1
min

Petite faiblesse

Image de Revilo

Revilo

5 lectures

1

Quelle beauté mon ange, tu es resplendissante, merveilleuse même, dans cette robe d’un blanc immaculé. Légère et majestueuse, tu m’apparais telle une Vénus sortie tout droit d’un tableau de Botticelli, comme le printemps envoutant. Cupidon a dû m’atteindre, des frissons parcourent mon corps, une tendre volupté monte en moi, c’est un sentiment confus, une vague douce et chaude. Subjugué, je me sens fondre, des réminiscences de délices oubliés remontent à ma mémoire le goût de nos retrouvailles, une note suave et sucrée.
En cet instant, je tente tout de même de résister à ton charme, délicatement, je me torture, mes doigts brûlent en t’effleurant lentement, sensuellement. Tu ne bouges pas, c’est ta façon de me séduire, tout en silence.
Délicieusement, lâchement, la tentation est trop grande, tu provoques l’appel de mes entrailles foncièrement attachées à ce moment exquis, cet instant charnel, songe inavouable de gourmandise croustillante et moelleuse à déguster dans le pêcher, m’aveugle d’une intense joie de faible mortel.
Alors je succombe une fois de plus, mon palais est en émoi au contact de notre étreinte, doucement je ressens une saveur incomparable, où tant de plaisirs renouvelés à chaque seconde m’effrayent à la seule pensée que cela puisse cesser un jour.
Il fallait bien que cela arrive, j’ai commis le geste irréparable, ça craque, je t’ai croquée, petite meringue !
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
La gourmandise préférée de mon épouse ! et en plus c'est sa fête ! Un copié-collé et….sous son oreiller. Merci.
·