1
min

Pourquoi ? Parce que !

Image de Cajocle

Cajocle

136 lectures

32

La nature se fout bien de la justice. Sinon elle ne ferait pas pousser dans certains corps des cellules cancéreuses qui les rongent jusqu’aux os avant de les tuer, elle ferait en sorte que d'autres ne nous quittent pas, brusquement, une nuit, sans même nous dire au revoir.

Pourquoi papa ? Pourquoi maman ? Pourquoi je n’aurai plus jamais 6 ans ?

Chez mon père cet après midi, pour aérer, récupérer son courrier, nourrir son chat, errer dans cette maison qui m’a vue grandir, j'étais à la recherche d’une histoire qui avait été la mienne mais qui m’échappait aujourd’hui. Rapetisser, recommencer, dire plouf ! plouf ! repartir à zéro, pour faire mieux, ou autrement, mais pas comme ça. Parce que c’est passé trop vite, parce que j’ai laissé faire, parce que je me suis laissée porter et que je n’aurais pas du, parce que c’est trop tard et qu’il faut faire avec. Parce que d’habitude je m’en fiche, mais pas aujourd’hui.
Je suis allée roder dans l’ancien jardin, autour de l’enclos des chiens, envahi de lierre, de mauvaises herbes, de ronces, libérer les fantômes qui y vivent. J’ai tiré sur les branches des lierres, arraché les feuilles mortes et vivantes, déraciné les graminées, déplanté les pousses de noisetiers. Acharnée, je soustrayais les années, déchirais mes rides, lacérais mes échecs, enterrais le temps perdu, pour retrouver, derrière le grillage la petite sauvage qui pensait que lire et monter à cru un cheval noir était son avenir. Je me suis griffée les mains sur le grillage rouillé, cassée un bout d’ongle sur le loquet bloqué de la porte, j’ai tiré si fort que j’ai crié de rage et un peu de désespoir sur mes amis perdus et mes rêves fourvoyés.
L’enclos était vide : pas un fantôme, pas un rêve, juste des ronces et des orties. J’ai refermé doucement la porte, j’avais juste dérangé des petites bêtes et quelques escargots.
J’ai gouté les noisettes qui étaient presque mûres et déjà fondantes, lavé mes mains pleine de rouille dans le ruisseau du lavoir, en les frottant avec du sable.
32

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Sympa cette nostalgie ! Une bien jolie tranche de vie empreinte de souvenirs....
Image de JPM
JPM · il y a
Je n’avais pas lu ce TTC
Il est très beau

Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
:-)
Image de Damien Malène
Damien Malène · il y a
Un moment de vie. Un contact avec ceux partis, noué avec eux en investissant leur lieu de vie qui les représente, qui s'est éteint avec eux, et que l'on ressuscite par sa présence, par son action, pour faire là ce que l'on n'a pas pu, pas voulu, pas su faire avant. C'est un moment fort.
Image de Herker_hermelin
Herker_hermelin · il y a
Un joli moment de fragilité et de réflexion sur notre destin : celui que l'on a cru, celui qui est.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
La nature est une puissance qui va son chemin sans états d'âme, et nous n'y pouvons rien ! :(
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Sans états d'âme...quelle chance elle a !
Image de Patrice PERRON
Patrice PERRON · il y a
Demat, bom dia, salut Cajocle. J'aime bien ce texte, bien écrit, avec juste ce qu'il faut d'émotion pour nous entraîner dans ton voyage intérieur. Et les réactions provoquées. "La nature se fout de la justice" dis-tu. En fait, elle n'a pas de tribunal ! Pourtant, elle est comme nos corps : elle a ses souffrances. Bonne journée quand même ! Devezh mat ha kenavo eur wech all. Patrice.
Image de Alphonse Dumoulin
Alphonse Dumoulin · il y a
Crier ne sert à rien. Mais ça soulage. Parfois.
Image de LaNif
LaNif · il y a
Joli, délicat, j'aime beaucoup.