Petit Poucet deviendra grand

il y a
3 min
28
lectures
3

40 ans dans l'industrie, les machines et la robotique ça laisse des traces... et des interrogations ! Heureusement la découverte tardive de l'écriture me permet d'aller au delà d'une rude  [+]

Les voilà perdus dans les profondeurs de la forêt.

Ses frères ne le savent pas encore mais il a rusé. Les petits cailloux blancs vont les aider à rentrer à la maison. Il est fier de son idée. Ils sont tous là à pleurer, à se lamenter, à accuser le mauvais sort comme s'ils n'avaient pas compris que leur père était responsable de cette situation. Ils sont trop bêtes. Heureusement qu'il pense pour eux. Pour une fois ils vont être contents de lui. Il leur dit :
- Ne vous inquiétez pas. Je sais comment revenir à la maison.

Evidemment personne ne l'écoute. Rien d'étonnant, ils ne l'écoutent jamais. Il force sur ma voix toute fluette, en leur disant :
- J'ai semé des cailloux, il suffit de les suivre et on retrouvera notre chemin.

Son frère aîné se tourne vers lui en grimaçant :
- Qu'est-ce que tu racontes ? Quels cailloux ? Des cailloux il y en a partout. Tu te crois plus malin que nous peut-être ? Toi le petit, tout petit, qui a déjà du mal à nous suivre. Alors tais-toi et laisse-moi réfléchir.

Il veut leur montrer qu'il a raison en ramassant le dernier caillou blanc laissé sur le chemin. Mais ils ne le regardent pas. D'ailleurs s'il disparaissait, ils ne s'en apercevraient même pas. Il les voit tourner en rond, à pleurer la tête dans les mains et il se dit qu'il en a marre d'être humilié, d'être rabaissé quoi qu'il fasse, quoi qu'il dise. Pourquoi ne reconnaissent-ils pas qu'il est le plus intelligent ? C'est bien lui qui a pensé à baliser le chemin du retour car il connaissait les intentions du père. Et puis baliser ils ne savent même pas ce que ça veut dire. Ils sont aussi bêtes les uns que les autres

Soudain il aperçoit sur une branche basse un écureuil roux, tout petit lui aussi, qui lui fait un clin d'œil et lui dit :
- Viens Petit Poucet, suis-moi. Tu n'as plus rien à faire avec tes frères. Je vais te présenter à quelqu'un.

C'est un écureuil qui lui parle et il n'en éprouve aucune surprise. Il jette un dernier coup d'œil à ses frères et sans regret se détourne. L'écureuil sautille de branches en branches et il a parfois du mal à le suivre. Mais même s'il le perd de vue, toujours l'animal revient le chercher. Petit Poucet lui pose plein de questions mais l'écureuil ne lui répond pas. Le trajet est long et il va bientôt faire nuit. Soudain il débouche dans une grande clairière couverte d'herbes soyeuses avec un rocher en son milieu. L'écureuil y est installé au sommet à attendre qu'il s'approche pour lui dire :
- Ferme les yeux et attend qu'on te dise de les rouvrir.

Petit Poucet regarde autour de lui. Il a un peu peur. Et si c'était le grand méchant loup qu'il devait rencontrer ? Il a l'air gentil cet écureuil mais c'est peut-être pour mieux abuser de lui. Il serait alors la proie de ce méchant loup, celui dont tout le monde parle, même s'il n'est qu'une petite bouchée pour lui.

Néanmoins qu'est-ce qui pourrait être pire ? Mourir de faim dans cette forêt ? Autant en finir maintenant si tel est son sort. L'écureuil est toujours là sur le rocher. Il lui refait un clin d'œil certainement pour le mettre en confiance. Petit Poucet ferme les yeux et attends. Pas longtemps. Une douce voix de femme résonne :
- Tu peux ouvrir les yeux maintenant.

Quelle surprise ! Sur le rocher, nimbée d'une lumière blanche se tient une fée avec de longs cheveux roux et une robe de mousseline qui flotte sous la brise légère du couchant.
- Bonsoir Petit Poucet. Je suis la fée Mélusine. J'ai assisté à votre malheur, à toi et tes frères. Mais surtout au tien, pauvre petit incompris, si maltraité par tes frères. A te voir ainsi, j'ai eu pitié de toi. Si tu le souhaites je suis prête à exhausser tes vœux et ainsi te rendre la vie meilleure.

Il n'en croit pas ses yeux et ses oreilles. Il connait la légende de la fée mais à la voir en vrai, il est trop bouleversé pour pouvoir lui répondre. Sa voix reste coincée dans ma gorge.
- Alors, qu'en dis-tu pauvre Petit Poucet ?
- Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu. Dans la forêt et dans ma tête.
- N'as-tu pas un souhait particulier à formuler ?

Il réfléchit très vite et dit :
- J'aimerais être grand... et puis j'ai très faim et très froid.
- Autre chose ?
- Je souhaiterai retrouver tout de suite ma maison et que mes parents disparaissent car ils sont trop méchants.
- Brave Petit Poucet. J'exhausse tes vœux sur l'heure.

C'est ainsi que, recouvert d'une belle fourrure grise, il a mangé ses parents car désormais c'est lui le grand méchant loup.

3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Vent de panique à l'étage

Mitch31 M

Aujourd’hui, j’ai tué le chat de ma voisine. Bien fait pour lui. Je ne supportais plus qu’il vienne se frotter contre mes jambes dès que je sortais de chez moi. Sans parler des fois où il... [+]