2
min

Poséidon et Armelle

0 lecture

0

Poséidon a choisi l’Espagne. Près de Valence, au Grao de Castellón, il demeure dans un hôtel rue Paseo Buenavista. Il désire se reposer des tumultes des eaux qui entourent notre planète, mais il ne peut se résoudre à s’éloigner de l’eau. C’est pourquoi, pour cette première décennie, Poséidon s’est donné l’apparence d’un retraité qui a pour passion la pêche au coup.

Cette pêche bien particulière impose une position sédentaire avec un amorçage préalable dans une zone définie. C’est avec soin qu’il accroche un appât à l’hameçon. L’appât et le type ligne détermineront le produit de la pêche : ablettes, gardons, etc. Armé de sa canne, Poséidon pratique un mouvement pendulaire de haute précision en déposant le flotteur juste à côté d’une feuille de nénuphar. Après quelques instants l’eau est redevenue calme, quelques petits moustiques volants de manière en apparence désorganisée effectuent une danse autour du flotteur couronné d’une petite boule de couleur rouge vif. Poséidon se repose et le résultat de sa pêche lui importe peu.

Comme tous les soirs, il sera au restaurant. Apéritif, tapas, plus quelques autres douceurs qui flatteront son palais et qu’il partagera avec Armelle qu’il a rencontrée dans ce même restaurant il y a quelques mois. Armelle vient très souvent dans le restaurant pour chercher la matière première de son entreprise. Elle dirige une petite fabrique de cuir à base de peaux de poisson. Celles-ci permettent la réalisation de sacs à main, de ceintures, de chaussures et même de bracelets. En fin de journée Armelle fait la tournée des restaurants pour récupérer les parures aux mille reflets. La peau de saumon est bien plus résistante que la peau d’agneau. Armelle a créé tout un processus pour obtenir les meilleurs résultats : quatre jours de macération, coloration, séchage. Les peaux traitées sont colorées de façon classique, mais il est possible d’obtenir une coloration métallique sublimant ainsi les écailles. Le résultat peut ressembler à de la peau de serpent ou de crocodile. Le cuir de dorade est un peu rugueux, les grandes écailles de la perche invitent le toucher, le cuir de loup de mer est tacheté de façon très naturelle. L’article le plus demandé est le saumon. Son look est élégant grâce aux poches d’écailles très régulières. Armelle en a fait des produits de luxe très recherchés par les grandes marques.

Poséidon et Armelle passent de longs moments attablés dans ce restaurant. L’ambiance y est particulière, les couleurs sont généreuses dans une harmonie de rouge et de brun. Quelques motifs jaune et blanc transforment l’espace : l’alchimie opère. La musique rythmée et en particulier les morceaux de Buleria provoquent une euphorie virale. Les castagnettes, le pandero et les claquements syncopés des mains, ces fameuses palmas typiques d’une Espagne rayonnante par ces traditions ancestrales participent de cette ambiance et invitent à la bonne humeur. Poséidon et Armelle se sourient avec tendresse. Lui s’invente un passé terrestre et raconte des aventures les plus folles dont il serait le héros. Sa présentation est facétieuse avec quelques faux mensonges qui font accroire à Armelle un sentiment de vérité. Elle, très amoureuse, admire son héros des mers.

à suivre sur http://www.pierretomyleboucher.fr

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,