Petite parenthèse... Histoire vraie...

il y a
2 min
5
lectures
0
Ce matin, me levant, du pied gauche physiquement et du droit psychologiquement, l'idée de débarrasser le jardin du fouillis à feuilles s'empara de mes neurones et mon entrain...
Vu la quantité, il m'a fallu être inventif... J'en ai donc profité pour en brûler quelques unes au décours des ramassage et collecte...
Vers 14 heures, le feu (à l'abri dans un pot dévoué à ce type d'exercice) faisait son travail, laissant émaner une douce et agréable odeur de teinte fumée...
Mes nasaux agréablement envahis se laissaient subjuguer par tant de senteurs forestières...
Tout à coup, j'entendis Joy, mon fidèle compagnon amoureux des grenouilles noctambules, pousser quelque signal retentissant, tandis qu'on sonnait au portail...
Je me rendis voir de quoi et de qui il s'agissait...
Deux bonshommes, d'allure policière dont les képis avaient probablement été laissés à l'abandon du fait d'une chaleur estivale bien installée...
Après les Salam alayk et maleykoum salam de retour échangés, ils m'engageairent à stopper mon feu de plastique qui gênait une voisine...
Ah, les voisins...
Je leur montrais donc que je ne brûlais pas du plastique (allant à l'encontre d'un texte de loi des années 70) mais plutôt des feuillages, ce qui n'est en aucun cas contrevenant à un quelconque texte sur la bonne cohésion de mitoyenneté)...
Autant je peux comprendre que la douce senteur puisse perturber certaines muqueuses nasales fragilisées par la bêtise humaine et le manque de savoir vivre, autant je reste encore surpris de voir ce type de délation digne d'une sale période de notre pays ayant justifié un film de plus de trois heures par Steven Spielberg sur le sujet, notamment...
Il m'a donc fallu verser un seau d'eau afin de faire passer mon parfum d'extérieur de vie à trépas...
Je dois reconnaître que la gente municipale a été des plus agréables et nous avons même discuté philosophie autour de quelques feuilles de menthe et citronnelle...
Voici ma morale de cette histoire: Tant que le feu de la bêtise et de la lâcheté vivra dans la tête des sots, il me faudra prendre mon seau pour tuer le feu qui aère la mienne...
Je ne sais pas encore qui s'est permis de décrocher son téléphone en lieu et place de la lune...
Mais aujourd'hui, j'ai appris qu'il faut se méfier de son voisinage et j'ai gagné le droit de retirer des sacs à feuillage en mairie... Désolé pour la longueur du texte mais il fallait que ça sorte, que je vide mon sac... En attendant de remplir ceux de la mairie...
Toujours est il que la citronnelle et la menthe les ont égayés (la gente municipale) et cela a détendu l'atmosphère...
Peut-être que si j'avais d'autres plantes aromatiques (plus exotiques, notamment), m’auraient ils demandé de prendre ma guitare et chantonner "Redemption song" de Bob Marley, autour d'un feu de bois...
Euh, peut-être pas le feu de bois...
A côté de ça, je pense savoir de qui il s'agit, bien que la gente képi'less (sans képi, pour les non anglophones) n'ait pas daigné me donner la langue du chat, tandis que je demandais l'identité de la bifide au corps serpentiforme initiatrice de l'appel...
De mémoire, je suis censé être leur médecin traitant...
Je conjuguerais donc traitant au professionnel et maltraitant au privé...
Brrr... Quelle horreur...
Je soufflerais, tout de même un conseil à ma voisine malfaisante et aux neurones englués de bêtise lâche...
Il vaut mieux privilégier la Gratitude à la Grrr'attitude...
Voili voilou...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,