Pigalle hors Paris

il y a
2 min
93
lectures
19

Je vous dirai les ronds bleus Les ronds qu'on fait avec des jeux Ecrire est parfois ridicule Je m'élance et puis je bascule Devant une phrase inutile Qui brisera l'instant fragile D'une  [+]

J'étais très jeune ou presque adolescente.
Cela s'est passé un beau jour d'été.
Mon père était, hors travail, toujours correctement bien nippé ou costumé.
Pantalon clair, ceinture (il n'a jamais porté de bretelles ; inutiles celles-ci, musclé et n'ayant jamais souffert d'aucun embonpoint).
Chemise, ce jour là, blanche ou bleu ciel (souvenir lointain hésitant entre deux couleurs) comme à l'accoutumée l'été.
Par temps chaud donc, manches retroussées bien repliées, sans foulard de temps frais au cou ou au col ouvert à naissance bien velue de son torse.
Bien poilu celui-ci mais au cuir chevelu évoquant Chirac dont il avait un petit air ressemblant.
Jamais, ou très peu, mal rasé je ne l'ai vu.
Revenons donc à ce jour.
Je ne sais ce que son gosier a bu ou chanté ce jour-là ou ce qu'un autre au féminin lui a susurré.
Ma mère et moi voyons, étonnées, au travers des vitres voilées de la salle à manger donnant pignon sur notre rue, une fourgonnette de gendarmerie s'arrêter.
Un gendarme frappe à notre porte et ma mère, bien entendu, lui ouvre.
Il lui demande si elle est l'épouse donc de cet homme qui lui a donné son adresse ou ses papiers, un peu sonné après une lourde chute.
En effet, cet officier gradé aurait pu penser qu'il s'agissait d’une soeur, d’une cousine, ou de tout autre membre de la famille.
Ma mère lui confirme qu'elle est bien la « moitié » de ce nom partagé.
On sort alors de l'arrière du véhicule une petite reine et un corps d'homme, aux bras et au visage à sang, égratignés, soutenu.
Les deux recouverts de boue, de gluante vase.
Nous reconnaissons l'une et l'autre.
L'officier alors ne lésine pas sur les détails, l'endroit précis de ces deux boueuses trouvailles, dans un fossé, et par un heureux hasard, passant par là sur la route, et l'embarquement.
A un angle donc bien précis. Devant ou en face du bar à putes, de l'autre côté de la rue.
En sortait-il ? Nous n'en avons jamais rien su.
A-t-il été ébloui par une vision de rêve bien pulpeuse, à outrance fardée, en poste à l'entrée bien à vue, et attirant le client comme il se doit à cet endroit bien connu de tous à l'époque dans notre ville ?
Ceci dit, nous gardons un grand sérieux. Mon père est maintenant debout, penaud, bredouillant un peu je ne sais quoi comme excuses inaudibles, incompréhensibles, tête basse.
Les gendarmes laissent éclater leurs rires retenus jusque là dans le fourgon. Ah les yeux, comme ils peuvent parfois trahir !!!
Durant toute la scène, ma mère et moi, n'osons nous regarder dans les yeux, un fou rire nerveux sans colère menaçant, à nous aussi contenu à la gorge.
Pas de sanction. Plus de peur que de mal. Et un mystère.
Les gendarmes sont repartis. Mon père est resté tranquille un moment, et puis a recommencé à chantonner fort son air préféré, « Les petites femmes de Pigalle ».
19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Guerrier

Càêl Page

Face contre terre. Je suis au sol. N’importe qui peut m’atteindre, mais ils me croient mort. Ceci est loin d’être le cas, je n’ai jamais été aussi vivant qu’en cet instant. L’odeur du... [+]