Ploc

il y a
1 min
370
lectures
65
Qualifié

Comme le lépidoptérophile épingle ses papillons pour le plaisir des yeux, je dépose délicatement mes mots sur le papier, juste pour le plaisir de rêver... Un conseil ? Allez voir chez  [+]

Image de Automne 2016
Ploc. Ploc. Ploc.

La pluie tombe.
Est-ce que tu m'entends ? Je suis là, tout petit. Je ne veux pas attirer l'attention sur moi, tu le sais.
Viens, n'aies pas peur. Approche.
J'ai besoin de toi... J'ai besoin de te parler.

Ploc. Ploc. Ploc.

La pluie couvre-t-elle ma voix ? Pourquoi ne viens-tu pas ? Tu sais que je t'attends. Tu m'as promis qu'on ferait encore un petit bout de chemin ensemble...
On a passé de si bons moments ! Rappelle-toi, je t'en supplie... Combien d'après-midi pluvieux avons-nous passés ensemble bien au chaud sous ta couette ?

Ploc. Ploc. Ploc.

Tu ne veux plus de moi alors ? Tu m'as remplacé. Il y en a un autre c'est ça ? Tu te lasseras de lui, tu reviendras. Je suis sûr que je vaux mieux que lui.

Ploc. Ploc. Ploc.

Alors c'est fini ? Tu n'aimes plus les ténébreux ? Mon côté obscur ne t'attire plus ? Je t'effraie peut être... Oh, je vois. Je t'ai déçue... Je ne suis pas à la hauteur de tes attentes ! Ma personnalité est-elle moins belle que mon apparence ?

Ploc. Ploc. Ploc.

J'ai tout fait pour te plaire pourtant. Je ne t'ai jamais menti. J'ai même essayé de te faire rire. J'ai fait ce que j'ai pu. Je n'y peux rien si tu es partie. Moi je voulais te garder encore un peu.

Ploc. Ploc. Ploc.

Tu m'as déjà oublié, je le sais. Tu parleras de mes défauts à tes amis. Tu leur diras à quel point je suis décevant. Tu les tiendras éloignés de moi. Tu les empêcheras de faire les même erreurs que toi. Mais tu reviendras un jour. Je l'espère. Je resterai au même endroit, à attendre.

Ploc. Ploc. Ploc.

Si je le pouvais, je pleurerais. Je ne le peux pas. Tu le sais. Des sillons noirs se dessineraient sur mon visage.

Ploc. Ploc. Ploc.

En attendant je te laisse écouter la pluie avec celui qui m'a remplacé. Je le connais, je sais qu'il a un grand cœur. Même si c'est un cœur d’artichaut. Il aime les histoires d'amour, celles qui finissent bien. Tu seras bien avec lui.

Ploc. Ploc. Ploc.

Quelqu'un d'autre viendra peut-être me chercher. Je lui plairai. Et nous passerons tous nos après-midi pluvieux ensemble, sur le canapé du salon, avec le gros chat sur les genoux. Mais tout le monde finit par se lasser de moi et je retournerai t'attendre, sous l'escalier.
Posé sur mon étagère.
Je t'attendrai toute ma vie s'il le faut.
J'ai le temps, je ne suis qu'un roman.

65

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Handy

Fabrice Bessard Duparc

Je roule Handy en direction du parc. Nous sommes fin mars ; il y a comme du renouveau dans l'air, un je-ne-sais-quoi de retour à la vie, comme si l'existence de tout ce qui nous entoure s'était... [+]

Très très courts

Billy

JB Correges

Dylan en fond sonore, je me réveille enfin, murs miteux pour lit miteux, hôtel deux-étoiles qu’il disait. Odeur de tabac froid et lumière verdâtre, je sors du lit avec un mal de tête à... [+]