PETIT

il y a
3 min
3
lectures
1

Je voudrais que tu sentes le parfum comme ça je te respire. J'aime l'odeur de l'eau de Cologne mais sur toi quand même je préfère le jasmin  [+]

Petit était tout petit. Il n’était même pas petit comme un petit garçon petit. Non même pas. Il était encore plus petit.
Pas plus petit qu’un bouton rond- non- mais plus petit que les cafetières et même plus petit que les théières.
Petit était petit comme un verre à dents.
Et quelle drôle d’affaire, que d’être petit comme un verre à dents...A chaque fois que Petit sautait dans le verre, il manquait de se faire manger par le dentier. Et monsieur papa et madame maman devaient le ramasser à la pince à épiler.
Non ! Petit ne voulait plus être petit. Petit voulait être grand.

Alors Petit marcha, marcha longtemps pour aller demander conseil à son ami Jardinier, jardinier enchanteur.
À l’entrée du jardin Petit trouva les roses en train de dormir :
« Bonjour ! Cria Petit. Je voudrais voir Jardinier.
- Jardinier dort mais que veux tu ?
- Je voudrais être grand ! Grand comme les roses ou grand comme les arbres à gland, grand comme les personnes qui sont grandes !
Jardinier apparut :
- Tiens ! Mon petit Petit !
- Jardinier, je veux être grand ! Je ne veux plus être petit comme un petit ...
- Tu n’es pas heureux petit ?
- Non jardinier.
- Mais tu ne seras pas plus heureux si je te fais grandir, tu es Petit et Petit est petit.
- S’il vous plaît, faites moi grandir. »

Jardinier emmena Petit dans un coin spécial, un coin spécialement spécial pour les gens spécialement petits. Dans ce coin il y avait toutes sortes de choses : Des odeurs, des perles de pluie rondes comme des ballons ronds, des cheveux longs et deux ou trois paires de chaussures à talons.
Jardinier sortit cette paire là, de chaussures là, à talons, celles avec la boucle dorée.
« Un garçon ne met pas de talons ! » protesta Petit.
-Ce sont des talons spéciaux pour les gens spécialement petits ! » Jardinier lui enfila les chaussures et lui demanda de se lever.

Voilà que Petit n’était plus tout petit, il devint même moyen petit, et pas très grand, et pas trop grand et il grandit...Et il grandit, et Petit était grand.
Il n’était pas grand comme un verre à dent, ça non, il n’était pas grand comme une brosse à dents, mais il était plus grand que les grands.
Petit serra une grosse poignée de main à jardinier et partit en marchant à grands pas forcément.
Puis il prit la direction de la ville.

Sur le chemin, Petit aperçu son ami Horloger de la rue du temps.
« Bonjour ! » dit-il avec sa grosse voix de grand maintenant.
Mais voilà que l’horloger alla se cacher chez madame Larpin près du marchand de foin.
Petit pensa qu’Horloger était peut-être un peu pressé par le temps, alors il continua son chemin.
Il arriva près de la rue des épines et reconnut Amandrine, sa copine la coquine.
« Bonjour !!!!! »
Mais ? Vraiment, que se passe t-il ? Amandrine va se réfugier chez le marchand de sardines !
« Amandrine ! Amandrine ! » Mais pas d’Amandrine, pas de copine, pas de coquine.

Petit ne comprenait pas. « Les gens ont-ils peur de moi ? Mes amis ont peur, même Horloger et Amandrine... »
Petit était grand, trop grand maintenant, et il s’en est bien aperçut que c’est trop d’être trop grand.

Petit ne voulait plus. Non, il ne voulait plus être plus grand que les roses, plus grand que les arbres à glands, plus grand que les grandes personnes.
Non ! Petit voulait redevenir petit comme un verre à dents.

Alors Petit avec ses grands pieds de grand et ses grandes jambes de grand, fit demi tour et repris le chemin de Jardinier à qui il allait tout expliquer.

« Te revoilà déjà ? Dirent les roses qui étaient grandes comme des roses et pas plus. Qu’est ce qui t’amène de nouveau Petit ? »
-C’est que je ne veux plus être grand ! Que fais jardinier ?
-Il coupe la brume et redonne l’ordre du matin. » et les roses sifflèrent de leur sifflement de roses.

Jardinier apparut. « Et bien Petit que se passe t-il ?
-Je suis très grand, tous les gens ont peur de moi. Je ne suis plus Petit, car Petit est petit. Je suis triste jardinier...
-Alors tu te rends compte que tu n’es plus ce que tu étais ? Et tu veux redevenir ce que tu étais vraiment ?!! »

Jardinier emmena Petit dans un autre coin spécial, pour les gens spécialement grands, qui veulent devenir petits. Dans cet autre coin spécial, il y avait une limace, trois cailloux blancs, et quatre paires de godasses dont une paire de ballerines.
Petit s’assit dans la chaise à dorures. Jardinier enleva les chaussures à talons et rangea cette paire là dans l’autre coin spécial. Ensuite il lui enfila la paire de ballerine.

Voilà que petit n’était plus très grand, il devint même grand, et moyen grand et pas très grand, et pas très petit, et il rétrécit et rétrécit et Petit était petit comme avant.
Petit remercia Jardinier et repartit en marchant à petits pas, avec ses petites jambes et ses petits pieds forcément.

Petit était heureux, car Petit est Petit et Petit est petit.

1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,