Pas rancunier

il y a
2 min
301
lectures
18
Qualifié
Image de Été 2021
Je n'avais dans ma poche qu'un crayon et un carnet que j'aurai bien voulu lui faire bouffer...

Si voici déjà quelques années un géant des réseaux sociaux ne s'était ridiculement transformé en censeur, je n'aurais, probablement, rien remarqué.
Cette pâle copie qu'un certain Gustave fit de mon chef d'œuvre venait, quelques semaines auparavant, de faire l'actualité artistique et judiciaire mettant en grand émoi toute la blogosphère...

Le jour de l'inauguration du facsimilé de notre galerie, les étranges similitudes entre ma Vénus et « l'imposture » auraient dû sans nul doute interpeller le président la République et les premiers visiteurs.
La presse, habituellement si prompte à faire le buzz, ne s'en fit même pas l'écho.

Ce Gugusse, qui fut un temps lui aussi considéré comme un moderne, avait de bien étranges passions parmi lesquelles celle de coucher en grand nombre des entrées de grottes sur ses toiles blanches. Cela ne manqua pas d'exciter l'appétit de psychanalystes, de tous poils, qui, émoustillés, ont fait assaut d'analyses de la personne, son œuvre, ses admirateurs et détracteurs, etc.
Des géologues et hydrogéologues, tout aussi curieux, avaient remarqué que la grande précision qu'il mettait à dessiner les roches permettait parfois de contester les lieux par lui indiqués. L'écart pouvait être de plusieurs centaines de kilomètres.
Le mensonge devait être une autre de ses passions.
Comme par hasard, son tableau prétendument situé dans l'arrière-pays de Montpellier ressemblait étrangement au Val de Loue du côté des monts du Jura.
Pour moi, il n'y a pas de doute possible. En chemin entre ces deux lieux, il a retrouvé l'accès à nos créations et a gardé le bénéfice, le plaisir et le secret de cette découverte.
Dans ma poche, j'ai de quoi prouver qu'en cachette, il a croqué mon œuvre malgré la censure qui nous avait frappé. Quelques esprits, tout à la fois chagrins et malveillants, s'étaient acharnés à murer notre exposition espérant ainsi rendre à l'oubli notre collectif des homo sapiens modernes. Pour ne pas aiguiser l'appétit de ces inquisiteurs, qui refusaient toutes représentations de nos semblables, j'avais pourtant pris soin de dissimuler cette trace de féminine humanité dans la peau d'une lionne.

Ce Gustave courbait lui aussi l'échine sous les coups des censeurs. Au fil du temps qui passe, sa peinture fut voilée, puis dissimulée sous d'autres œuvres avant qu'elle ne soit effacée des écrans.
Malgré tout le mal qu'il me fait, solidaire, je ne m'en réjouis pas. Il faut dire que dans la nouvelle galerie, les censeurs attentifs se sont encore occupés de moi. Ils n'ont accepté de reproduire que moins de la moitié de la surface de notre exposition dissimulant leur forfaiture avec force communications sur l'art du copiage...
Son tableau tout comme le mien n'avait pas de visage et ceux qui, par des hypothèses fantaisistes, ont tenté de prétendre le contraire, ont bien vite été contredits. Les experts du musée d'Orsay mobilisés ont doctement affirmé, preuves à l'appui, que sa composition était achevée et qu'elle resterait sans minois.
En examinant dans le détail l'impossible posture de sa peinture, je compris qu'il n'était qu'un mauvais copieur qui, dans la pénombre, avait mal usé du crayon et du carnet rangé dans sa poche.
L'usurpateur n'avait su tenir compte de la forme oblongue du support de mon œuvre. Ses traits en furent tout désarticulés, son œuvre aussi.
Son modèle préféré, Joanna, l'explosive Irlandaise s'en était offusquée. Elle n'y reconnaissait le grain de sa peau et comme moi s'interrogeait sur l'origine de ce tableau qu'elle appela « la caricature ».
Un gynécologue, alerté par ses informatiques connexions, se mit aussi de la partie en affirmant que cette imposture présentait les signes d'une maternité de cinq mois. Ma Vénus à moi commençait à avoir le ventre rond des lendemains heureux quand je pris la liberté d'immortaliser l'instant.

Sa seule reconnaissance envers mon œuvre fut le nom qu'il donna à la sienne : l'Origine du Monde. Il nous faut toutefois, ma Vénus et moi, rester modestes avec seulement trente-six mille ans, il est trop tard pour prétendre être à l'origine de quoi que ce soit d'autre que d'un petit homme sage.

Le carnet et le crayon, qu'il avait glissé dans sa poche trouée, sont tombés dans la grotte Chauvet. J'aurais bien voulu les lui faire bouffer mais, pas rancunier, je préfère que lentement, la calcification fasse son œuvre en unissant les nôtres.
18

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Roll Sisyphus
Roll Sisyphus · il y a
Je ne doute pas que L'Origine du Monde soit bien connue de vous.
La Vénus de la Grotte Chauvet vous est peut être moins connue.
N'hésitez pas à aller la voir sur le site de votre choix ! ou mieux si vous le pouvez en allant visiter le "duplicata" de la grotte.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Gaza

James Wouaal

Des lamelles de jour découpées au vieux store décoraient le corps de son amant d’une lumière bleutée par un reste de nuit. Eshal, qui s’apprêtait à se lever, ne put s’empêcher d’en... [+]