Plumes et paillettes

il y a
3 min
6
lectures
0

Bienvenue sur mon nouveau compte (ancien compte Barb Ara) J'ai relié mon profil d'auteur facebook à ce nouveau compte et j'ai rapatrié certains de mes anciens textes. Il n'y a plus que ce profil  [+]

l était une fois un magnifique paysage verdoyant, aux milles prairies fleuries, bordées de rivières et de lacs où le soleil levant aime à se mirer, où le soleil couchant aime à plonger.

Dans ce paysage merveilleux, où l’on entend mille gargouillis d’oiseaux, d’animaux et de rivières, des clapotis des poissons remontant à la surface de l’eau brisent parfois le doux murmure de cette quiétude. Une légère brise d’été vous caresse le visage chauffé par les rayons du premier soleil.

Regardez bien, vous voyez autour de moi ? Il y a un grand nombre de jolies petites licornes. Vous les voyez bien ? C’est beau, une licorne...
Mais ces licornes n’arrivent pas à se sentir belles, ni aimées, ni utiles dans ce monde futile. Tout ce qu’elles font leur paraît vide de sens, terne, fade.

« Pourquoi continuer ? Pourquoi ne suis-je pas comme ces autres licornes qui brillent de mille feux et qui savent voler et à qui tout réussi ? »

Ces petites licornes ne cessent de voir leur lumière s’affaiblir pour ne plus rester que dans l’ombre, se comparant toujours à celles qui savent voler.

Ces licornes- là ne veulent plus voir leur reflet dans ces eaux limpides et calmes. Pour elles, tout n’est qu’eau sale et boueuse.

« Dès qu’elles déploient leurs ailes, les belles licornes qui volent, mille paillettes renvoient de multiples reflets multicolores sous les reflets des lumières. Pourquoi ça ne me fait pas ça ? » s’interroge la petite licorne triste...

Elle, qui ne se sent pas utile, ni à sa place, s’en va à l’ombre des grandes montagnes, des grands arbres, loin de la lumière, loin des reflets, loin des lacs dans lesquels elle a l’impression de se noyer...

«Hey toi, oui, toi, petite licorne qui reste dans l’ombre, laisse-moi te poser cette question : pourquoi te compares-tu tout le temps aux licornes qui sont dans la lumière ?
— Parce qu’elles sont mieux que moi...
— Es-tu vraiment sûre que toutes les autres soient mieux que toi ?
— Oui, regarde, elles brillent, elles volent, elles sont tellement belles.
— Tu as donc envie d’être comme elles ?
— Je ne le peux pas.
— Une chose est sûre, non, tu ne le peux pas si tu te compares à elles comme ça, mais tu en aurais envie ? Pourquoi ne pas te comparer un peu aux autres licornes dans l’ombre ? Tu n’es pas seule, recroquevillée dans ton coin sombre, et certaines sont encore plus loin loin au fond du noir. Mais pourquoi te comparer à une autre ? Tu es unique, ta vie n’appartient qu’à toi, elle n’est que ce que tu en fais, il y a toujours mieux que toi, mais il y aura toujours pire. Pourquoi vouloir les rejoindre à tout prix ? Pourtant, tu l’aimes, la lumière, puisque tu envies les autres qui y sont...
Alors laisse-moi t’y emmener, juste une fois, n’aies pas peur et accepte l’aide que je te propose. Mais n’entre pas d’un coup, on y va doucement, il ne faudrait pas te brûler les ailes. Allez viens, n’aie pas peur ! Je fais souvent ce chemin, entre l’ombre et la lumière, mais la lumière doit être toujours la plus forte. Regarde ces vallées, ces lacs, ces montagnes, comment pourrais-tu les voir si tu es toujours cachée ?

Comment ? Tu dis que tu n’as pas d’ailes ? Pourtant regarde, nous venons de franchir la limite qui sépare l’ombre de la lumière et déjà, tu te redresses, regarde elles étaient là, cachées, elles commencent à se déployer. Regarde ce soleil qui te chauffe le dos...
Non, tu ne brilles pas tout de suite, il te faut du temps, de la volonté, mais déjà tes couleurs reviennent...
Tu dois comprendre que tu n’es pas seule, à moins tout simplement de le vouloir. Regarde autour de toi, tellement de gens t’aiment et t’aideront à te maintenir juste de l’autre côté de cette limite...

Accepte que l’ombre soit toujours présente, et que parfois, tu puisses y remettre les pieds, accepte aussi que cela puisse s’assombrir du côté de la lumière, ce n’est pas pour autant que tu retourneras dans l’obscurité. Sache qu’à chaque fois que cela pourrait se produire, tu n’es pas seule, pense à ceux qui t’aident et veulent t’aider, à ceux qui sont là pour te pousser au-delà de la limite et retourner vers la lumière ou y rester, malgré la grisaille, pour que ton soleil brille à nouveau, et que bientôt, toi aussi, lorsque tu redéploieras tes ailes, mille paillettes resplendiront de mille couleurs sous les lumières de ta vie.
Ne pense jamais qu’ils en auront marre de t’aider.
Ne renonce jamais à vouloir, de nouveau, de jolies plumes et paillettes.
Ne pense jamais que tu ne le mérites pas ou si tu le penses et que tu vois l’ombre se rapprocher, répète très vite plumes et paillettes, plumes et paillettes, plumes et paillettes... quand tu auras bien rit à force de dire plusme papaillettes, tu verras que l’ombre s’éloignera.
Ne renonce jamais, la lumière doit être la plus forte.

Tel un chevalier Jedi qui combat le côté obscur, rejoins la lumière en combattant. Ha mais je te comprends, c’est tellement plus simple d’abandonner, de replier ses ailes, et de se blottir dans un coin, mais tel Johnny qui ne laisse pas bébé dans un coin, je ne t’y laisserai pas.
Tu n’es pas heureuse dans ce côté sombre, tu es triste, mal, tu pleures... et tu te souviens comment c’est, de l’autre côté. Alors au lieu de pleurer sur ce que tu penses avoir perdu, franchis la limite et souris à la vie, à la chance qui t’est donnée de vivre et avance.

Et rappelle-toi d’une chose quand tu avances, il y a toujours pire. Toujours. Ne pense plus jamais qu’il y a mieux, car cela te fait reculer.

Redresse la tête, déploie tes ailes, fais reluire tes plumes, briller tes paillettes, le monde t’attend, ton monde. »
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !