3
min

Premières fois

Image de Gregory A.

Gregory A.

361 lectures

32

Finaliste
Sélection Jury

Recommandé

Alors que la pyramide de glace dans mon verre venait de perdre un niveau en un tintement assez agréable, je revins à la réalité et sortis de ma léthargie commémorative. Toutefois, en buvant une gorgée de ce scotch que Thierry m’avait offert deux ans plus tôt, lors de notre trekking célébrant nos dix ans d’amitié, la douceur de mes souvenirs tenait aisément à distance la puissance de ce breuvage aussi vieux qu’une présentatrice météo célèbre.

On parle souvent de la crise de la quarantaine chez les hommes et j’avais souvent, je l’avoue, moqué ce type de certitudes populaires voulant qu’à un moment donné, la majorité d’une tranche d’âge venait à se remettre en question.
Pourtant, à l’approche de l’alignement des aiguilles sur le quarante du cadran représentant ma vie, je dois admettre qu’une sorte de bilan voulait s’imposer à moi, sans que je m’y sois attendu en m’asseyant dans la bibliothèque ce soir.

Parmi les nombreux thèmes désirant défiler, celui de la « première fois » retint particulièrement mon attention. Il faut dire que j’avais, pour ma part, condensé en un temps très limité un nombre de premières fois impressionnant dans ma jeunesse.

J’avais tout juste seize ans et je vivais mes premières vacances en solitaire.
La tradition familiale ancestrale, voulant que je sois le premier à vivre la chose à cet âge, m’avait lancé une sorte de défi à entreprendre tout ce qui était en mon pouvoir pour vivre ces trois semaines en Guadeloupe aussi intensément que possible pour, je ne le sais qu’aujourd’hui, créer au final un souvenir impérissable qui resterait en moi jusqu’à ma mort ou la perte totale de ma santé mentale.
Vierge de tout excès ou découverte, j’avais tout à accomplir.
Les huit heures de vol en classe économique m’avaient permis de me lier avec Hélène, pétillante blonde, brillant par un esprit à la fois fin, analytiquement parlant, et brut, humoristiquement parlant. Nos échanges furent diversifiés, profonds et très personnels ; nous ne nous étions jamais, l’un comme l’autre, autant livrés à quelqu’un.
Ma première vraie amitié naquit ici.

Après notre arrivée, faisant suite à une heure de minibus soi-disant climatisé, nous découvrions notre campement champêtre où la répartition aléatoire des tentes me désigna comme colocataire Yvon, fan d’insectes – qu’il adorait stocker dans des petits récipients de verre – dont j’avais une peur panique.
Légèrement remué, je restai longuement au bord du feu à discuter avec mes compagnons nocturnes, découvrant les joies de la création d’un nouveau groupe, pour finalement me retrouver seul avec celle dont le nom m’avait intrigué dès le départ par son exotisme : Luména. Nous restâmes longtemps à discuter et la compatibilité intellectuelle jointe à nos hormones perturbées firent le reste ; nous nous embrassâmes.
Ce fut mon premier vrai baiser.

Au bout de trois jours, la météo sur l’île nous gratifia d’une tempête mémorable, un véritable déluge mettant à sac notre camp. Certaines tentes se déchirèrent, d’autres prirent leur envol, et nos chaperons, unanimes, décidèrent d’abandonner les lieux après avoir obtenu l’autorisation administrative de vivre dans l’école du village voisin. La petite rivière qui nous séparait de la route s’était transformée en véritable Styx démoniaque, et nous vécûmes une traversée tant exaltante qu’effrayante. Certains d’entre nous perdirent une partie de leurs affaires dans les remous, et je n’arrivai à sauvegarder les miennes qu’au prix d’efforts qui me paraissent encore aujourd’hui incommensurables.
Ce fut ma première vraie peur.

Deux semaines plus tard, ma capacité naturelle à devenir un lien social dans tout groupe dans lequel je m’insère s’était confirmée. J’étais tantôt ami et/ou confident des plus forts, parfois partenaire de beuverie des plus fous, souvent protecteur des plus faibles.
Durant ces quinze jours, je vécus encore deux autres premières fois : une vraie cuite, qui m’offrit un réveil plus que difficile le lendemain et une incapacité à me nourrir toute la journée suivante, et une expérience avec des cannabinoïdes, dont je ne me rappelle encore aujourd’hui que des bribes, certaines amusantes, d’autres inquiétantes au vu des risques que nous avions pris ce soir-là.

Puis, l’horloge avançant et pointant de plus en plus vite la fin de notre relation amoureuse, Luména m’entraîna un soir sur la plage, en m’expliquant qu’elle souhaitait « le faire sans rien faire ». Ce fut ma première fois, loin d’être qualitative avec le recul, mais amplement satisfaisante sur le moment.

Au retour, à l’aéroport de Roissy, lors des séparations et malgré les adresses échangées, je connus mes deux dernières premières fois : la perte d’une amie chère, qui disparut après deux déménagements coup sur coup sans jamais m’avoir répondu, et la perte de ma première « amoureuse », qui vécut toutefois plus mal notre séparation au vu des appels insultants auxquels j’eus droit pendant les deux mois suivants.

« Les voyages forment la jeunesse… », pensai-je.
La main de mon fils me tira de mes pensées, et je ne pus retenir une larme en le regardant avec tout l’amour qu’il m’inspirait.

« Bientôt ton tour », lui dis-je en le prenant dans mes bras.

PRIX

Image de Printemps 2013
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo
Arlo · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
On ressent bien les émotions. Très beau texte +1. Venez me lire à l'occasion
Image de Calpurnia
Calpurnia · il y a
C'est un très beau texte, qui fait appel à la mémoire des émotions, et malgré sa concision il évoque une longue période de vie.
Image de Hélly
Hélly · il y a
Joli texte! +1 j'aime! Et si vous avez envi de lire un de mes texte, pour la première fois: http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/drole-de-raccourci . Et à une deuxième première fois :D
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je decouvre cette histoire sur le temps qui passe...et les premiere fois! "Tu seras un homme mon fils!" ;-)

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

J’étais là, près de la fontaine de galets aux trois bouches de bronze qui riaient le jour, la nuit, sous la neige des hivers, le soleil des étés aux odeurs de fougères et de menthe, j’étais...

Du même thème