Près de la "Pierre à Sang"

il y a
4 min
190
lectures
65
Qualifié

écrire, jardiner, lire, musique, en chambre, théâtre, à la télé, c'est toujours ça !  [+]

Image de 2021
Image de Très très courts
C’est une région sauvage, un plateau que le vent vient escagasser par tous les temps... Alors qu’il s’éveillait, Pierre se crut mort. En fait il était dans un lit et un chien avait bondi sur ses pieds ! Encore épuisé, il referma les yeux. Mais bientôt, une odeur de café, une voix de fille, z’étiez tout grogui hier, pensez, y f’sait du moins quinze ! Le père, y cherchait une d’nos bêtes, l’Youki avait pas pu la rabater ! A son nom, le chien sauta du lit, guilleret... Pierre comprit qu’il était sauvé... Mais le destin avait tracé nos vies à sa façon...
Je m’appelle Théo, j’ai 19 ans. Je suis né au Canada, peu après l’arrivée de ma mère dans ce pays de neige et de frimas qui ressemble à une région de France dont la splendeur s’était gravée en elle depuis l’enfance... Comme j’aurais aimé ce paysage qu’elle me décrivait si bien... La nudité du haut plateau fleuri de bruyères, de narcisses ou de jonquilles, égayé d’herbes hautes couchées par la burle, de "pierres branlantes" à cupules, de roches noirâtres et vert de gris. La vue des hautes montagnes à 360° à la ronde, aux formes et couleurs changeant avec le temps et les saisons. Le hameau de chaumières isolées et ses vaches brunes aux yeux doux maquillés de noir, ses chiens poilus dressés pour les réunir...
Quand ma mère essayait jusqu’alors de me raconter ce qui s’était passé là-haut, sa voix bloquait, puis s’éteignait, telle une bougie flageolante... J’ignore encore ce qui avait provoqué... on évitait... Tu vas savoir enfin mon garçon, commence-t-elle.

Pierre marche, courbé. Des bourrasques glaciales de plus en plus mauvaises, agressives, l’attaquent tantôt de biais tantôt de front. Il avance, gelé dans ses os. Il ne sait plus. Il ne se repère plus. Ne pas s’arrêter. Par -15° il crèverait. Et la nuit ne va pas tarder - ça va descendre à -20°. Merde, ses pieds dérapent sur cette saloperie de croûte de glace, couverte ici ou là de neige soufflée. Quel con d’être parti tout seul, murmure-t-il. Car il a peur, maintenant qu’il ne peut plus marcher...
Bizarre, il se réveille vivant ! Au chaud dans un bon lit, c’est possible ça ?... On l’invite à rester quelques jours. Par c’temps-là, vaut mieux chercher l’Bon Dieu dedans qu’dehors ! croyez-pas ? On rit et il remercie timidement, s’habille et sort, Youki derrière lui, la queue battante.
Enhardi par la présence du soleil, Pierre décide de construire un abri. Il a ce qu’il faut dans son sac à dos. Il tient à son indépendance mais acceptera volontiers le repas... Il ne songera pas à repartir de sitôt. Les nuages de grêle ou de neige, le vent de plus en plus fou ou le brouillard trop gris, effacent rapidement le soleil matinal. Et puis, il y a Lise...

Ce matin-là les femmes sont de plus en plus inquiètes, Pierre n’est pas encore venu au petit déjeuner. Y s’ra resté à lire dans l’duvet pardi ! dit le père qui trouve inutile d’y aller voir. Lise met son manteau. Mais sa mère lui tire le bras, assez violemment. Sa fille ne moufte pas. Fancine s’encafoune dans un grand châle de laine épaisse, enfile des chaussettes par-dessus ses bottes pour éviter la glisse, et ouvre la porte. Un vent dingue enfourbit la petite cuisine qui fait salle à manger et accessoirement chambre avec son lit-clos où Pierre avait si bien dormi.
Elle fait cinq-cents mètres environ. Ses pas font chanter la croûte glacée par la burle. Près de la « Pierre à Sang » quelques alisiers givrés abritent... un igloo !?... Fancine croit rêver. Il est tout brillant de soleil. Un couple de busards cendrés fait sa ronde au-dessus en piaulant. Elle appelle, appelle encore et se rapproche... un peu plus près... L’igloo est défoncé sur le côté, l’entrée maculée de petites taches...
C’est avec les skis que monteront les gendarmes car le chasse-neige ne passe pas dans la vallée. Lise se mord les doigts dans son attente angoissée. Ils arrivent enfin, mais interdisent à la jeune fille et ses parents d’aller avec eux à l’igloo.
Ils sont deux et ont l’habitude. Mais quand le premier passe la tête par l’entrée arrondie, il la ressort, aussi sec. Le deuxième, averti par l’air horrifié du collègue s’y engage... C’est un carnage qu’il découvre. Des éclaboussures partout. Au sol, un lit épais de sang pâle, rosi, figé. Un corps allongé là-dessus, déchiqueté, congelé, à moitié nu. Une bête, énorme, écharpée elle aussi. Un long opinel...
L’enquête ne donne rien évidemment et quelques jours plus tard un hélicoptère emporte ce qui reste du jeune homme. Lise ne sait pas où il va atterrir son Pierre, ni si quelqu’un l’attend. Elle ne sait rien de lui. Elle se doutait bien qu’il partirait un jour cet amour qui n’était pas pour elle. C’était un genre d’aventurier en somme. Qui ne s’attache pas... Moi aussi je m’en irai, je suis presque majeure.

Ma mère est épuisée et moi atterré... Je suis partie loin de toute cette horreur, tu comprends mon Théo ? j’ai abandonné mes parents à leur solitude, à leurs pauvres souvenirs... Je caresse ses cheveux et son visage enfiévré de pleurs.
Elle aurait tant aimé faire le voyage avec moi, me présenter mes grands-parents, me montrer son beau pays. J’aurais trait les vaches avec pépé Albert, mangé la tarte aux myrtilles de mémé Fancine !... Hélas, les sculptures que Lise réalisait ne rapportaient que le nécessaire pour vivre. Et moi je faisais des études, elle y tenait. Nous pleurons longuement. Puis, je vais lui faire un thé.
Ainsi c’était mon père ce solitaire courageux, amoureux de la nature et de ma mère. Si l’épouvante ne s’était pas abattue sur lui cette nuit-là, serait-il resté sachant que Lise attendait un bébé ? L’aurais-je aimé comme je le crois ? Aurais-je eu un frère ? Une sœur ? Lui qui avait la bougeotte, m’aurait-il emmené en vadrouille avec lui ?... J’aime ces questions qui m’écrivent une tout autre histoire...

Quant à la bête, personne n’a jamais rien su. Ni ce que c’était, ni ce qu’on en a fait. Mais Lise avait entendu des choses bizarres... Je retiens de fameuses fakenews (!) propagées par des langues y allant à fond de bise !
C’était le "cerf de la détourne"... Pfff, la "Pierre à Sang"... C’était la diablesse à la "pierre écriante"... Z’êtes sûr de ça vous aut’s ? la "pierre écriante", l’"cerf de la détourne", c’est pas d’chez nous... Ben, c’était la "Pierre à Sang" alors !...
C’est une pierre plate gris-vert, géante, qu’il ne faut surtout pas déranger. Car elle porte une inscription aussi étrange qu’inquiétante - tête de vi(...) tranchée le sang (...) ns le gouley (...) trebas -. Un anneau de fer rongé de rouille est toujours accroché à sa droite. Il s’y passe des choses... Elle aurait servi à un collège de druides qui pratiquaient des sacrifices. Parmi les nombreuses pierres du plateau, la "Pierre à Sang" était leur préférée.
Un des prêtres parcourt la région depuis des siècles, réincarné en une sorte de lynx nommé tantôt le druide-fantôme, tantôt la bête. Nourri de la folle certitude que l’évolution détruira les paysages grandioses de tourbières et de riches fumades appartenant aux dieux, la bête accomplit de sombres sacrifices. Il est de son devoir croit-elle avec ferveur, de punir tout étranger venu s’aventurer là...

Les traits de ma mère se détendent, elle paraît soulagée. Un secret partagé devient plus léger tu sais ! Nous nous regardons en souriant... Grilou ronronne sur mes genoux ; moi je pense à un poète - Patrice de la Tour du Pin cité par un prof je crois. "Tous les pays qui n'ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid "... Pierre regarde Lise et Théo. Apaisés, ils boivent le thé. Il est rassuré et s’en va...
65

Un petit mot pour l'auteur ? 39 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Je viens un peu tard mais il y a tant à lire ici ...Beau récit à la fois grave et beau, entre réel et invention ...personnages bien campés ... j'aime votre écriture !,
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
C'est vrai qu'avec ces milliers de textes (je ne crois pas me tromper!) y a à faire ! Merci pour votre message très sympathique
Image de Pierrick Blin
Pierrick Blin · il y a
De très belles choses, une vraie musique, des couleurs chaudes et vives au coeur des phrases et une écriture droite dans ses bottes, humble et digne. Ce fut un beau moment.
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Je suis contente que ce texte puisse être un beau moment.
Merci beaucoup de votre avis Pierrick.

Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Merci ! nos écritures se croisent : je viens de répondre à votre avis précédent
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un style agréable, émaillé d'expressions pittoresques pour une histoire proche du fantastique.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un récit dépaysant , une immersion dans une terre au parler si particulier que vous utilisez avec bonheur .
On sent tout le plaisir que vous avez eu a évoquer ces légendes .

Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Merci Ginette, c'est vrai j'ai écrit ce texte avec plaisir et du coup, assez de facilité, ce qui est loin d'être tjs le cas !
Bonne fin d'année et début d'une meilleure !

Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Une très belle légende, très bien narrée ! Mes 5 voix Orane !
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Merci beaucoup Felix
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Merci Félix, je vais voir le vôtre.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup Orane !
Image de jean paul
jean paul · il y a
Vous avez réveillé en moi des envies de Mont Lozère, Haute Ardèche ou Montagne Noire.
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Merci Jean Paul. En effet c'est à peu près là où vous dites, vous brûlez !
Image de Dominique Coste
Dominique Coste · il y a
Beaucoup aimé votre style, ainsi que l'émotion que transmet votre histoire. Mes voix sincères.
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Bonsoir Dominique, merci de votre soutien et votre sympathique commentaire. Où est votre texte ?
Image de Dominique Coste
Dominique Coste · il y a
Sur mon profil "glacial" ! Merci à vous !
Image de Iris Rouge
Iris Rouge · il y a
Que de mystère autour de cette Pierre ! Il en est dit suffisamment pour intriguer, pas trop pour laisser place à l'imagination. Le parlé est très immersif également. Bonnes fêtes !
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Merci Iris, je suis contente que ce texte vous ait plu. Bonnes fêtes à vous aussi !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une superbe œuvre bien construite, originale, érudite ! Mon soutien !
Image de Orane Chalvet-Parent
Orane Chalvet-Parent · il y a
Bonjour Keith, merci de votre soutien et de ce commentaire si positif. J'en suis un peu gênée... mais contente évidement ! Orane