Les soixante secondes de mon propre nom succèdent aux siennes et la rencontre fut terminée. Ses talons tournèrent tandis que les miens trépignaient.
Mes deux mains avides s’élancèrent dans le noir, vers cette tête innocente. Une peau flétrie sous mes doigts, des picots de poils invisibles, puis la symphonie des vertèbres dans le silence. Je jouais mon existence à agir si loin du roulement des machines, mais j’étais trop près du but.
Aucun Écouteur ne releva ces craquements, pas un Braillard ne me bannit dans les ténèbres. Je m’éloignai du pied traînant des êtres ici-bas avant de me mettre à courir.
Les salles obscures résonnèrent de mes pas à mesure que je me rapprochais de mon objectif. Mon odeur avait acquis une force nouvelle. Le musc du succès couronné, la gloire ! L’immortalité de mon nom m’attendait derrière ces portes. Des cris retentirent tandis que je bousculais la masse invisible des anonymes, étonnés de ne pas connaître celui qui se hâtait vers son destin. Je ne me présenterai plus qu’à une seule entité : la Lumière.
Une présence jumelle, haute et froide, m’indiqua que j’étais arrivé là où le noir s’arrêtait. Une fois mon souffle apaisé, je déclamai d’une voix forte et puissante mon cinquième nom. Je voulais que tous dans les ténèbres entendent ma réussite.
Les portes commencèrent à s’ouvrir. La raie lumineuse qui s’agrandissait entre les deux battants m’aspergea d’une chaleur brûlante. J’étais aspiré par le jour et ma vie ténébreuse prenait fin.
Je titubai, aveugle, en proie au vertige. Les hurlements des automates et le gargouillis des carburants n’existaient plus. Le silence des labyrinthes obscurs ne les avait pas remplacés. C’en était fini de tous ces arômes de sueur mécanique. Seul celui familier persistait parmi ces nouvelles senteurs sucrées.
Quelque chose atterrit sur mon crâne et mes paupières s’ouvrirent de force. Tout se mit à exister d’une teinte. Le masque sur mon nez noyait mon regard dans un liquide bleuâtre, apaisant mes yeux hypersensibles. Toutes sortes de formes inconnues m’entouraient. J’avais pu les côtoyer chaque seconde durant mes cinq vies, je devais réapprendre à les connaître à la lumière.
Un vieillard s’approcha de moi, voûté sur une canne brillante. D’une voix ancienne et douce, il récita son nom, accompagné par le murmure reposant d’une eau qui courrait au loin. Je lui opposai celui que je venais de gagner sans trébucher sur une seule syllabe.
« Tu as suffisamment apprécié les ténèbres afin que ton nom ouvre ces portes. Par ton labeur, tu es des nôtres. Bienvenue, Frère fait Grand, fait Accru, fait Dominant, fait Officier, fait Légendaire. Tu seras désormais un Contemplateur, un immortel aux yeux vivants ! Mais d’abord, tu dois accepter l’ultime épreuve, celle de l’honnêteté. »
L’aimable vieillard fit claquer ses doigts : « Renifleur ! Aux pieds ! »
Une créature aveugle et bossue s’avança jusqu'à moi en gargouillant. Le centre de sa misérable figure était percé d’un cornet cuivré, là où aurait dû se trouver un nez.
Devançant le Renifleur, je levai mes mains tremblantes devant mon visage. J’identifiai enfin cette odeur mystérieuse qui m’avait suivi depuis les ténèbres. Ces doigts bleutés que je voyais pour la première fois avaient comme une odeur de sang.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
1019

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Florent Paci
Florent Paci  Commentaire de l'auteur · il y a
Bonjour et MERCI à tous de (re)passer tester la longueur de votre nom sur mon Court et Noir !
Je suis très fier de voir "Prête-nom" en finale, ma première qualification sur Short-Edition. Belle émotion ;)
A cause d'un pic de travail, je suis désolé de ne pas pouvoir répondre à tous vos commentaires de soutien... J'espère le faire très bientôt !
Encore merci à tous !

Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Une bonne lecture
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
prêtes-moi ta plume, je te rends ton nom
Image de RAC
RAC · il y a
Une atmosphère particulière et un récit plaisant. Y a-t-il une suite ? A bientôt peut-être chez vous ou chez moi...
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
J'aime beaucoup votre histoire et je m'abonne. Au plaisir de vous relire.
En attendant je vous invite à découvrir mon oeuvre présentement en compétition et de voter si toutefois elle vous plaît :J'aime beaucoup votre façon d'écrire.
Vous avez tout mon soutien et j'espère vous relire.
Merci de consulter mon oeuvre en compétition et de me soutenir si toutefois elle vous plaît : vous abordez un point important. A quoi bon faire la guerre, quand on peut être amis? Poème simple et très bien construit. C'est original.
N'hésitez surtout pas à consulter mon oeuvre présentement en compétition et de voter si elle vous plaît : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance

Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Je vs découvre aujourd’hui je suis restée scotchée à votre histoire jusqu’à la fin je vote mm si trop tard. Je vs invite à venir déguster mon Lapin
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Bonjour Florent,
Je vous souhaite un dimanche plein de soleil. Je profite pour vous dire que je vous saurais gré de voter pour mon poème finaliste.

Le lien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
J'ai vraiment aimé bravo, belle écriture.

Je vous invite https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

Image de Lllia
Lllia · il y a
J’aime bien ce texte. Merci pour ce beau partage.

Je participe aussi à un concours de dessin en finale si tu veux jeter un coup d’oeil:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/victoire-weasley

Image de Potter
Potter · il y a
j'ai adoré, mes 5 votes !!!!!! Bravo pour ta belle écriture !!
Si tu as l'occasion, passes voir mon dessin pour le concours Harry Potter : https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/poudlard-3

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Des chuchotements. Des chuchotements empressés, parfois discrets, brefs ou en anglais, mais c’était bien des chuchotements qui accompagnèrent Franck tout au long de sa journée de rentrée. La ...

Du même thème