Piscine et pestes estivales

il y a
1 min
1 053
lectures
67
Qualifié
Image de Été 2020

La créature semble perdue dans la contemplation de ses ongles en plastique orange fluo, petits jouets Fisherprice pour asticoter les mâles agacés par les éclats aveuglants de ses griffes.
La piscine renvoie des éclats de paradis à tous les coins du parc, projetant sa lumière aléatoire sur les corps au repos.
Lits de plage aux rideaux légers qu’agite une brise aux fragrances d’oranger, transats recouverts de draps de bain multicolores.
Les gamins ne sont pas encore là à brailler et sauter partout. C’est l’heure magique.
Miss Bikini-en-furie se lève, en s’étirant tout doucement pour qu’on l’admire bien. Son maillot pourrait convenir à Barbie-Alerte-à-Malibu, un euro de tissu à tout casser. Coups d’œil rapides par-dessus son bouquin d’un mâle solitaire. Furtive œillade coupable d’un pépère dont la patronne ronronne dans sa sieste postprandiale.
La vaniteuse Vénus entre progressivement dans l’onde turquoise en poussant de petits cris sexy quand elle atteint sa poitrine. Elle nage pour rejoindre « son homme » échoué sur le dos, ventre en l’air comme un lamantin en train de crever. Sur un lit gonflable, il s’efforce de bronzer encore et encore. Pourtant, il est déjà cramé.
Elle s’approche, loutre louvoyante, œil canaille, et je me dis qu’elle va te le retourner dans la flotte comme une crêpe.
Elle l’appelle mon petit chat.
M’est avis à moi que le petit chat lape plus de bière que de lait vu les excroissances de part et d’autre de ses hanches que les hypocrites appellent poignées d’amour.
Il glousse, fier d’exhiber sa femelle qui s’accroche à lui, trophée fallacieux aux flotteurs accrocheurs.
Et ils se chatouillent, se bisouillent, font leur représentation de parfaits amants au centre du bassin.
La garce se retourne vers moi, lunettes miroir me balançant ses lasers dans les yeux.
Défi de filles ? Affrontement farouche de femelles plutôt.
Par-dessus l’épaule de son tendre dodu, elle lève le menton en ma direction. Il est à moi et toi tu es seule sur ton transat, transie de solitude.
Je me retourne alors sur le ventre et replonge dans mon Cyrano chéri.
« Croyez que devers vous mon cœur ne fait qu’un cri,
Et que si les baisers s’envoyaient par écrit,
Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres ! »

67

Un petit mot pour l'auteur ? 98 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Pas de regrets à avoir, Cyrano sera toujours mieux que toute cette pantomime
Image de France Passy
France Passy · il y a
Oh sûrement
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
Super texte dont je me délecte, France Passy ! :) Aimeriez-vous découvrir "L'autiste linguiste" en lice aux jeunes écritures ? Votre retour me ferait vraiment plaisir. :)
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Charmant ça ! Je réagis avec bcp de retard mais charmant. Et puis Cyrano me fait toujours craquer !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Cyrano préféré au gros ventru affalé sur son matelas ? y'a pas photo !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une vision sans lunettes de soleil et sans complaisance ! Spectacle estival, théâtre de plage, théâtre de rue ...
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Très comique ! J'adore !
Image de Bernard Reynaud
Bernard Reynaud · il y a
👌❤😎
Image de France Passy
France Passy · il y a
très explicite ! Merci
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Il faut de tout pour faire un monde!
Image de France Passy
France Passy · il y a
C’est ce que constatait Balzac. Quelle comédie tout de même!
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Beaucoup d'humour - mon vote❤👍
Image de France Passy
France Passy · il y a
Merci 🙏

Vous aimerez aussi !