2
min

Pâte de campagne

Image de Gérard Le Gal

Gérard Le Gal

428 lectures

168

Qualifié

Heureux week-end de printemps, tonton Marcel et tante Simone reçoivent toute la famille. Les invités arrivent petit à petit. Ce ne sont qu’embrassades, congratulations et compliments. Comme tu es belle et toute bronzée, et tonton, il a un peu vieilli mais il tient toujours la forme. Allez, on passe à l’apéro. Le barbecue comme à son habitude ne veut pas démarrer. Allez re-apéro ! Les saucisses sont tombées dans la braise, ah que c’est drôle, re-re-apéro ! Les sourires s’élargissent, les cravates se dénouent, les vestes tombent, quelques blagues fusent, détendons-nous, on est en famille !
Soudain le chien de Janine jaillit poursuivant le chat de la maison. Il fait tomber au passage les tréteaux sur lesquels reposait le buffet. Alors là, tonton Marcel voit rouge.
— Je te l’avais dit qu’on aurait des ennuis avec ce chien. D’ailleurs, je l’ai jamais aimé ce cabot.
Avec quelques grammes d’alcool dans le sang, tonton Marcel n’a plus toute sa raison. Il va dans le garage décrocher le fusil. C’est un sanguin, le Marcel !
— Je vais le crever, ce cabot.
Il met en joue. Mais au moment de tirer, Simone intervient.
— Mais t’es fou, Marcel, pas sur un animal !
Elle s’empare de la carabine. Le coup part tout seul et va se loger dans la jambe du petit dernier à Janine. Alors là, Janine, elle rigole plus du tout. Toucher à ses enfants, la chair de sa chair, elle ne supporte pas. Mais fait quelque chose, Maurice. Maurice voit rouge à son tour, comme le porto dont il a abusé. Il arrache le fusil des mains de Marcel et lui tire dans le pied. Il n’a jamais su viser, Maurice. Roger, le préposé au barbecue, en reste tout médusé et laisse tomber son verre de whisky dans les braises qui attisées par un regain d’énergie enflamment sa chemise en nylon et son pantalon de jogging made in China. Janine, voyant son mari faire le bonze, court en criant au feu. Mais dans sa précipitation, elle heurte le pied du parasol, trébuche et va s’écraser la face sur l’angle du barbecue en parpaings. Le fils de Marcel, qui s’impatiente depuis trois jours pour allumer le mini feu d’artifice prévu pour la fête, en entendant le mot FEU, allume, au mépris des règles élémentaires de sécurité, la mèche de la première fusée qui arrache la moitié de la joue de son petit frère qui jouait dans l’herbe.
La maison ressemble à un vrai champ de bataille. Ce ne sont que cris, vociférations, appels au secours. La grand-mère devant un tel désastre fait un malaise. Les ados qui jouent dans la chambre du haut, en entendant le tohu-bohu, se précipitent tous en même temps à la fenêtre et la rambarde cède, précipitant du même coup tous les adolescents sur la terrasse. Grand-Père Lucien, dans son fauteuil roulant, se marre. Enfin de l’action, ça fait soixante ans qu’il s’emmerde, alors pour une fois qu’on peut rigoler ! Il en profite pour allumer une cigarette qu’on lui interdit depuis des années. Un des adolescents arrive dans un dernier souffle à appeler les secours sur son portable, d’autant que les flammes du barbecue commencent à atteindre la maison.
Mais c’est jour de fête et comme tout un chacun les pompiers et les ambulanciers ont bien le droit de s’amuser ! Ils arrivent sur le lieu du drame... en même temps et se télescopent devant la maison. Les deux amas de ferraille explosent et embrasent ce qui reste du pavillon.
Heureusement, il se met à pleuvoir. La météo s’est encore trompée. Une pluie diluvienne s’abat sur la région et éteint les flammes.

Grand-père Lucien se lève de sa chaise roulante et se met à danser au milieu des décombres. On croit au miracle mais en fait cela fait quarante ans qu’il prétend être handicapé pour mieux arnaquer la sécu. Il jubile devant tout ce désastre et pense en son for intérieur qu’ils n’auront pas son héritage, ces salopards !

PRIX

Image de Été 2018
168

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
description catastrophe, enchainement des situations
sympa et bien écrit...

·
Image de Flore
Flore · il y a
De l'humour...Mes voix....Il faut partir à la chasse aux trésors sur votre page. Je pense que ce serait bien de regrouper vos 3 TTC "été" dans le haut de votre page.
·
Image de Gérard Le Gal
Gérard Le Gal · il y a
Merci, je ne pensais pas qu'on pouvait organiser la page car je reçois les confirmations de publication au compte gouttes
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Porto et Whisky, pas raisonnable pour un barbac, au pastis les loulous! mes voix 1/3 . 2/3.
·
Image de Gérard Le Gal
Gérard Le Gal · il y a
Hips !
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Une pure folie douce au rythme endiablée, jubilatoire.
·
Image de Gérard Le Gal
Gérard Le Gal · il y a
Merci pour vos commentaires
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Waouh ! la cata. Une belle brochette de branques bien de chez nous. Je ne vote, ni ne concoure, mais ♥
·
Image de Gérard Le Gal
Gérard Le Gal · il y a
Merki
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Lol c'est l'effet papillon, pas de tout repos le barbecue. Y a au moins un grand père heureux dans cette avalanche. Bravo pour l'humour noir, carbonisé mais jubilatoire
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Très bonne tranche d’humour noir. J’imagine bien le pépé danser. Bravo !
·
Image de Gérard Le Gal
Gérard Le Gal · il y a
Merci
·
Image de Pascal Marion
Pascal Marion · il y a
Je jubile. La rapidité de l'action, les enchaînement digne d'un grand Blond. J'adore. Toutes mes voix. Venez me lire. Aucun texte en compet mais mes tranches de vie
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Tout ça à cause...d'un chat finalement ! C'est chaud !!!
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Un repas de famille tragique, mais on sourit à cette farce ! bravo !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le coup de téléphone le surprit dans son sommeil. Les gendarmes le contactaient car la falaise de la petite station balnéaire de Quiberville-sur-Mer sur la côte d'Albâtre en Normandie venait de ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

L'impact des gouttes sur le métal crevait le silence dans un rythme syncopé. L'essence s'était frayé un chemin jusqu'au pot d'échappement et fuyait la carcasse métallique comme le sang ...